Après les palaces, l’immobilier de luxe, les commerces du même nom et le foot parisien, l’émirat du Qatar compte investir dans nos .

Certes, le tour de table n’est pas encore bouclé, mais du côté Qatari, on avance le chiffre de 100 millions d’euros. Il ne serait question, nous assure-t-on, que de business, les fonds servant à financer – dans ces espaces qu’en d’autres circonstances on appelle « zones de non-droit » – des projets qui ne trouvent pas à s’épanouir faute de moyens. Rien de plus. Et bien mal pensant qui soupçonnerait d’autres visées.

Pour faire taire les esprits chagrins, on assure que la manne pétrolière débordera des cages d’escalier pour aussi inonder les zones rurales. Péquenauds et cailleras, même combat. Soit une caution bien franchouillarde pour « blanchir » ce qui apparaît pourtant comme de la .

En quoi le très libéral Qatar ne ferait d’ailleurs qu’appliquer la philosophie de son allié américain à l’endroit d’une minorité qu’il envisage d’abord sous l’angle de l’arabité alors qu’elle est avant tout française, et que la d’ici et maintenant reconnaît les individus par la citoyenneté et non la race ou la .

Pour parler franc, et l’adjectif n’est pas neutre, peut-on accepter la « solidarité ethnique », même au motif d’une économique venue enfoncer plus encore dans le chômage et la misère ces « territoires perdus de la République » (pour reprendre le titre alarmant d’un ouvrage alarmiste) ?

Est-ce ainsi, c’est-à-dire en semblant fonder son avenir sur une filiation ethnique et religieuse, que l’on compte développer le sentiment d’appartenance nationale d’une jeunesse déjà en mal de repères culturels ?

Ne serait-il pas plus juste que l’intégration des musulmans d’origine étrangère – puisque c’est bien à eux que tous pensent ici – se fasse par le processus d’acculturation ? Qui semble être une voie sûre qui permettra aux musulmans français de définitivement rejoindre le corps de la nation. On peut donc s’interroger sur l’image que peut renvoyer un Etat qui, accusé déjà de se désengager d’une part grandissante du territoire, semble se décharger davantage du fardeau en le refilant à l’émir très enturbanné du Qatar.

1 octobre 2012

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

“Depuis SOS Racisme, les Français musulmans ne sont qu’une réserve électorale”

La droite délaisse ce terrain qui, si elle était réellement conservatrice, lui serait natu…