“Fais pas ci, fais pas ça, viens ici, mets-toi là, attention prends pas froid”… Ces recommandations édictées par Jacques Dutronc dans une de ses plus célèbres chansons écrite il y a 40 ans s’adressaient à un enfant. Maintenant, nos politiques écrivent tous les jours cette même rengaine, mais en assenant de multiples interdits aux adultes, parents, électeurs et citoyens que nous sommes !

Ainsi, la mère Merkel, après les attentats islamistes d’hier, vient de recommander aux touristes allemands d’éviter les lieux publics et d’attractions à Istanbul. En d’autres termes, faites du tourisme mais évitez les lieux touristiques !

Le maire de Cologne, après les agressions islamistes du 31 décembre, demande implicitement aux Allemandes de ne pas provoquer la sexualité des immigrés en rut en aménageant autour d’elles un espace vital protecteur long comme le bras et en adaptant leur tenue vestimentaire. En d’autres termes, faites la fête mais chez vous !

On nous autorise à financer l’État à coups de taxes exorbitantes sur les paquets de tabac en nous gâchant notre pause cigarette à longueur de slogans dramatiques et d’images morbides : “Fumer tue”, illustré par la vision d’un cadavre étiqueté dans une morgue ! En un mot, détendez-vous avant d’être raide !

Idem pour l’insécurité routière que l’on combat à grand renfort de clips tout en autorisant des publicités où le côté sportif et sensuel de la conduite est mis en avant, sauvegarde du secteur automobile et des taxes afférentes oblige !

Bien sûr, le bourrage de crâne politique n’est pas en reste. Souvenons-nous de l’unanimité politico-journalistique pour la Constitution européenne en 2005, et aujourd’hui encore contre l’amalgame anti-musulman qui pourrait mettre en péril cette véritable chance pour la France que représentent l’immigration et le métissage, passages obligés pour atteindre l’évident nirvana des sociétés multiculturelles, à l’instar du Liban et de nos belles banlieues !

Pour colmater les brèches que nos apprentis sorciers creusent chaque jour, ceux-ci proclament des interdits toujours plus nombreux, intrusifs et culpabilisants, vieux système psychologique pour faire endosser aux autres ses propres fautes.

Et dire que tous ces gribouilles manipulateurs sont issus de l’oxymore soixante-huitard “Il est interdit d’interdire” ! Un pavé dans le cauchemar !

16 janvier 2016

À lire aussi

Attentats : ces larmes de crocodile paralysent l’émergence d’un vrai débat !

Ce que l’on fait pour les individus, il faut d’urgence le faire pour ce corps social franç…