Présidentielle 2017

Pourquoi il faudra absolument voter Marine Le Pen à la présidentielle !

Avocat

Vice président du SIEL

 

Dans les colonnes du JDD, dimanche 19 février, Philippe de Villiers adresse des louanges à la présidente du Front national. Il raconte d’abord l’avoir trouvée « excellente » lors de « L’Émission politique », sur France 2. « Je pense que l’on va vers des surprises tout aussi excellentes. Elle a une carrure présidentielle. Sa main ne tremblera pas lorsqu’il faudra prendre des décisions douloureuses. »

La politique est l’art de rendre possible ce qui est nécessaire : que l’on aime ou pas Marine Le Pen, elle est la seule en l’état à faire face aux menaces irréversibles qui risquent d’envoyer la France aux oubliettes de l’Histoire.

L’enjeu de cette élection présidentielle sera ni plus ni moins la survie du peuple français en tant que nation historique. Il ne s’agit pas simplement de réduire les dépenses budgétaires ni de faire une gestion en bon père de famille. Il s’agit d’éviter un naufrage définitif. On se remet d’une crise économique. On ne se remettra jamais d’une substitution de population. Les civilisations sont mortelles, disait Paul Valéry. La chute de Constantinople est là pour nous le rappeler.

L’oligarchie nous propose comme candidat Emmanuel Macron, le candidat du vide, le parfait pantin dont Natacha Polony faisait pertinemment remarquer qu’il « était l’incarnation absolue du système et des intérêts financiers qui se sont dit que finalement […] il valait mieux faire le boulot soi-même ». Candidat du Grand Remplacement, de la repentance, de la dérégulation sociale et, finalement, de la fin de l’Histoire.

Par ailleurs, la cabale contestable du parquet financier ne doit pas nous faire oublier la réalité des faits et nous présenter Fillon comme une alternative quasi christique à une gauche dont la France ne veut plus. On nous dit que Fillon est le seul à pouvoir battre Macron. Or, en l’état actuel des sondages, Fillon n’a pas plus de chances que Marine Le Pen. D’ailleurs, cet argument du vote utile est fallacieux. Il suffit d’écouter NKM ou encore Copé qui déclarait, devant Jean-Jacques Bourdin, qu’en cas de second tour Macron/Le Pen, il voterait sans hésiter Macron.

Même l’aile droite de Fillon, en la personne de Bruno Retailleau, a fait un aveu de taille chez Jean-Jacques Bourdin le 31 janvier dernier : « Fillon et Merkel ont moins de différences qu’on ne le pense sur l’immigration. » Nous voilà rassurés. La gauche sectaire tout comme la droite libérale sont les syndics de liquidation du bateau France.

Ne comptons pas sur le courage de ces gens-là pour faire changer les choses. Que M. Fillon dénonce l’acharnement du parquet, soit. Mais où était-il pour dénoncer la scandaleuse loi de délit d’entrave numérique à l’IVG ? Deux fois aux abonnés absents.

Quant au scandaleux traité CETA bradant notre souveraineté judiciaire et notre agriculture aux multinationales nord-américaines, les députés européens des Républicains ont tous voté pour, tout comme ils ont brillé par leur absence, dans le passé, contre les avancées sociétales LGBT au Parlement européen tout en jouant aux matamores aux Manifs pour tous.

À ce jour, Marine est donnée à 42 % face à Macron et 44 % face à Fillon. Elle n’a jamais été aussi haute dans les sondages, au point que les médias envisagent sérieusement une victoire.

Certains pourront faire la fine bouche et trouver, dans son programme, des points de divergence. Mais au regard de la situation dramatique de notre pays, de la cohérence et de la fidélité de son programme sur les questions d’identité et de souveraineté, elle apparaît comme la seule personne réalisant la synthèse de ces impératifs tout en ayant la possibilité de peser de manière suffisamment significative.

Voulons-nous assister en tant que spectateurs au naufrage de notre pays ou risquer cette chance infime mais réelle d’un sursaut ? Alors, plutôt que de penser au prétendu « vote utile » qui, depuis quarante ans, voit la fausse droite reculer sur tous les projets dévastateurs de la gauche, méditons cette phrase de Roger Nimier :

« Si tu n’agis pas comme tu penses, tu finiras par penser comme tu agis. »

​‌”

Vice président du SIEL

POUR ALLER PLUS LOIN