« Nous sommes en guerre. » C’était le 16 mars 2020 et notre Président prenait la parole à propos de l’épidémie de Covid qui commençait à flamber. Clemenceau avait bien prévenu : « On ne ment jamais tant qu'avant les élections, pendant la guerre et après la chasse. » Et cela se vérifie à mesure que sont révélés les contenus des auditions devant les parlementaires des commissions et la Cour de de la République des divers personnages qui ont occupé nos écrans pendant les confinements… et longtemps après.

Dans la série « C’est pas moi, c’est l’autre », la question des masques restera longtemps un modèle des plus aboutis. Dès le 28 janvier, en effet, le patron du Centre de sanitaire avertissait (avec un « +++ ») : « Pour les masques, nous allons être confrontés à une pénurie de matière première. » Ce dont le secrétaire général du gouvernement d'Édouard Philippe est informé dans les 48 heures, dans le même temps probablement que le directeur général de la Jérôme Salomon.

Pour autant, comme le rapporte Le Point, Jean-François Delfraissy, nommé président du Conseil scientifique le 10 mars, n’en sera informé qu’autour du 24 mars. Un des membres de son Conseil a pourtant demandé dès le 12 mars à l'Élysée, précisément à Mme Chêne, directrice de Santé publique France, quel était l'état des stocks. « Elle m'a répondu : "Secret-défense". Honnêtement, j'ai pris ça comme une plaisanterie », dit-il. Conclusion : pour ses trois premiers avis, le Conseil scientifique ignorait tout de la pénurie de masques !

Quant à l’ébouriffant tango argentin de la communicante Sibeth Ndiaye sur les masques - inutiles un jour et obligatoires peu après -, le même avoue son étonnement : « Oui. Je n'ai pas bien compris pourquoi, au niveau politique et au niveau communication, ils ne disaient pas la réalité. » C’était, en fait, pour réserver le peu de masques disponibles au personnel soignant, qui en avait compris la nécessité dès la mi-mars. On aurait pu alors conseiller au vulgum pecus de se couvrir le nez et la bouche avec les moyens du bord, comme les braqueurs de banque dans les westerns, mais ça n’a probablement pas été jugé assez technocratique.

Clemenceau aurait pu ajouter, et ce ne sont ni le préfet Lallement ni les membres du Conseil scientifique qui nous contrediront : « On ne dit jamais tant la vérité que quand on quitte son poste. »

41773 vues

23 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter