Les laïcards de la Libre Pensée peuvent jubiler, en ce Vendredi saint. C'est ce jour que le Conseil d'État a choisi pour rendre son jugement. Et comme Ponce Pilate il y a 2.000 ans, il s’en lave les mains. Yannick Moreau, le maire des Sables-d’Olonne, vient d’annoncer que, « pressé d’en finir, le Conseil d’État n’admet pas notre pourvoi en cassation et condamne définitivement notre statue ». Les arguments de la ville tentant de prouver que la statue « revêt une pluralité de significations, notamment artistiques et militaires, qu’elle est étroitement liée à l’histoire du quartier et que sa présence est particulièrement discrète » ont donc été jugés nuls et non avenus. Ainsi, cette modeste représentation de l’archange Michel, patrimoine inoffensif, à peine visible sous son magnolia, est condamnée au terme d’un long combat. Contre la volonté des Sablais qui s’étaient exprimés à 94 % pour son maintien, elle doit être déboulonnée.

Abasourdi par ce rejet, l’édile ne mâche pas ses mots : « En tant qu’élu engagé, je suis sidéré, révolté. Cela me paraissait impossible, lointain, aberrant. Et pourtant, la tempête « woke » s’est abattue sur les Sables-d’Olonne. Nous y sommes, la France de 2023 déboulonne ses statues. Pauvre France. Ce que nous vivons aujourd’hui, c’est le grand effacement qui partout menace. » Il fustige cette décision qui fera de nombreuses victimes : « Victime, la ville des Sables-d’Olonne, sommée demain d’écarter et de cacher la figure emblématique de l’un de ses quartiers. Victimes, les parachutistes, privés demain de leur figure tutélaire, symbole du combat pour la paix. Victimes, les enfants du quartier Saint-Michel, qui ne pourront plus comme leurs aînés, de génération en génération, lever un œil complice vers la figure familière qui veillait sur la vie du quartier. »

Dénonçant la culture de l’effacement et « les quelques ayatollahs qui ont remporté ce procès absurde », Yannick Moreau annonce respecter la décision de la juridiction administrative mais prédit : « La France qu’ils nous préparent, c’est une France où le lundi de Pâques ne sera plus férié, où les fêtes de fin d’année remplaceront la fête de Noël, où l’écriture inclusive sera enseignée, où le blason de la ville des Sables-d’Olonne et sa Vierge, protectrice de nos marins, devra être effacée de nos frontispices et de nos lieux publics. »

Si la statue est condamnée à être déplacée, Yannick Moreau s’engage à trouver une solution pour qu’elle reste devant l’église Saint-Michel. La Vendée est une terre de combat qui, comme le roseau lorsque le vent se lève, plie mais ne rompt pas. Dans son communiqué empreint d'un souffle épique, le maire conclut : « Ils auront leur déboulonnage mais n’auront jamais nos cœurs ! Nos cœurs vendéens entrelaçant dans un même élan le progrès et la tradition, les racines et les ailes d’un peuple qui, bien qu’écrasé sous les sabots de Westermann, a su trouver en lui la force de se relever et de faire naître les plus belles aventures humaines du XXe siècle, tout à la fois enracinées et lancées à la conquête des océans et du monde. Nos cœurs vendéens battant à l’unisson pour le Puy du Fou et le Vendée Globe. Vive saint Michel ! Vivent les saints Michel de Vendée et de France ! Vive la Vendée ! Et Vive la France ! »

11919 vues

07 avril 2023 à 10:53

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

76 commentaires

  1. Ma paroisse s’appelle Saint Michel ! Et nous avons sa statue sur notre parvis (mais le terrain appartient t à l’église…). Alors oui, Vive saint Michel ! Vivent les saints Michel de Vendée et de France ! Vive la Vendée ! Et Vive la France !

  2. Pour le conseil d’Etat il vaut avoir des mosquées en France que nos statues de notre religion .
    Ils veulent que notre pays devienne musulman .

Les commentaires sont fermés.