Jean-Paul Brighelli : « Le voile islamique, c’est une façon d’occuper l’espace et les esprits ! »

Polémique au sujet d’une affiche de la FCPE, l’association de parents d’élèves laissant apparaître la photo d’une femme voilée pour promouvoir « une laïcité apaisée ».
Qualifiée d’« erreur » par Jean-Michel Blanquer, mais totalement assumée par la FCPE, selon BFM TV.

Réaction de Jean-Paul Brighelli au micro de Boulevard Voltaire

Jean-Michel Blanquer s’est positionné vis-à-vis d’une affiche de la FCPE. Cette affiche mettait en avant une femme voilée. Le ministre a trouvé cette sortie regrettable. Partagez-vous ce point de vue ?

Je partage totalement le point de vue du ministre. Je trouve cela inapproprié. C’est un euphémisme qui est tout à fait blanquerien. 
Il faut bien rappeler qu’une telle initiative s’oppose à la loi. La loi a été rappelée très clairement par Luc Chatel dans les années 2009. Une sortie scolaire, c’est l’établissement hors les murs. Les règles de laïcité, la loi de 2004 s’appliquent intégralement. Il y a eu un flottement dû à Najat Vallaud-Belkacem, pour les raisons que vous imaginez. 
Se voiler pour escorter les élèves relève du militantisme extrémiste. Or les superstitions religieuses n’ont rien à faire à l’école, que l’école soit à l’intérieur des murs ou hors des murs. Il faut vraiment être clair là-dessus.
La FCPE est une organisation de parents d’élèves qui reçoit, à ce titre, d’importantes subventions. Si j’étais le ministre, je les couperais instantanément.

Cette affaire rappelle l’affaire du voile qui avait éclaté en 1989. Trois élèves avaient refusé d’ôter leur foulard islamique. Est-on en train de revivre la même polémique ? À l’époque, les personnalités comme Ghaleb Bencheikh avaient déclaré que la République avait manqué d’autorité. La République doit-elle marquer son autorité sur ce sujet-là ?

En 1989, les islamistes mettaient le doigt. Actuellement, ils mettent le bras. En 1989, on a été faible. On n’aurait pas eu tous ces problèmes par la suite. Soit on est encore une vraie République et on réagit, soit on est une démocratie à la con et on laisse couler. Si on laisse couler, on coulera avec !

C’est en ne cédant pas sur ces « petites choses », qu’on ne cédera pas sur les grandes.

Il n’y a pas de petites choses en termes de laïcité. Il faut bien comprendre quels sont les enjeux du voile. Les enjeux du voile sont des enjeux politiques, bio-stratégiques. 
J’habite à Marseille, des voiles on en a tous les cinq mètres dans la rue. Il est évident que c’est une façon de s’annexer des pans de territoire et d’occuper à la fois l’espace et les esprits.
Si j’étais à la place de la FCPE , je ne serais pas fier d’entrer dans ce genre de jeu. Beaucoup de parents comprennent très mal ce genre de prises de position.

BFM /em> nous a appris que la FCPE assume son affiche avec une mère voilée.

Cela fait plusieurs années que la FCPE est à l’ouest concernant les revendications des parents. Des gens s’affilient encore à cette organisation infiltrée. Grand bien leur fasse ! Il faut en tirer les conséquences, arrêter de les alimenter et d’en parler. Pour moi, ils n’existent plus !

À lire aussi

Jean-Paul Brighelli : « PISA montre qu’on a baissé les exigences et on a écrasé tout le monde ! »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleJean-Paul Brighelli réagit aux derniers résult…