Emmanuel Macron était de retour à Marseille, samedi dernier, pour un meeting d’entre-deux-tours ayant pour but de mobiliser la gauche et sa périphérie sous la bannière de l’écologie. Moins risqué qu’une approche trop frontale basée sur les joies du vivre ensemble et la rhétorique habituelle de la lutte contre l’extrême droite. L’écologie, c’est moins clivant et ça permet de brasser large à gauche sans trop effrayer son flanc droit. N’oublions pas que, d’après un récent sondage IFOP, 43 % des électeurs de Pécresse, et même 8 % des électeurs de Zemmour, prévoient de reporter leur vote sur le Président candidat.

Pour autant, Macron n’a pas lésiné sur les clins d’œil à destination des « minorités » et d’une France de plus en plus « diversitaire », dont Marseille est désormais le symbole.

Il est vrai que la ville bénéficie de toutes ses attentions et surtout de sa générosité clientéliste sans limite. Il y était, en effet, venu en septembre dernier pour détailler son plan « Marseille en grand » qui prévoyait de déverser sur la cité phocéenne environ un milliard et demi d’euros.

À l’époque, l’exaltation multiculturaliste était plus franche : « Marseille, c'est une ville monde qui est en effet ce palimpseste de migrations et d'une France accueillante », s’émerveillait le Président. Avec une jeunesse « fille de cultures multiples » à laquelle il faisait comprendre qu’il n’imposerait jamais la moindre assimilation, bien au contraire : « Ils ont leurs imaginaires, ils ont leurs histoires. » Quant à la République, « elle ne se conjugue pas au singulier ». (BFM TV 05/08/2021)

Pour sa campagne de 2017, Macron s’était également rendu à Marseille pour y tenir un meeting. Le journal Le Monde (01/04/2017) soulignait alors que le point d’orgue de son discours avait consisté à faire « se dresser ses sympathisants en saluant une à une les communautés marseillaises » d’une ville façonnée par 2.000 ans d’histoire et d’immigration : « Je vois les Arméniens, les Comoriens, les Italiens, les Algériens, les Marocains, les Tunisiens, je vois les Maliens, les Sénégalais, les Ivoiriens », proclamait le candidat En marche !

Cinq ans plus tard, Macron a repris sa litanie communautaire afin de célébrer une « ville de jeunesse qui s’est faite à travers le temps et par tant et tant de destins mêlés » (Les Echos 16/04/2022). Et peu importe la réalité historique des migrations en France, il fallait réaffirmer le nouveau mythe des origines d’après lequel « nous sommes faits de millénaires – de millénaires – de migrations, de mouvements d’intégration ». Dans cette perspective, le candidat n’évoquait même plus Marseille comme une ville française mais comme une « ville de Méditerranée et d’Europe ». « Marseille en grand », qu’il décrivait comme le « laboratoire de la République ». (L'Opinion 16/04/2022)

Il ne fait pas de doute que Marseille constitue un « laboratoire », et d’abord celui du Grand Remplacement. Le 20 juillet 2019, Libération évoquait cette ville « que l'on surnomme “la 49e wilaya” (département, en arabe) parce qu'elle compte la plus grosse communauté algérienne de France - 300.000 environ ». Estimation basse, et qui ne tient pas compte des autres « communautés », pour une ville d’environ 870.000 habitants.

Marseille peut également se targuer d’être le laboratoire de la gangrène criminelle mafieuse liée au trafic de drogue. Le 2 septembre 2021, Le Monde évoquait une justice des mineurs « sous l’eau » face à la délinquance. Un procureur s’alarmait : « Des quartiers entiers voient l’espace public confisqué par les trafiquants, des cités sont prisonnières. » Un juge d’instruction se disait « sidéré par l’importance des dossiers, leur gravité, avec des armes partout et des violences ahurissantes, jamais vues ailleurs ».

Marseille est aussi le laboratoire d’un islamisme conquérant qui se répand toujours plus. En janvier dernier, l'émission« Zone interdite » montrait des images d'une école privée musulmane de la ville, ouverte depuis neuf ans, avec une classe de CP dans laquelle les petites filles étaient voilées et séparées des garçons. Le 1er juin 2021, Valeurs actuelles consacrait un article à l’influence grandissante du salafisme à Marseille et notait qu’en 2019, la mosquée El-Islah avait reçu « une séance du grand débat national voulu par Emmanuel Macron, en présence du député LREM Saïd Ahamada ».

Alors que le deuxième tour approche, de nombreux électeurs de droite s’apprêtent à voter pour le Président-candidat. Au moment d’entrer dans l’isoloir, peut-être devraient-ils se demander si, tout comme lui, ils voient en Marseille l’avenir de la France...

3954 vues

19 avril 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

11 commentaires

  1. Surtout symbole de la FRANCE de demain . C’est cette FRANCE là , que nous allons laisser a nos enfants et nos petits enfants ? Une FRANCE islamisée ? Et bien , ils sont a plaindre !

  2. Les marseillais et les étrangers qui y vivent sont donc des rats de laboratoires pour Macron .Si ceux là acceptent ça ils ne sont plus à sauver .

  3. Bien intéressant, ce meeting à Marseille devant une assistance dégarnie et sous les yeux de la Bonne Mère avec un personnage éructant ses anathèmes, volubile et s’écoutant parler, comique, tel un gnomon au centre de son estrade et d’un aréopage d’édiles et de jeunes surchauffés. On n’a pas vraiment senti la sincérité et l’enthousiasme des meetings de Zemmour et de Mélenchon.

  4. On pourrait penser à doter Marseille du statut de « Ville Internationale » à l’instar de ce que fut Tanger ….berceau de M. Mélenchon! Quel heureux hasard!

  5. Marseille, référence pour la France de demain ?…hum hum, on va (quand même) un peu trop vite, non ?…

  6. Coluche, déjà, ne disait il pas que Marseille était la première ville d’Afrique du Nord sur la route du Paris-Dakar ?

  7. « … de nombreux électeurs de droite s’apprêtent à voter pour le Président-candidat. »
    Puisqu’il ne peut s’agir que des ex- partisans de LR et, dans une moindre mesure, de ceux de ce parti parasite appelé Modem, on aura forcément beaucoup de mal à trouver en eux autre chose que les préoccupations de nantis dont la préservation de leurs intérêts est le seul horizon.
    Rien à voir avec la véritable droite dont les valeurs ne s’arrêtent pas à celles de l’argent.

  8. Chez les plus de 50 ans, ça fait chic et serein de dire qu’on vote Macron.
    C’est le signe d’appartenance à la petite bourgeoisie française tranquille, à l’abri du besoin, magnanime envers les migrants.
    Pour eux, voter Macron signifie appartenir à la classe des gens bien!
    Or c’est surtout le signe d’une grave incapacité intellectuelle, d’un égoïsme, d’une impuissance pathologique et d’une couardise méprisables .

  9. Marseille, ses violences, son insécurité, l’affrontement entre bandes rivales, ses trafics en tous genres, elle est belle la nouvelle cité phocéenne. J’ai connu celle chantée et louée par Marcel Pagnol, où l’on pouvait flâner dans les rues, siroter une anisette et s’en aller presque à regret prendre son train à St Charles et saluer lorsque que ce dernier s’éloignait la Bonne-Mère qui veillerait sur la cité jusqu’à notre retour. Des deux je préfèrerai retrouver celle de Pagnol.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter