Combien de nos frères français devrons-nous encore voir tomber ?

Les attentats de fin d’année dernière et de janvier n’auront pas suffi à Hollande et à son gouvernement pour opérer un retour à la réalité. Au détriment des Français.

Après les attaques contre notre pays à Paris ce vendredi 13 novembre, il semble encore bien difficile au pouvoir actuel de reconnaître et d’avouer aux Français un ensemble de vérités essentielles.

En effet, la guerre qu’il a trop tardé à nommer risque de durer longtemps, et tous les « portiques de sécurité » du monde ne réduiront jamais à zéro le risque d’attentat. Il va falloir vivre avec ce danger de mort.

Cette situation de guerre va nous coûter cher, en vies humaines tout d’abord, ce qui est le plus essentiel, et en dépenses publiques – c’est-à-dire en impôts – puisque les réformes nécessaires n’ont pas été faites. On n’en a donc pas fini avec le matraquage fiscal…

L’immigration est, bien entendu, liée à ces attaques sur le sol européen et ceux qui promeuvent ces flux massifs sont des irresponsables qui nous mettent en danger. Est-il bien nécessaire de rappeler que les perquisitions en France et en Belgique ont ciblé des « quartiers » lâchement qualifiés de « multiculturels » ?

Ceux qui pointaient du doigt depuis longtemps déjà la menace islamiste en France, insultés publiquement et attaqués en justice, continueront d’être moqués et critiqués à tort par une partie de la classe politique et par les médias dominants.

En revanche, ceux qui, sur notre sol, soutiennent ou justifient les massacres perpétrés par les terroristes islamistes ne changeront pas d’avis grâce aux prêches de quelques enseignants socialistes ou aux discours de Manuel Valls, et leur choix terrible rend impossible tout « vivre ensemble ». On s’attend pourtant à de nouvelles dépenses supplémentaires en matière de « politique de la ville », nouveaux gaspillages sans effet.

Malheureusement, la plupart des « responsables » politiques actuels n’ont aucune vision à long terme et se contentent de naviguer à vue dans le courant des intérêts électoraux immédiats. La lente déconnexion d’avec le peuple qui s’opère en silence, malgré quelques sorties médiatiques préoccupantes sur le prix d’une baguette ou d’un ticket de métro, achève de discréditer nombre de ceux qui prétendent diriger notre pays.

Enfin, sauver rapidement notre pays du désastre dans lequel des décennies d’erreurs politiques et de choix vils l’ont plongé est irréalisable. Il nous faudra du temps et nos enfants subiront inévitablement les conséquences des errements passés et des gesticulations actuelles.

C’est donc, avant tout, non pas sur le pouvoir actuel, coincé par son idéologie et ses calculs politiques, mais sur les Français eux-mêmes, sur nous-mêmes que nous devons compter face à cette nouvelle grande claque de réel. Sans prise de conscience générale, rien ne pourra jamais changer.

Commentaires fermés sur Combien de nos frères français devrons-nous encore voir tomber ?

À lire aussi

« Encore une fois, c’est de la subversion de gauche : on met le bazar, on cherche la répression »

Vendredi matin, des étudiants opposés à la réforme de l'université, ont bloqué le centre d…