C’est un euphémisme : la France n’est pas dans une forme olympique. Sur le plan économique, elle est minée par une dette endémique (115 % du PIB en 2022) et un chômage élevé (7,4 % de la population active). Au cours des derniers mois sa balance, commerciale a atteint des déficits abyssaux (plus de cent milliards d’euros sur une année glissante). Championne du monde toutes catégories des dépenses publiques (59 % du PIB) et des prélèvement obligatoires (47,5 %, soit 6 points de plus que l’Union européenne), elle dégringole année après année dans le top 10 des nations les plus riches. 5e au début du siècle, elle est aujourd’hui reléguée à la 7e place, dépassée en 2016 par le Royaume-Uni et en 2022 par l’Inde. Le retour de l’inflation galopante des années 1970/1980 rend cette équation particulièrement explosive.

D’autant que sur le plan politique, l’Hexagone n’a jamais été aussi fragilisé. Les partis traditionnels ont été complètement marginalisés. Pour la première fois en 60 ans, malgré les garde-fous de la Ve République, la France ne possède pas de majorité parlementaire claire. L’Assemblée nationale s’est transformée en un cirque d’empoignes et de pitreries. Obligé de gouverner au « pifomètre », le Président ne pourra au cours de ce quinquennat engager les réformes structurelles qui s’imposent.

Sur le plan sociétal, la société française n’a jamais été aussi divisée. Sous la pression de minorités écologistes, islamistes ou encore LGBT organisant quotidiennement le désordre, elle se fracture chaque jour un peu plus. Malgré des dépenses pharaoniques (parmi les plus élevées de l’Union européenne), l’hôpital public est en lambeaux. Et que dire de l’Éducation nationale ! Au nom de l’obsession égalitariste, les valeurs traditionnelles d’apprentissage, de sélection et de compétition ont été bafouées. Résultat : la France, qui pointait aux premières places des classements internationaux, a été reléguée en seconde division.

Par rapport à ses concurrents européens, la France avait pourtant conservé un dernier avantage concurrentiel : celui de l’environnement. Grâce à sa génération électrique nucléaire, elle possédait l’un des MWh les plus décarbonés du monde. Contrairement à son voisin allemand cumulant les mauvais choix énergétiques au cours de la dernière décennie, l’Hexagone continuait d’assurer seul son indépendance électrique tout en exportant massivement de l’électricité vers ses voisins européens. Hélas, entre pannes, dégradations et maintenance, le parc nucléaire français est en train de se dégrader à grande vitesse : sur les 56 réacteurs, plus de la moitié sont actuellement arrêtés. Le dogme chimérique de la gauche et ses disciples « réduire à 50 % la production d’électricité nucléaire » est presque devenu réalité. Résultat : de premier exportateur européen, la France est aujourd’hui, en plein été (consommation instantanée de 50 GW, contre 80 GW en plein hiver), importatrice d’électricité. Une méthode plus qu’efficace pour dégrader un peu plus une balance commerciale déjà catastrophique. Cerise sur le gâteau : grâce à la déconvenue des réacteurs français, l’Allemagne exporte vers la France les électrons… parmi les plus carbonés d’Europe : ayant fermé toutes ses centrales nucléaires et obligée de se défaire du gaz russe, le pays de Goethe n’a d’autre choix que de rouvrir en masse ses centrales à charbon.

En un peu plus de vingt ans, la France a insidieusement dégradé son parc nucléaire. Vingt ans qui séparent les arrêts de Superphénix (1996) et d’ASTRID (2019). Vingt ans durant lesquels les socialistes se sont soumis aux motivations plus que troubles des écologistes. Si EELV utilise aujourd’hui de façon tactique des arguments sécuritaires (risque nucléaire, traitement des déchets) ou économiques (coût des EPR et du grand carénage), l’opposition des Verts au nucléaire n’est ni technique ni climatique, elle est politique en plus d’être morale. Le nucléaire est d’ailleurs devenu aujourd’hui un véritable marqueur politique entre une droite nationaliste et une gauche wokiste. L’antinucléarisme de la gauche (devenue « extrême gauche » avec la NUPES) est symptomatique de son changement de logiciel. Trotskiste dans ses jeunes années, Jean-Luc Mélenchon, comme la plupart de ses collègues socialistes et communistes, a défendu l’atome bec et ongles. Mais la vague verte portée par les écologistes a eu raison de lui.

Cette dégradation du nucléaire se lit en filigrane des pertes généralisées de compétences dans une filière industrielle réclamant des ressources humaines deux fois plus qualifiées que la moyenne de l’industrie. La dernière centrale nucléaire (Civeaux) fut raccordée au réseau en 1991. Cet arrêt quasi total de l’activité depuis trente ans a profondément perturbé la pyramide des âges de la filière et empêché la transmission du savoir-faire entre générations. Maîtrise d’œuvre, aptitude à gérer de très gros chantiers, compétence des bureaux d’études, disparition des fabricants de composants : la liste est longue quant à la dégradation du savoir-faire, avec une mention particulièrement critique pour le soudage. Les très nombreux incidents et malfaçons observés sur Flamanville illustrent cette perte de compétences se traduisant notamment par une pénurie en soudeurs qualifiés.

Sous la pression d’une extrême gauche antinucléaire tenant les rênes de l’enseignement supérieur, les jeunes ingénieurs sont de moins en moins enclins à vouloir travailler dans l’atome. Nous en prenons pour preuve cette prise de position de néo-diplômés d’Agro Paris Tech lors de la remise des diplômes 2022. Adoubés par leur direction, ils avaient déclaré au cours d’un discours climato-gauchiste assumé leur détestation de la société de croissance et leur opposition vindicative au nucléaire.

Le relancement de la filière voulue par l’État ne se fera pas seulement à coups de milliards. Elle demandera surtout un effort pédagogique majeur vis-à-vis de nos jeunes générations.

5203 vues

16 août 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

20 commentaires

  1. Investir dans des éoliennes (et ça continue) qui ne produisent rien à part des effets négatifs sur l’environnement, les animaux et le portefeuille des français pour satisfaire un électorat utopiste, rêveur, déconnecté du monde réel, cela se fait au détriment d’un investissement dans les centrales nucléaires. J’ai lu récemment que le parc d’éoliennes en face du Touquet avait mystérieusement disparu du projet initial des éoliennes en mer, bizarre non ?

  2. Hélas cette analyse parfaitement exacte pourrait être faite pour l’agriculture, elle aboutirait aux mêmes conclusions.
    Nous finirons par importer des patates de Biélorussie, de Russie, d’Ukraine. Idem pour le lait. Quant aux fruits et légumes les mêmes Khmers ont tué la filière. Tout ce que touchent ces pastèques et leurs complices est voué à l’anéantissement y compris la France ( ce qu’il en reste). Comment ne se voient-ils pas en criminels lorsqu’ils se regardent dans une glace ?

  3. Beaucoup d’anti nucléaire et pro éolien commencent à changer radicalement d’avis. Malheureusement un peu tard. La France était forte et indépendante en matière d’énergie grâce au nucléaire. Elle avait les meilleurs ingénieurs mais des illuminés ont confié l’énergie à des ignorants incapables, allant jusqu’à fermer la centrale de Fessenheim alors qu’EDF venait d’y investir 750 millions d’euros.

  4. Vous accusez la gauche au lieu d’accuser l’union européenne.

    Qui veut détruire l’assurance chômage ? L’union européenne.
    Qui veut détruire notre système de retraite ? L’union européenne.
    Qui veut détruire notre modèle social par répartition qui diminue la pauvreté ? L’union européenne.
    Qui veut privatiser nos barrages hydroélectriques ? L’union européenne.
    Qui exige une politique d’austérité à l’hôpital public ? L’union européenne.
    Qui fait venir l’immigration en masse ? L’union européenne.

    La monnaie euro nous appauvrit.

    Pourquoi est-ce qu’il y a la désindustrialisation ? A cause de la politique de l’union européenne qui veut faire produire moins cher à l’étranger et pour nous appauvrir.

    Il n’y a pas de changement à l’assemblée nationale. La France étant dans l’union européenne et dans l’euro, les Français n’ont pas le pouvoir.

    1. S’il est vrai que l’Union européenne nous cause beaucoup de tort, que dire des deux pieds nickelés Hollande et Macron ? Avec les fermetures insensées de Fessenheim et Astrid ils ont porté un sérieux coup à la filière nucléaire et mis la France en grande difficulté énergétique. Les deux pires  » présidents » , des catastrophes ambulantes.

  5. J’applaudis des deux mains cette analyse, tant sur le plan économique, politique et social, qu’énergétique!
    Le retard considérable dû aux atermoiements successifs des gouvernements face aux diverses gauches-écologistes nous sanctionne lourdement: nous devrions être en plein développement des EPR depuis longtemps, ce qui nous aurait en plus sans doute évité cette « politique éolienne » qui fâche tout le monde, alors qu’elle n’est qu’une phase d’attente, un tremplin d’accès aux productions pérennes. Mais ceci n’engage que moi…

  6. Des vérités bien dérangeantes, mais qu’il faudra bien intégrer lorsque, dès l’hiver prochain, on aboutira au rationnement et à l’explosion des tarifs (ou de la dette).

  7. Tout sera détruit. Des siècles de découvertes, des siècles d’Histoire, des siècles de compétence. Le but ultime est le chaos sans distinction pour mise en place du néo féodalisme. Seule l’hyper classe dominante qui possèdera tout aura largement assez de moyens pour assouvir ses besoins. Une partie de la population tombera en esclavage, les autres crèveront progressivement de maladies et malnutrition.

  8. Les « petits bonhommes verts » n’ont pas fini de détruire la France et le monde avec leurs idées stupides et leurs actions. Le tout nucléaire, donc électrique, nous permettrait de supprimer toutes les autres énergies polluantes (éoliennes, pétrole, charbon etc…) Et dire que nous étions N°1 en nucléaire!

  9. La France étant dirigée, selon la volonté de ceux qui ont voté, par des gens n’ayant jamais travaillé est-il anormal que l’entreprise France soit en déshérence ?

  10. Maigre consolation que d’avoir vécu l’apogée de l’Industrie Française !
    Quelle tristesse que ce champ de bataille ou fanfaronne ce gamin sorti de nulle part.
    J’ai mal à mon Pays…

    1. Il y a des « Cours de Justice de la République » qui se perdent. Ils ont bien fait de la supprimer !

  11. Les Français ont voté pour ceux qui sont responsablesde cette situation. Hollande , Macron mêmes idiots ! Macron voulait reduire la part du nécléaire , c’est Réussi audelà de toutes espérances . Dernier idiotie en date, la fermeture de Fessenheim. En contre partie , Mme Borne veut des éoliennes et pour ça , ces imbéciles veulent simplifier les recours . Qui a envie de voir des dizaines d’éoliennes à 600mètres de sa fenêtre ? Allez donc revendre votre maison , et en plus un rendement de 25 % de ces moulins à vent. C’est maintenant qu’il faut se remettre à construire plusieurs centrales.

    1. Hollande et Macron, certes, mais les moratoires de Sarkozy y sont aussi pour quelque chose, et maintenant nous avons un premier Ministre qui a été déterminante pour l’arrêt des deux tranches de Fessenheim !

    2. Le rendement d’une éolienne , avec un vent nominal à 10 m/s est de 18 %. Et personne n’est conscient des risques de tornades que démontre pourtant, depuis plus d’un siècle le théorème d’Ostrogradski.

  12. En attendant que nos écoles remontent la pente pour former de jeunes ingénieurs du nucléaire, que l’on trouve des soudeurs bien formés, que les ultra-écolo-verts reviennent sur terre, que Lemaire et Macron aient une révélation ou plutôt une illumination, on pourra toujours débaucher et payer à prix d’or des ingénieurs Chinois avec de l’argent magique, ou en vendant le palais de L’Elysée avec ses occupants devenus fort inutiles et aussi rouillés qu’une centrale nucléaire ancienne génération. Vive la rénovation complète !

  13. Et pour corroborer le texte de Philippe Charlez à propos de « nos pertes généralisées de compétence », la Chine aura construit deux EPR en six ans alors que si tout va bien nous mettrons douze ans pour bâtir le notre à Flamanville.

  14. Nos ingénieurs ont-ils perdu toute compétence ? Sont-ils tous à la retraite (je pense aux anciens de Framatome) ? Sont-ils tous devenus écologistes ?
    Comment réagir ? Est-il trop tard ?
    Qui saura mobiliser nos jeunes dans nos grandes écoles célèbres et efficaces ?

  15. Les énergies renouvelables intermittentes sont une utopie très bien décrite dans le livre « Nucléaire, les vérités cachées » de Fabien Bouglé. Mais dans son article Philippe Charlez balaie plus large avec le marasme de l’Éducation et de la Santé. Triste vérité, nous sommes tombés bien bas. Nous nous rapprochons des vicissitudes des pays en voie de développement et des démocratures africaines.

  16. Dans notre pays on préfère donner à toute la misère du monde plutôt que d’entretenir les centrales nucléaire
    beaucoup sont en arrêt faute d’entretien .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter