Radio France : Une grève en soutien à Guillaume Meurice !

langfr-800px-France_Inter_logo.svg

« Défendre la liberté d’expression. » Ils n’ont pas peur des grands mots. Six syndicats (CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD, UNSA) de Radio France ont déposé un préavis de grève pour ce dimanche. Ils entendent protester contre la suspension de Guillaume Meurice, victime selon eux d’une sanction injuste.

Le 2 mai dernier, l’humoriste a été suspendu dans l’attente d’une éventuelle sanction pouvant aller jusqu’au licenciement pour avoir réitéré ses propos sur Benyamin Netanyahou tenus fin octobre. Il avait comparé le Premier ministre israélien à une « sorte de nazi sans prépuce », ce qui lui avait valu un rappel à l’ordre de l’Arcom, mais aussi une plainte, récemment classée sans suite.

Dans leur préavis de grève, les organisations syndicales demandent à la direction du groupe public « la fin de la répression de l’insolence et de l’humour » et « la réaffirmation sans limites de la liberté d’expression » sur ses antennes. Elles s’inquiètent aussi des « menaces » qui pèsent, selon eux, « sur des émissions populaires et singulières », en particulier sur France Inter...

L’ombre de l’extrême droite fantasmée

Comme nous l’apprend L’Humanité, les syndicats estiment que la présidence de Radio France serait trop perméable « aux critiques de l’extrême droite, des médias de Vincent Bolloré et du compte X @MédiasCitoyens » (qui ne penche pourtant pas spécialement à droite). Ils réclament à la direction de prendre « la défense des personnels contre toute forme de pression et de dénigrement extérieurs ». Et la rappellent à ses obligations de « respect par l’employeur de son obligation de protection et de sécurité ».

Le 5 mai, déjà, la CGT de Radio France dénonçait la décision de la direction de suspendre l’humoriste Guillaume Meurice, y voyant l’œuvre d’une extrême droite toute-puissante. « Ce qui nous inquiète par-dessus tout, c’est cette fâcheuse tendance à subir, et désormais à anticiper, les pressions politiques de tous bords, venant de la fachosphère, déclarait alors le syndicat. Nous ne voudrions pas voir Radio France glisser vers l’auto-censure, voire l’auto-sanction. »

Paranoïa et double standard

Interrogé sur le cas Meurice à l’Assemblée nationale, mardi, le ministre de la Culture, Rachida Dati, a promptement balayé les thèses complotistes et autres accusations délirantes venant des rangs insoumis. « En octobre 2023, l'Arcom avait mis en garde de manière très argumentée France inter suite à la chronique de Guillaume Meurice, expliqua-t-elle face aux mélenchonistes. Malgré cela, il a refait sa chronique à l'identique [...] Radio France ne pouvait pas ne pas réagir. L’Arcom ne fait pas respecter le Code pénal mais le cahier des charges qui est imposé à Radio France. » Limpide.

Mais les explications et les justifications, fussent-elles implacables, ne calmeront pas l’extrême gauche. Cette dernière ne se caractérise pas, en effet, par son honnêteté intellectuelle. Ni par sa cohérence. Rappelons que le même Guillaume Meurice qui en appelle aujourd’hui au respect de sa liberté d’expression n’a pas hésité à signer, en février dernier, une pétition demandant la fermeture de CNews. Hypocrisie, quand tu nous tiens...

 

Jean Kast
Jean Kast
Journaliste indépendant, culture et société

Vos commentaires

54 commentaires

  1. Humoriste. OK mais mais alors il nous faut une statistique  » Est-ce que Mr G.M. vous fait rire et vous fait écouter Fce Inter ? On peut d’ailleurs élargir sur Charline. Ensuite un retour au cahier des charges = Fce Inter est-elle chargée d’informer l’ensemble des Français ou de faire rire une minorité ? On sent là un gros potentiel d’économies.

  2. De suspendre l’humoriste, parce que il a fait des mots d’esprits et d’humour, sur un sujet sensible ! la chaine commet un acte de censure inacceptable ! Pourquoi ? Parce que l’humour n’a jamais tuer personne ! Les mots haineux et la haine peuvent tuer où pousser des personnes aux suicides, pas l’humour ! Hervé de Néoules !

  3. Et France Info va sûrement se mettre en grève en soutien à Jean-François Achilli.
    RSF très silencieux ou alors je n’ai pas entendu.

  4. Voilà des économies à faire pour l’Etat et Le Maire, Que Radio France et surtout France Inter se mettent en grève illimité et que l’on supprime toutes ces subventions qui alimentent la subversion !

  5. « Préavis de grève à Radio France pour la liberté d’expression ».
    Hahaha, on n’est pourtant pas le 1er avril.

  6. Qu’ils se mettent en grève : cela leur évite de dire des âneries!!………….que cela dure longtemps !

  7. Gréve a France Inter, Quelle bonne idée ! J’espère qu’elle sera reconductible….Avec Guillaume Meurice, qu’est-ce qu’on rigole….pour une fois !

  8. Guillaume Meurice c’est « la liberté d’expression pour moi mais pas pour les autres » .Il serait plus facile à défendre et à soutenir s’il navait pas signé une pétition demandant la fermeture de CNews

  9. Ils peuvent faire grève aussi longtemps qu’ils le souhaitent un peu d’air frais ne fera de mal à personne

  10. ouf ils font quelque chose d’intelligent se taire en faisant grève, pourvu qu’ils ne soient pas payés, alors osez grève illimitée, nous le peuple on se marre, que leurs voeux soient exaucés, que le service public soit vendu au privé, on remarquera qu’aucun syndicat « bien-pensant » n’ont fait grève pour Jean François Achilli journaliste sur le service public, il reconnaitra qu’il n’avait pas d’amis dans ce cartel.

  11. Guillaume Meurice, l’humoriste qui n’a rien d’un journaliste et ne faisait rire que les journalistes de France Inter. Plutôt qu’un grève les salariés de France Inter auraient du créer une cagnotte pour que le brave Meurice aille se former auprès d’humoristes de talent.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois