Au soir du deuxième tour des régionales, fort de ses 53 %, Xavier Bertrand fait son entrée dans la salle de presse, s’installe derrière le pupitre, se racle la gorge et interprète « Je m’voyais déjà… » Inspiré par le succès de Charles Aznavour, le candidat victorieux dévoile les prémices de son tour de chant pour 2022. Un répertoire savamment dosé avec, en lever de rideau, la reprise du grand tube de Jacques Chirac « En finir avec la fracture sociale », dont il égrène quelques notes en avant-première : « Je crois savoir où est le point d’équilibre du pays : très ferme sur le régalien et réduire les fractures sociales et territoriales. » Le tout a capella ! Avec ce standard de la promesse électorale, le futur présidentiable s’assure l’adhésion des publics peu regardants, les filles à soldat, le tout-venant évoqué dans la chanson de Charles Aznavour.

Alors que les premiers rangs sont sur le point de s’endormir à l’écoute de phrases creuses pour politicard de cinéma, l’artiste attaque la ritournelle qui fit la gloire de François Hollande : « Ce chemin de l’espoir, il démarre maintenant, il démarre ici. » Le changement, c’est maintenant ! Séquence nostalgie. Quelques larmes perlent aux yeux des rares socialistes présents… toute leur jeunesse. Pourquoi ne pas reprendre les affiches de l’époque ?

Après ce vague balayage à droite et à gauche, ces reprises de formules éculées, Xavier Bertrand entame la partie « Rassemblement national » de son discours. Le parti de est à terre, le vainqueur ramasse ce qui peut encore servir : « Pour redresser notre pays, il y a un préalable : le rétablissement de l’ordre et du respect. L’insécurité mine la République, la défigure et ce sont les plus modestes les premières victimes. » Barrer la route au candidat d’extrême droite pour ensuite lui faire les poches. Le traquenard a fonctionné. Le butin n’est pas négligeable. Au passage, les peuvent être séduits par ce recyclage d’idées. Attention, il n’est pas Plastic Bertrand !

Sous les « Une autre ! Une autre ! », le perroquet de la Ve République revient et interprète le fameux hymne macronien : « Parce c’est notre projet ! » en version remixée par David Guetta : « Bâtissons ensemble un nouveau projet de société pour mieux vivre partout. »

Dopé par les ovations, Xavier Bertrand a déclaré souhaiter partir à la rencontre des Français. Une grande tournée, des salles combles, son nom en haut de l’affiche en dix fois plus gros que n’importe qui… Après le Tour de France, le gros du peloton. « Et un jour viendra, il nous montrera qu’il a du talent… »

29 juin 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 7 votes
Votre avis ?
55 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires