Jean-Marie Bigard était-il en état d’ébriété lors de la anti- au cours de laquelle il a proféré des insultes à l’égard d’Agnès Buzyn et Olivier Véran ? Marlène Schiappa en est convaincue, cet homme boit : « Si le gouvernement doit s’exprimer à chaque fois que Jean-Marie Bigard boit un coup de trop et prononce des insultes et des menaces… », déclare-t-elle, le 26 mai, sur Info.

 

Parfaitement légitime dans la dénonciation des propos outranciers du comique, le ministre ignore – ou fait mine d’ignorer – la personnalité de l’artiste en question. Celui qui se qualifie de « comique vulgaire » a basé sa carrière sur l’outrance. Un professionnel du dérapage. Macho caricatural, sexiste à l’extrême, blagues de camionneurs… De toute évidence, le sketch « Le Lâcher de salopes » n’a jamais résonné dans les couloirs du secrétariat d’État à l’Égalité femmes-hommes qu’elle occupait jadis. Une oie blanche découvre Bigard.

 

« Cela montre les ravages de l’alcoolisme », ajoute-t-elle. L’accusation a le mérite d’évacuer rapidement les motivations – pertinentes ou non – des manifestants. Par ses insultes inadmissibles, et autre du pass sanitaire à l’étoile jaune, Bigard a jeté le discrédit sur le mouvement auquel il était venu apporter son soutien. Chapeau, l’artiste !

 

Profitant de la voie royale qui lui est offerte, Marlène Schiappa s’en donne à cœur joie. Après inventaire des anathèmes déjà lancés sur les voix discordantes, le ministre se rend à l’évidence : « populiste » et « complotiste » présentent quelques signes d’usure. Il lui faut aller sur le terrain du pathologique : l’alcoolisme. Disons « les alcoolistes ». La macronienne esquisse les contours d’une nouvelle tendance : l’opposition radicale assimilée aux délires du pilier de bistrot. L’opinion ne saurait tenir compte de quelques olibrius éméchés. L’occasion était trop belle. Le scénario lui tendait les bras.

 

Excepté cet exercice de mauvaise foi, sur le terrain de l’insulte faite aux personnages publics, Marlène Schiappa effectue un sans-faute. Son absence de parti pris qui va jusqu’à dénoncer le traitement fait à Marine Le Pen dans une chanson du rappeur Youssoufa l’honore. Épatés par tant d’honnêteté intellectuelle, les complotistes se sont resservis un verre.

27 mai 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.