Editoriaux - Médias - Presse - Société - 22 juin 2019

Mediapart le blog : et si on interdisait l’hétérosexualité ?

Certes, la mystérieuse tribune date de janvier de 2019, mais depuis le temps qu’elle traîne sur le blog de Mediapart, elle n’a donc ému personne ? Certes, Mediapart précise bien en tout petit, au bas de la page, que « Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart » et que « ses contenus n’engagent pas la rédaction ». C’était déjà l’argument que Mediapart avait opposé à CheckNews.fr après un billet paru sur son blog (et dépublié depuis), partagé plusieurs milliers de fois, selon lequel 80 % des policiers faisant l’objet d’une enquête de l’IGPN sont d’extrême droite… chiffre étayé par aucune source. Néanmoins, le nom « prestigieux » demeure, comme une marque et une caution implicite pour le lecteur moyen non averti… qui pourrait le nier ?

Certes, cette tribune se veut délibérément provocatrice. Rien que le titre : « Interdire l’hétérosexualité ». La provocation autorise-t-elle tout ? Remplacez le mot « hétérosexuel » par le mot « homosexuel » et demandez-vous quelles auraient été les réactions.

L’auteur y décrit le fléau que représenterait l’hétérosexualité sur la société et réclame un référendum d’initiative citoyenne pour interdire l’orientation sexuelle en question. On croyait avoir tout vu et tout entendu ! Mais là, quelle surprise après la lecture de ces lignes teintées d’une hétérophobie saisissante et grotesque : « Attendu que l’hétérosexualité n’est pas une orientation sexuelle, mais un système de domination engendrant et se nourrissant du sexisme, de l’homophobie, de la transphobie, de la biphobie et d’autres oppressions comme le racisme, le validisme ou le classisme. »

Mais qui en est la plume ? Ce n’est autre que Jérôme Martin, ancien membre d’Act Up Paris, activiste droits LGBTQI et… professeur. L’accusateur n’y va pas de main morte et blâme l’hétérosexualité avec une série d’allégations toutes plus violentes les unes que les autres. L’hétérosexuel nierait le SIDA, l’hétérosexuel serait un négationniste au profit du bourgeois blanc, l’hétérosexuel serait le bourreau des femmes violentées, l’hétérosexuel serait passif face à l’homophobie, l’hétérosexuel ne militerait pas assez au côté des LGBT, l’hétérosexuel étoufferait les femmes, l’hétérosexuel ne défendrait qu’une seule identité sexuelle, l’hétérosexuel serait – par son orientation sexuelle – raciste. Puis, argument de taille, « l’hétérosexualité produit des BHL, des Yann Moix, des Michel Onfray, des Luc Ferry, des Le Pen, des Éric Zemmour, des Pascal Praud, des Jean-Michel Blanquer ». En effet, de quoi vouloir se faire stériliser !

Plusieurs auteurs et spécialistes, principalement anglo-saxons, se sont penchés sur la question de l’hétérophobie, qui suscite diverses interrogations depuis quelques décennies déjà. Les travaux sociologiques n’ont pas vocation à nier l’homophobie qui sévit malheureusement dans notre société, mais à signaler son antagoniste plus discret : l’hétérophobie. En 1982, l’auteur américain Raymond J. Noonan la définit ainsi : « Cette négativité généralisée à l’égard du sexe qui s’est cristallisée autour du comportement hétérosexuel – en particulier contre les hommes hétérosexuels – et spécialement contre les rapports hétérosexuels. »

Louis-Georges Tin, auteur du Dictionnaire de l’homophobie, admet que celle-ci « peut exister » mais « qu’elle ne peut pas être mise sur le même plan que l’homophobie ». Jean-Pierre Winter, psychanalyste et écrivain français, admet dans son livre Homoparenté que la société serait touchée par « une sorte d’hétérophobie, au sens de haine de la différence ».

Cette question est on ne peut plus actuelle, étant donné que les médias relaient quotidiennement les « phobies » en tout genre. Au demeurant, les revendications LGBT peuvent, à bien des égards, marginaliser l’hétérosexuel et renforcer un certain communautarisme anti-hétéro.

Dans cette histoire, la cerise sur le gâteau est bien la journaliste féministe Alice Coffin, militante LGBT et militante au sein du groupe d’action La Barbe, qui a partagé sur son compte Twitter la tribune de Jérôme Martin en guise de soutien.

Jérôme Martin a jeté la première pierre sur l’hétérosexualité, que les autres ne suivent pas.

À lire aussi

Alexandre Benalla, le scout toujours prêt ?

Reste à savoir si Benalla a toujours su servir Dieu, l’Église et sa patrie, conformément a…