Un homme lynché par des villageois : quand la nature humaine plonge dans la barbarie

45453393_1966335793402767_7699527952450453504_n-960x500

« Tout le monde sait, mais personne ne parle », écrit Nice-Matin dans son édition du 3 décembre. Pendant près d'un mois et demi, on n'a rien su de ce crime sordide qui s'est produit dans un village des Alpes-Maritimes, jusqu'à ce qu'on en parle dans la presse régionale. Le 12 octobre, un homme, soupçonné de cambriolage, a été lynché par les habitants. Il en est mort, deux jours plus tard, dans un hôpital de Nice.

Selon Nice-Matin, les gendarmes, après avoir d'abord été alertés pour un « cambriolage », ont ensuite appris que « le présumé suspect [avait] été arrêté, neutralisé par des habitants ». Plusieurs sources assurent que « certains avaient des chiens, ils ont lancé au moins l’un d’entre eux sur la victime […] ». Un témoin de la scène raconte : « Plusieurs personnes, des jeunes, sont à l’origine de la chasse à l’homme. Il y en avait un qui avait deux chiens, il frappait le jeune homme. » Le propriétaire d'un bar-tabac confie que « c’est triste pour ce jeune », précisant : « Il venait faire des paris sportifs, ici, mais je pense qu’il n’avait pas vraiment eu le temps de se faire des amis, cela ne faisait pas longtemps qu’il était à L’Escarène. »

Le procureur de Nice a confirmé « l'ouverture d’une information judiciaire du chef de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », ajoutant qu'« aucune mise en examen n’est encore intervenue ». L'enquête est en cours pour identifier les auteurs et déterminer leur implication, images de vidéosurveillance à l'appui. L'un des auteurs serait en fuite à l'étranger. Alors, comment expliquer cet acte odieux ? La peur de « l'étranger » qui n'est pas du village, alimentée par l'insécurité grandissante, même dans nos campagnes ? L'impuissance de l'institution judiciaire, qui conduit des hommes à se faire justice eux-mêmes ? Rien ne permet, à ce stade, d'émettre ces hypothèses.

Tout laisse à penser qu'il s'agit plutôt d'une éruption soudaine de l'inhumanité, voire de la barbarie latente dans chaque homme, qui peut ressurgir en certaines circonstances, surtout lorsqu'on est en groupe et que l'imagination et la passion l'emportent sur la lucidité et la raison. « L'homme n'est ni ange ni bête », écrivait Pascal, attribuant la chute dans la bestialité à la nature duelle de l'homme. Dans tout individu, une bête sommeille, qui peut se réveiller quand elle n'est pas suffisamment maîtrisée par l'éducation morale et l'apprentissage de la raison.

Pascal ajoutait que « le malheur veut que qui veut faire l'ange fait la bête ». L'Histoire le confirme malheureusement, qui est pleine de ces dérèglements. Que dire du massacre des Vendéens ou de la Terreur révolutionnaire, ordonnés par des hommes qui mettaient la vertu en exergue ? Que dire de l'épuration sauvage de la Libération, sinon qu'ils étaient moins des actes de justice que des manifestations, à grande échelle, d'une bêtise associée au fanatisme ? Que dire du terrorisme islamique, sinon qu'il est le fait d'énergumènes persuadés que leur cause est juste ? C'est l'honneur de la civilisation occidentale d'avoir cherché à lutter contre cet ensauvagement de l'homme.

« Chassez le naturel, il revient au galop », dit le proverbe. Il ne faut pas grand-chose pour que l'homme civilisé revienne à la barbarie. C'est vrai de tous les hommes, quelle que soit leur place dans la société. Nos dirigeants ne sont pas plus à l'abri de cette perversion que le commun des mortels : ils se prétendent raisonnables et vouloir l'intérêt général, alors qu'ils sont souvent les jouets de leurs préjugés et de leur égocentrisme. S'ils affichent toujours de bonnes intentions, ils n'en ont pas moins les mains sales.

Philippe Kerlouan
Philippe Kerlouan
Chroniqueur à BV, écrivain, professeur en retraite

Vos commentaires

73 commentaires

  1. Rappelons au passage que le lynchage a été inventé par un homme de bien, Charles Lynch (la Loi de Lynch), à la fois sénateur démocrate (les progressistes d’aujourd’hui), juge de paix, colonel de milice, planteur, esclavagiste et ségrégationniste. Il appartenait à cette élite démocrate totalitaire qui aujourd’hui nous explique ce qu’est le bien et le mal.

  2. Quand le juge n’a plus de discernement et que la police reçoit ses ordres d’un Etat faible et d’une élite sans c…onsistance, il est naturel que le peuple prenne le relai. Quelqu’un ici peut dire le contraire?

  3. Je suis contre ce comportement , parce qu’avant d’en arriver à de telles extrémités , il y a la voix des urnes ! Oui politiquement les gouvernements ont failli sur le régalien et la justice , ils ont fait des choix politiques en privilégiant un secteur pour en délaisser un autre . Rappelons nos les politiques de préventions et autres politiques de la ville qui n’ont rien produit sinon des dépenses exponentielles qui auraient bien servi à donner des moyens à la justice .Sauf qu’après avoir dit cela , on constate que les français ont conforté cette politique à travers leurs votes et aujourd’hui ils jouent aux cow boys ? Les uns et les autres se sont fait abuser par les médias qui ont diabolisé de façon outrancière les politiques qui offraient une alternative à ce foutoir . En toute occasion il faut garder son sang froid et essayer de ne pas se faire manipule et … bien voter . En l’occurrence, Je ne valide pas le même comportement que je déteste chez les racailles de banlieues qui agissent en meute .

  4. Oui, c’est désolant de constater que des citoyens dérapent en de telles circonstances. M. Kerlouan souligne toutefois le climat d’insécurité qui règne dans notre pays car notre système judiciaire est piégé par nos lois laxistes qu’il doit respecter. Nous récoltons ce que nous avons semé en votant pour une classe politique inféodée aux théories des groupes de pression qui cherchent à excuser le comportement anti social de certain de nos concitoyens.

  5. M Kerlouan, c’est effectivement hideux. Coupable certainement mais châtié excessivement.

    Lors de la Libération de la France en 1944, il y a eu des règlements de comptes avec actes de barbaries. Des coupables ont été châtié sans doute avec excès, souvent sans jugement. Des innocents aussi y sont passé, accusé par des profiteurs. Ce n’est sans doute pas notre cas dans cette triste affaire. Bref du point de vue d’une société civilisé, c’est inadmissible. C’est, hélas le lot de toute société en délitement. Nos gouvernants qui arrivent habilement à se faire élire par quelques minorités de circonstances, on trop peur d’en prendre la mesure. Nous le voyons bien, du haut de leur « Olympe » là haut dans les nuages, ils ne se mélangent pas avec la plèbe qui devra se démerder avec les deux, ou trois consignes pour se chauffer, se laver, boire et manger s’ils peuvent.

    Face à ce délitement généralisé il est à craindre que dans notre société en perte de valeur et forte de son impuissance ce genre d’affaire se propage.

    Les raisins de la colère … qui sème le vent récolte la tempête.

    PS : Comme vous le voyez on peut en parler avec regret, sans nommer la « Justice » cette structure qui dans un État failli applique les « Lois » du renoncement, arbitrairement votées par « Des minorités partisanes idéologisées ». Que du beau monde :-(

  6. « Il ne faut pas grand-chose pour que l’homme civilisé revienne à la barbarie. » Et surtout il ne fut pas grand temps. Il faut plusieurs siècles pour construire une civilisation, dont le seul but, rappelons-le, est de permettre la cohabitation entre les hommes « loups les uns contre les autres ». Il n’a fallu qu’une dizaine d’années pour la détruire. Mais avec le concours actif d’une foule de politiques aveuglés par l’idéologie et accoutumés à la servitude.

  7. A mon avis, pour ce nouveau venu dans la région, pratiquer le CAMBRIOLAGE était plus important que de se faire des amis. Ce qui lui est arrivé malheureusement est un mal pour un bien car j’imagine que si ce type de traitement se renouvelle souvent et un peu partout en France, ça va calmer ceux qui ont l’intention de cambrioler. Et ça finira, espérons le, par obliger notre Gouvernement à prendre de sérieuses mesures en donnant de bonnes consignes à notre POLICE et à notre JUSTICE pour que la SECURITE soit rétablie à tous niveaux dans notre pays.

  8. Cher monsieur Kerkouan, vous parlez de barbarie ? Soyez sérieux, tuer un cambrioleur n’est pas un acte de barbarie, vous vous en rendrez compte quand nous y serons vraiment. Le peuple a délégué l’utilisation de la force à sa police, à partir du moment où cette dernière ne s’en est plus, il est légitime à la reprendre.

    • Exactement. Toute société évoluée a besoin d’une police chargée de faire respecter les lois au coeur de la Citée. Sinon, c’est l’anarchie qui s’installe. Face à une police défaillante ( et une justice qui l’est tout autant), voire absente, est-il répréhensible qu’une partie des citoyens en viennent à régler par eux-même, un problème d’insécurité? Au plus profond des âges, il s’est toujours trouvé des individus( les plus forts physiquement) pour défendre la tribu des attaques des prédateurs.

      • respect aux policiers qui font preuve d’abnégation et de courage, le problème de la police c’est la justice qui n’est plus rendue , ou dont les peines prononcées lorsqu’elle est rendue ne sont pas exécutées …

  9. Devant l’inefficacité de l’Etat à défendre les biens de chacun, il est logique que l’auto-défense prenne l’avantage. N’oublions pas que c’est parce que chaque citoyen possédait quelque chose et voulait le défendre que l’Occident a établi sa suprénatie sur le reste du monde. La propriété individuelle est la base de toute puissance.L’URSS s’est écroulée parce que rien n’appartenait à personne (« pour le peuple » ne veut strictement rien dire).

    • Vous exprimez parfaitement ma pensée.
      Tout à fait d’accord avec vous.
      Des qu’une victime ose se défendre on entend toujours le même jugement qui inverse les rôles.

    • Il paraît que sur terre à certains endroits, on coupe mains et pieds pour les mêmes raisons; certes c’est plus humain : =)

    • L’Occident n’a pas établi sa suprématie sur le monde entier ,mais sur une partie , la propriété individuelle existe dans toutes les sociétés humaines depuis des millénaires ,et des lois en assurent le respect .
      Même des régimes basés sur le collectivisme en arrivent à reconnaître le droit à la propriété individuelle,la Chine communiste en est un exemple flagrant !
      Il ne me semble pas que la propriété individuelle soit à la base de toute forme de puissance,l’URSS a été une puissance militaire égale à celle des Etats-Unis durant plusieurs décennies , la Corée du Nord ne reconnait aucun droit à la propriété individuelle et représente une grave menace militaire pour le reste du monde .
      L’autodéfense se justifie moralement dès lors que la force publique fait défaut ,mais cette solution ne peut devenir une règle dans un système démocratique évolué ,à moins d’en arriver à une guerre civile et au chaos entrainant la fin d’une société civilisée,socialement et économiquement développée .
      Voilà contre quoi nous devons lutter, en optant pour une nouvelle politique assurant pleinement la sécurité des citoyens et de leurs biens .

      • Ce que nous appelons démocratie, régi par l’état de droit, n’est autre chose que les desideratas des dirigeants établis en loi, concocte et vote par eux seuls. Le troupeau a le berger et lui seul dicte qui sera tondu ou mange.

  10. A QUI LA FAUTE ? Si notre système POLICE JUSTICE fonctionnait parfaitement bien, les simples quidams que nous sommes n’en viendraient t pas à régler eux-mêmes les problèmes de cette grande INSECURITE que nous subissons dans notre pays. Que le Gouvernement tienne son rôle pour lequel il a été ELU et l’ordre reviendra.

  11. Un article qui dit tout mais ne dit rien. « Crime sordide » comme s’il y avait des crimes sympas. Vrai coupable, ou pas ? Finalement, l’histoire d’un délinquant qui s’est fait pincer et qui a payé en direct pour tous les autres qui ne payent jamais, ou si peu. Certes, voler du matériel et y laisser sa vie, ça peut paraître disproportionné. Avec une justice d’un Etat à l’abandon qui n’est plus reconnue par personne, qui est bafouée et moquée par les délinquants d’abord, comment voulez-vous que cette société ne bascule pas par moment dans l’excès inverse ?

    • La police fait son boulot , c’est la réponse pénale qui n’est pas à la hauteur . Alors , comme vous le dites , les citoyens exaspérés en arrivent à se faire justice. Une raison sans doute à la collecte des armes détenues par les Français . Le gouvernement a peur que les français ne finissent par descendre dans la rue et pas seulement avec des pancartes .

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois