Accueil Culture Un général qui passe…
Culture - Editoriaux - Religion - Supplément - Table - 8 octobre 2015

Un général qui passe…

Dans les années quatre-vingt-dix, quand Alain Peyrefitte publia ses mémoires sous le titre C’était de Gaulle, le général faisait encore autorité en France. Aussi me réfugiai-je abondamment, à National Hebdo, derrière ces phrases qu’il avait prononcées : « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. »

Personne n’osait alors gratter le vernis de la statue du commandeur. Le FN de l’époque n’embraya pas trop, et quand celui du binôme Philippot-Marine reprit le thème, voilà quelques années, cela marcha moins bien. L’idole était écornée, ses paroles n’étaient plus aussi oraculaires.

Aujourd’hui, elle n’a carrément plus aucune vertu magique, Nadine Morano l’a mesuré à ses dépens. Pour avoir osé dire que la France est d’abord « un pays de race blanche », elle a été privée de régionales par Sarkozy, lequel lui reproche de « reprendre les idées et les mots du FN ». Quant à Alain Juppé, il a jugé sa phrase « inacceptable », l’engageant à « vivre avec son temps » et à « privilégier le vivre ensemble ».

Les deux héritiers actuels du général de Gaulle jugent donc sa pensée « inacceptable » et l’assimilent à celle du FN, ce qui est une ironie supplémentaire si l’on se souvient que, durant la guerre d’Algérie, l’intégrationniste Le Pen était pour la fusion des races contre le capétien de Gaulle. Quoi qu’il en soit, cela vérifie cette loi que, surtout en période d’amnésie organisée, les figures historiques un rien mythiques font un usage très court. Gambetta n’est plus qu’un fantôme, Clemenceau a presque disparu et de Gaulle pâlit déjà, rejoint les limbes où la Vallaud-Belkacem Jugend ne distingue plus rien.

Aussi les évidences d’hier ne pèsent-elles plus rien devant les commandements d’aujourd’hui. Un autre général, Wesley Clark, ancien secrétaire général de l’OTAN, a estimé à propos de l’ex-Yougoslavie que « nulle nation européenne n’avait plus le droit d’être homogène ». Cet oracle est respecté avec un soin panique par nos princes d’aujourd’hui. Si les mânes du grand Charles tirent une nuit ses successeurs de leur lit, qu’elles passent à Sarkozy un sparadrap sur la bouche pour l’empêcher de parler pendant dix ans et donnent à Juppé autant de coups de pompes dans le train qu’il en faut pour voir naître sur son visage autre chose qu’une complète satisfaction de soi-même.

À lire aussi

Emmanuel Macron veut réformer la loi de 1905 ? Les Frères musulmans n’attendent que ça !

Éviter la guerre entre la République et les musulmans de France est un bon objectif ; mont…