[Satire à vue] Emmanuel Zemmour tente le coup du virage à droite

emmanuel_macron_magicien

Le coup de barre à droite débute par une mise en scène aux accents gaulliens. Pour cette conférence de presse destinée à ramener les électeurs de droite au bercail, les grands moyens visuels ont été déployés. Les plus fidèles macroniens ont réglé leur écran sur noir et blanc. Il est encore plus grand sans la couleur.

Dans cette reconstitution de l'Élysée d'avant, Emmanuel Macron n'a que les premières minutes de son intervention pour montrer son attachement nouveau aux préoccupations des Français. Les communicants savent qu'en pareille occasion, l'audience s'effiloche au fil de la diffusion. Top chrono. Passés les premiers mots d'accueil, le conférencier sort de sa manche un slogan de Reconquête : « Pour que la France reste la France. » Pas le temps de tergiverser. Dans la foulée, les grands axes d'une politique de fermeté sont énoncés : assurer l'ordre, contrôle des frontières, uniformes à l'école, lutte contre les incivilités, contre la drogue... Même dans les villages ! Voilà. Les téléspectateurs peuvent maintenant se rendre sur France 3 pour regarder le téléfilm intitulé Poulets grillés. Sur TF1 et France 2, tout vient d'être mis en place pour qu'au soir des européennes, le Président ne connaisse pas le même sort.

Pour les demandeurs de mesures fortes pas encore partis sur le barbecue de France 3, Emmanuel Macron annonce une multiplication des opérations « Place nette ». Grand nettoyage de printemps sur les points de deal. Toujours collé à la roue du tandem Zemmour-Le Pen, le coureur grimpe le col qui mène à Bruxelles. Le plat pays n'est plus qu'un souvenir.

Les déçus du téléfilm qui opèrent un retour furtif sur la conférence de presse tombent sur la Marseillaise à l'école. La cuisson suit son cours. Pas encore grillé, mais il s'y attèle. Sa reconversion soudaine, ses clins d'œil grossiers aux électeurs envolés pourraient s'avérer contre-productifs. Encore une couche d'Histoire et de culture française qu'il semble avoir découverte dans l'après-midi... Il n'a pas encore ponctué sa démonstration d'un « Ben voyons » retentissant. Il peut le faire. Manque d'entraînement ou gros coup de fatigue sur la dernière ligne droite ? Le concurrent ne trouve pas la force de sortir l'affiche sur laquelle figure le slogan lancé au départ de la compétition. Au terme de ce long pensum, les Français ont ressorti les barbecues.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

26 commentaires

  1. Bruxelles, le plat pays…, mais pour y aller il faut tout de même traverser les « Hauts de France », donc, ça monte et ça descend !
    Un intervenant m’a fait remarquer que les Hauts de France, c’est le haut de la carte. Bon, mais alors, en bas de la carte, ce sont donc les Bas-de-France ? Les Pyrénées, bas de France….
    Tiens, le département du Nord, c’est le Nord, oui, mais c’est aussi la Mer du Nord, et la Manche, c’est le département qui a ses côtes sur la Manche, non?
    En plus,l’histoire du « Nord » est liée aux Pays-Bas historiquement, donc quand je vais dans le « nord » je ne vais pas dans les « Hauts-de-France » mais dans les Pays-Bas de France. Logique.

  2. L’Anti-France. Depuis le départ de De Gaulle, plus ou moins, on ne connait plus que cette idéologie. Mais Macron représente un sommet.

  3. Quand on a que Front National à la place de Rassemblement National à sortir du magasin de farces et attrapes c’est que l’illusionniste n’a plus grand chose à proposer au public

  4. On nous a parlé du niveau audience, pas si phénoménal que ça; mais j’aimerai bien savoir combien il y avait de téléspectateurs au début, et combien à la fin. Personnellement, j’ai préféré écouter les commentaires à partir des médias que je privilégie, et sûrement pas les chaines gouvernementales.

  5. Une insulte à Zemmour qui est constant dans ses propos, qui n’est ni machiavélique, ni chantre du en même temps. Il est clair et net dans ses orientations et ses affirmations.

  6. Hier soir CNEWS a montré une photo de macron serrant sont poing devant lui. J’ai été mal à l’aise car elle ressemble à l’habitude qu’avait un certain dictateur lors de ses discours enflammés…

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois