Le Rassemblement national a lancé son école des cadres !

saainte-marie

Ce mardi 21 mars au soir, à la Maison de la Chimie, à quelques mètres seulement de l’Assemblée nationale, le président du RN Jordan Bardella a lancé, avec le politologue Jérôme Sainte-Marie, le « Campus Héméra », l’école des cadres du Rassemblement national. De quoi ravir la Nouvelle Droite ! « Déesse de la lumière et du jour, elle représente ce que nous sommes », a affirmé Bardella, « dans un paysage politique dominé par un Président qui éteint la lumière, nous sommes cette lueur d’espoir », affirme-t-il lyriquement avant de se reprendre : « Nous sommes là pour porter cette idée de l’alternance. »

Outre une formation pratique assurée par la direction générale du RN, l’objectif de ce campus est de fournir à chaque adhérent du parti l’accès à un certain nombre de cours et d’exposés dispensés par des intellectuels triés sur le volet. Au fond, devenir un parti comme un autre qui ne se contente pas de faire de la politique électorale mais qui doit transmettre « une culture, un savoir et un vocabulaire », affirme Sainte-Marie. Et pour dispenser ces cours et ces formations, Sainte-Marie et Bardella ont recruté à tour de bras. On y retrouvera le sociologue Michel Maffesoli, le diplomate Xavier Driencourt, la philosophe Bérénice Levet, l’essayiste Vincent Coussedière. Un campus dont l'idée a été lancée l'été dernier et qui a pour objectif de couper l’herbe sous le pied de plusieurs critiques : l’absence de fond et l’amateurisme. Si le dernier reproche a été battu en brèche par l’action du groupe de Marine Le Pen à l’Assemblée nationale, l’absence de corpus idéologique a toujours fait partie des accusations à l’encontre de la formation de Marine Le Pen. Celle-ci a d’ailleurs reconnu devant les journalistes que c’était un domaine « où elle n’y avait pas consacré toutes ses capacités » lorsqu’elle a présidé le parti et souligne, aujourd’hui, la mise en valeur « d’outils de personnalités et de compétences qu’[ils] n’avaient pas à l’époque ».

Elle est en effet lointaine, l’époque de la revue Identité, Revue d'études nationales du Front national, qui condensait au FN certains esprits brillants collaborant aux numéros de cette revue parlant de la France, de l’impératif du Sacré, de la réparation de la Justice, etc. Revue où écrivaient des personnalités comme le sociologue Jules Monnerot, l'essayiste Yvan Blot, Jacques Robichez ou encore Jean Haudry et Bernard Lugan. Entre la revue Identité, émanation littéraire du conseil scientifique du FN animé par Bruno Mégret et Jean-Yves Le Gallou, et l’Institut de formation national, le FN avait fait émerger des personnalités jusqu’au début des années 2000 pour connaître, ensuite, un sérieux coup de frein. Le conseil scientifique a en effet disparu en 1999, victime collatérale de la scission entre Mégret et Jean-Marie Le Pen. Force est de constater que Jordan Bardella a rappuyé sur l’accélérateur. « On peut dire qu’après la disparition de ces structures, le FN a montré une certaine négligence quant à la formation de ses cadres », réagit Jean-Yves Le Gallou, qui voit la création du campus Héméra comme une « bonne nouvelle ».

Le retour du métapolitique

« C’est un caillou dans le jardin marioniste », sourit le député de Vaucluse Hervé de Lépinau, faisant évidemment allusion à l’ISSEP, l’école fondée et dirigée jusqu’à l’année dernière par Marion Maréchal, aujourd’hui vice-présidente de Reconquête. En effet, la comparaison entre Jordan Bardella et Marion Maréchal, plus largement du RN et de Reconquête, s’est souvent achoppée à cette dualité entre pragmatisme et idées. Politique et métapolitique. Au fond, Bardella l’a toujours dit aux zemmouristes : « Nos divergences sont stratégiques. » Il l’a répété ce 21 mars : « Le rassemblement, certains en parlent, d’autres le font. » C’est cette idée de rassemblement qui a séduit le théoricien du bloc populaire. « Quand on est fort, on doit rassembler », appuie Jérôme Sainte-Marie, qui voit dans le RN un moyen de s’opposer au bloc élitaire qu’il dénonce. D’ailleurs, l’ambition affichée par le tandem Bardella-Sainte-Marie est claire : faire éclore une élite issue du peuple. S’inspirant directement des écosystèmes qu’ont su créer les grands partis de gauche, ce n’est pas pour rien que Sainte-Marie, qui a fait ses armes dans le trotskisme, va dispenser un cours sur l’histoire de ce courant bolchevique fidèle à Léon Trotski. Un courant pas encore mort puisque, comme le rappelle Sainte-Marie, « pour la première fois dans l’Histoire de la Ve République, un député trotskiste a été élu à l’Assemblée » (Jérome Legavre, élu avec le soutien de la NUPES dans le 93). D’ailleurs, la youtubeuse Tatiana Ventose, ancienne adhérente du Parti de gauche, a donné au campus une interview vidéo. Celle qui avait appelé à voter Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2022 apparaîtra aux côtés d’un autre Insoumis repenti : Andréa Kotarac.

Pour nourrir intellectuellement la réflexion du campus Héméra, Sainte-Marie a avancé les noms d’auteurs comme Raymond Aron mais aussi l’antilibéral Jean-Claude Michéa, Antonio Gramsci ou encore Julien Freund. Des noms qui s’éloignent de la pensée de la droite conventionnelle. « L’heure est venue », sourit François Bousquet. Le patron de la revue Éléments est en bonne place parmi les contributeurs du campus.

Marc Eynaud
Marc Eynaud
Journaliste à BV

Vos commentaires

12 commentaires

  1. Se construire intellectuellement, par effet de miroir, sur le modèle initié par Éric Zemmour et Marion Maréchal est plutôt cocasse. Et cruel à la fois puisque c’est reconnaître explicitement que le RN manquait sérieusement de fond jusqu’ici.
    Mais, cerise sur ce gâteau du cocasse, nous découvrons que cette école des cadres du RN qui devrait réjouir la Nouvelle Droite, nous dit-on, sera co-parrainée par un trotskyste repenti, ancien compagnon de route de Jean-Pierre Chevènement, bref un homme de gauche en la personne de Jérôme Sainte-Marie, un national socialiste pour résumer.
    Le masque du RN tombe…

  2. c’est amusant la tante copie la nièce ! Marine veut faire comme Marion. Bon c’est une bonne idée mais elle n’en est pas la créatrice

  3. Bref, pendant que LFI se glorifie d’avoir dans ses rangs des Louis Boyard ou des Sandrine Rousseau et une foultitude de casseurs, le RN se donne les moyens de former intelligement des gens qui, le temps venu (et il viendra, le gouvernement et Jean Luc Mélenchon s’y emploient activement) aurons pour mission de redonner la parole aux Français. Les faits sont têtus et, quoi qu’en dise, monsieur Darmanin qui, à chacune de ses interventions donne un coup de patte à l’extrême droite, ce sont bien les « antifascistes » qui cassent, incendient, insultent, appellent au blocage du pays, quand les soit disant nazi ont montré leur espect des lois de la République par leur attitude durant les discussions au Parlement. Et ceux qui se sont « payés du flics » hier, ne sont pas membres du RN…

  4. Le RN fait maintenant partie du système comme les autres, à savoir qu’il se chiraquise c’est à dire se gauchise pour faire bonne figure et ses convictions sont à géométrie variable. MLP veut soi-disant rassembler mais à condition que ce soit derrière elle exclusivement, mais pour moi il en est hors de question. Elle veut rentrer dans le camp du bien, et ne s’opposera pas aux dingueries sociétales (IVG dans la constitution, euthanasie …) et trouve que l’islam est compatible avec la république (voir un de ses députés qui inaugure en grandes pompes une mosquée devant le drapeau turc). Bref il faudra que tout change pour que rien ne change !!! Et pourtant j’y ai cru jusqu’après les élections de 2017.

    • Ha Ha Ha … La « belle histoire factieuse » au sujet de ce député RN qui a inauguré une mosquée ! … Et celles qui étaient déjà construites ? Qui les a « inaugurées » ? des députés du RN ? Que se passe à Roubaix ? Qui était en place à la mairie de cette zone de « communautés » très ouvertes aux partages des idées ? …
      Ceci dit, ce n’est pas le RN qui « sauvera la FRANCE » ! … Les « partis de gouvernance » qui sévissent depuis Pompidou non plus ! …VITE un « DE GAULLE » mais pas le « Z » car il est déjà « en putréfaction » tellement il les a côtoyés …

  5. PFFF ! … Encore « une usine à clônes » du genre de l’ENA qui a enfanter bien trop de « déconstruits » et surtout des coucous politicards qu’il aurait fallu « tuer dans l’œuf » ! … Le karcher démocratique doit absolument être vraiment utilisé pour nettoyer de fond en comble la « démocratie française » …
    Il y aura encore pendant longtemps des « pariat » et autres « roselyne » qui nous certifiront que ce sont eux « les sachants ayant fait des études » ! …
    En FRANCE, il y a des « chercheurs » de tous calibres … Ce serait bien qu’il y ait quelques « trouveurs » ! … Et loin de cette caste de coucous politicards qui nous coûtent un pognon de dingues ! …

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois