Au beau milieu des chroniqueurs de Cyril Hanouna, Patrick Sébastien n'est pas dépaysé. L'ambiance lui rappelle sans aucun doute le refrain de sa célèbre chanson « Ah ce qu'on est serrés au fond de cette boîte, chantent les sardines ». Également serrés les uns contre les autres, les intervenants de l'émission chantent généralement les mérites de la bien-pensance. Le tout dans un bain d'huile avec quelques tranches de cornichons.

La similitude avec l'univers confiné qu'il dénonçait amène l'ex-animateur de à apporter le grain de poivre qui manquait à l'ensemble. Bravant tous les interdits, Patrick Sébastien se fait l'avocat de celle qui avait choqué la brochette de bienheureux réunis sur le plateau : la terrible ancienne Miss France, Delphine Wespiser, l'odieuse reine de beauté qui, dans un élan d'inconscience, avait cru bon soutenir la candidate dans cette même émission. Cris et chuchotements avaient suivi cette prise de position. Une sardine non calibrée s'était immiscée dans la boîte. L'une d'entre elles, le chroniqueur Matthieu Delormeau, lançait immédiatement une fatwa à son encontre. Elle devait disparaître de Fort Boyard, être enduite de goudron puis évincée à tout jamais du paysage audiovisuel mondial.

À ce tollé, le poète sardinier est venu apporter un bémol : « Il y a des trucs qui m'ont choqué ici, par exemple quand vous vous en êtes pris à la petite Delphine. » Pris soudain d'amnésie, l'animateur se défend d'un « Ah non, pas nous ! » à fendre le cœur des plus ardents défenseurs de la liberté d'expression. Les appels au lynchage médiatique de l'un de ses poissons-pilotes ont été effacés de son disque mou interne. « Non, pas vous », confirme l'ex-amuseur du samedi soir, sans doute contaminé par le syndrome du trou de mémoire. « La p'tite, elle a des cou...lles », ajoute-t-il. Assise devant son téléviseur, Madame de Fontenay tombe de sa chaise. Comment, en 2012, une candidate munie de tels attributs a-t-elle pu échapper à sa vigilance ? Des voisins alertés par ses cris d'indignation arrivent pour rassurer la fondatrice du Comité Miss France. Patrick Sébastien voulait ainsi exprimer le courage de Delphine Wespiser qui, contre vents et marées, avait exprimé une certaine sympathie pour la candidate maudite. Ouf... Re-chapeautée, la dame reprend le cours de l'émission pour apprendre que le monsieur au langage fleuri aurait voté blanc au second tour. Du « ni l'un ni l'autre » de bon aloi en ces temps de diabolisation express. Le barde aux chansons pour noces et banquets se fait « Assurancetourix ». Déjà bâillonné par la générale en chef de , l'homme ne se risque pas sur des terrains qui pourraient lui faire perdre tout espoir d'être invité dans une émission.

13800 vues

3 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

27 commentaires

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter