Editoriaux - Entretiens - Santé - Société - Videos - 21 juin 2019

Bernard Debré : « On veut légaliser le cannabis par électoralisme »

La légalisation du cannabis revient sur le tapis. Réaction du professeur Bernard Debré, ancien ministre et député.

En décembre dernier, l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait donné son feu vert à l’expérimentation du cannabis en France.
Où en est la France aujourd’hui avec le cannabis ?

Le cannabis est interdit en France. L’ANSM n’a pas donné son accord pour le cannabis récréatif.
La France est en train de réfléchir depuis 25 ans. Personne ne prend de décision et il reste interdit.
Que les choses soient bien claires, il y a une centaine de produits dans le cannabis. Deux sont intéressants.
Le tétrahydrocannabinol est dangereux parce que c’est une drogue addictive. Elle peut donner des troubles psychiatriques. Le cannabis récréatif ne doit jamais être autorisé ou alors, on autorise toutes les drogues. On autorise l’opium, les amphétamines et maintenant toutes les drogues de synthèses. Ce n’est pas possible !


Comment expliquer que ce sujet revienne tous les ans ?
Pourquoi vouloir légaliser la molécule « récréative » ?

La première raison est électoraliste. Nous sommes le pays qui en consommons le plus. Il n’y a pas ou peu de répression. Il n’y a pas d’information et pas d’enseignement chez les jeunes. Le cannabis s’est diffusé partout. Un certain nombre de politiciens se disent « pour obtenir des voix, on va dire que… », exactement comme pour les mosquées.
Pardon de faire un aparté, mais quand vous arrivez à vous faire élire maire dans une commune où il y a beaucoup de musulmans, vous leur promettez des mosquées. C’est ce qui s’est passé, même par des gens de droite.
Le cannabidiol est une autre molécule extrêmement intéressante. Elle n’est pas addictive et n’est pas une drogue. C’est un médicament qui va permettre de lutter contre les douleurs cancéreuses, la sclérose en plaque. Elle va augmenter l’immunité. Cette drogue a des actions extrêmement intéressantes. Elle est déjà autorisée dans un certain nombre de pays. En France, on peut aussi s’en procurer. Elle n’est pas illégale.
Le cannabis thérapeutique par le cannabidiol est intéressant. Il faut travailler là-dessus. Il faut donner à l’industrie pharmaceutique le droit de chercher, d’expérimenter et de le vendre.
Mais il ne faut pas autoriser le cannabis récréatif. Ce cannabis récréatif est dangereux quand on le mélange à de l’alcool et à d’autres drogues. C’est très fréquent. Il y a des accidents épouvantables.
En prévision d’une éventuelle autorisation, les dealers produisent du cannabis beaucoup plus fort, qu’on appelle le spice. Il est incomparablement plus dangereux.
Tous les autres médicaments de synthèse sont extrêmement dangereux et prendront très rapidement la place.

L’argument politique est de dire qu’en légalisant le cannabis récréatif, on va lutter contre le trafic de drogue.

Cet argument est complètement idiot. Dans certains états comme le Colorado, le cannabis est légalisé. Le trafic n’a pas pour autant baissé. Des accidents sont de plus en plus importants. D’autres drogues ont pris la place. L’État ne va pas se mettre à être un dealer. C’est absurde !
Je ne comprends pas très bien la psychologie de ces députés. Ils ont peut-être fumé du cannabis lorsqu’ils étaient jeunes ou bien c’est les municipales qui arrivent dans quelques mois…


Vous parlez du cannabis thérapeutique. En quoi cette molécule peut-elle aider à soigner des maladies ? Sur quoi peut-elle agir et comment peut-elle être utile ?

Le cannabidiol est reconnu comme étant un antalgique. Elle agit contre la douleur et il est non addictif. Ce médicament relaxe les muscles. Lorsqu’il s’agit d’une sclérose en plaque, ce médicament peut faire du bien. Il rehausse l’immunité. On n’a pas fini de trouver ce qu’il peut faire. Ce médicament est extrêmement passionnant non addictif et non dangereux.
Si vous le mélangez au reste, il n’a pas le même effet.


Quel est le point de vue des lobbies pharmaceutiques sur le cannabidiol ?

L’industrie pharmaceutique est d’abord une industrie avant d’être un lobby. Pour être un lobby, il faut avoir quelque chose à vendre. Le cannabidiol est pour eux un centre de recherche extrêmement intéressant. On peut s’en procurer. Quand il est bien dosé et bien distribué, c’est un très bon médicament.

À lire aussi

Bernard Debré : “IVG : la clause de conscience pour les médecins est indispensable”

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleLa sénatrice socialiste Laurence Rossignol dép…