Migrants et délinquance - Allemagne

La police de Leipzig recommande aux femmes de ne plus faire du jogging seules

Écrivain et journaliste belge francophone
Son blog
 

Chaque nouvelle journée apporte son lot d’agressions sexuelles et de viols commis par des migrants sur les Allemandes. L’attaque particulièrement violente et le viol d’une joggeuse à Leipzig, en Saxe, amène la police de cette ville à recommander aux femmes de ne plus faire du jogging seules.

Alors que les agressions sexuelles survenues le samedi 26 août 2017 à Halle, en Saxe-Anhalt, lors de la Fête des lanternes au cours de laquelle des hommes au teint foncé ont attaqué sexuellement des femmes allemandes (dix d’entre elles ayant porté plainte et la police demandant aux autres victimes potentielles de se faire connaître), ont fait la une de la rubrique au cours des derniers jours, une nouvelle affaire fait des vagues dans la presse.

Le 31 août, à Leipzig, en Saxe, un homme au teint et aux cheveux sombres portant une petite barbe a suivi une joggeuse, l’a frappée à plusieurs reprises violemment au visage, l’a traînée dans une prairie et violée, avant de prendre la fuite. La victime, âgée de plus de 50 ans, a dû être opérée en urgence pour des blessures graves au visage.

Le porte-parole de la police de Leipzig recommande aux femmes d’être prudentes dans les bois et parcs, aussi durant la journée. Il déclare : « Il serait mieux de faire du jogging à deux ou, au moins, de regarder si quelqu’un d’autre se trouve quelque part dans les environs. Lors d’un dépassement, un regard doit être jeté par mesure de sécurité afin de ne pas être attaquée par derrière. » Avant d’ajouter : « On peut naturellement continuer à faire du jogging seul, mais on doit faire attention. »

Dans cette même ville, le jour précédant cette agression, le Tunisien de 30 ans Isaam H., vivant depuis 2013 en Allemagne et ayant eu deux enfants avec une Allemande, a été condamné par la Justice à trois ans de prison pour avoir agressé et violé en rue, le dimanche 11 décembre 2016 au matin, une infirmière de 36 ans qui revenait du travail.

Devant le tribunal, l’auteur des faits s’est plaint d’avoir perdu cinq mois de sa vie en prison après avoir été confondu par la police et n’a fait preuve d’aucune compassion envers sa victime, qui suit une thérapie depuis des mois, souffre d’angoisses, se retourne souvent lorsqu’elle marche en rue et évite les endroits sombres.

Le 29 août, toujours à Leipzig, un homme au profil nord-africain a agressé une Allemande en pleine rue à 11 heures du matin et a tenté de lui enlever sa culotte avant de prendre la fuite.

En cette fin du mois d’août, d’autres agressions ont eu lieu à travers le pays. Par exemple, le vendredi 25 août 2017 à 4 heures du matin à Munich en Bavière, une Allemande âgée de 16 ans a été forcée par un Afghan de 18 ans, avec qui elle avait bu de l’alcool, de lui faire une fellation. La police a arrêté l’auteur des faits.

L’Allemagne d’autrefois, au sein de laquelle une femme pouvait se promener seule dans la rue durant la nuit, a disparu suite à l’ouverture des frontières orchestrée par la chancelière Angela Merkel.

Cet article a été lu 8222 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel