Editoriaux - 23 janvier 2013

Nouvelles révélations sur le complot sioniste !

Il s’est passé quelque chose de très important à l’Office français de l’Immigration et de l’Intégration. Deux nouvelles. Une bonne. Et une mauvaise. Commençons par la bonne, commentée avec élégance et finesse (comme toujours) par Gabrielle Cluzel. Arno Klarsfeld a été débarqué du poste de président de cet Office par Manuel Valls ! Certains lecteurs de Boulevard Voltaire n’ont pu cacher leur joie. Un sioniste, un Juif de moins, ça ne peut que faire plaisir…

Et maintenant la mauvaise. Il a été remplacé par Rémy Schwartz, un énarque aussi proche de Hollande que Klarsfeld l’était de Nicolas Sarkozy. Schwartz ? Un nom pareil, peu français, ne prête qu’au doute et à la suspicion légitime.

J’ai donc cherché — c’est le travail normal d’un journaliste — à savoir qui était M. Schwartz. N’ayant rien trouvé dans Libération, Le Monde et Le Figaro, il m’est apparu que je devais puiser à des sources plus fiables. Plein d’espoir, je suis donc allé sur Fdesouche qui a vocation à porter fièrement la bannière de l’identité française. Rien : il n’y en avait que pour (c’est-à-dire contre) les Arabes. Voyant que M. Hillard, bien plus informé que moi sur le complot sioniste, y était convié pour une conférence, je me suis tourné vers Islam Info. Là il n’y en avait que pour (c’est-à-dire contre) les Juifs ! Très encouragé j’ai lu, lu et lu. Et rien. Rien sur Rémy Schwartz.

En désespoir de cause, je me suis tourné vers Égalité et Réconciliation animé par Alain Soral, dont la vigilance n’est jamais prise en défaut. Et là — que du bonheur ! — j’ai trouvé. Un long article signé Hicham Hamza (ce qui prouve qu’on peut être issu de la diversité et brillamment réussir) spécifiait que M. Schwartz était président de la communauté juive libérale d’Ile-de-France. Qu’il était sioniste, plus dangereux encore qu’Arno Klarsfeld car moins affiché. Et que celui qui l’avait nommé, Manuel Valls, était, nonobstant ses origines catalanes, un suppôt fanatique de l’entité sioniste.

Voilà. On n’a rien sans rien. Il faut bosser. Il faut chercher. Car tout le monde ne dispose pas de fiches toutes prêtes contrairement à Soral qui en a une armoire pleine. J’y suis arrivé. Certains penseront que le but de mes très laborieuses recherches était (bonne nouvelle, mauvaise nouvelle) de plonger dans l’affliction ceux qui se sont réjouis de l’éviction du Juif Klarsfeld. Telle était bien mon intention.

À lire aussi

Boeing ukrainien : c’est peut-être un déséquilibré qui a tiré le missile ?

Après l’avoir farouchement nié, l’Iran a reconnu sa responsabilité dans le drame. « Une er…