[Tribune] Sous prétexte de guerre en Ukraine, va-t-on une nouvelle fois voler aux Français l’élection présidentielle ?

vote

Alors que la guerre qui n’a pas encore dit son nom se poursuit et s’installe en Ukraine, une petite ritournelle commence à tourner en France. Une ritournelle qui, relayée par les courants dominants, annonce déjà que l’élection présidentielle prévue les 10 et 24 avril prochains ne sera, compte tenu des circonstances, qu’une nécessaire reconduction du Président sortant, voire un plébiscite annoncé pour celui qui n’est pas encore candidat.

Pour justifier cette position, de nombreux médias et analystes de la vie politique nous expliquent savamment qu’en raison de l’état de guerre qui sévit dans l’est de l’Europe et de l’indispensable implication de l’actuel Président français, par ailleurs président en exercice de l’Union européenne, ce serait quasiment faire acte de trahison que de ne pas soutenir celui qui préside aujourd’hui aux destinées de près de 450 millions d’individus.

Face à ce qui, à mon sens, ne serait qu’un nouveau déni de démocratie, je crois indispensable de rappeler que cette élection appartient aux Français et non à ceux qui prétendent chaque jour davantage nous imposer leur façon de voir et d’envisager l’avenir de notre pays. À cet égard, il convient de rappeler que le conflit ukrainien, même s’il aura immanquablement des conséquences sur la vie des Français, ne menace, selon moi, aucunement l’intégrité du territoire national. Par ailleurs, en dépit des propos alarmistes de certains observateurs, pas nécessairement qualifiés, le risque de propagation de ce conflit à l’ensemble de l’Europe relève plus de la paranoïa que d’une analyse froide et raisonnée des événements.

Une fois la raison retrouvée et les intentions malveillantes repoussées, il faut donc s’interroger sur la portée de ces discours qui, une fois de plus, font le jeu d’une classe politique qui voit dans ce « fait nouveau », certes dramatique, l’occasion de s’accrocher au pouvoir afin de poursuivre son œuvre de déconstruction de notre pays.

Ainsi, si, comme en 2017, les Français ne veulent pas être à nouveau, en 2022, les dindons d’une farce politicienne délétère, il leur faudra prendre suffisamment de recul pour éviter de se laisser influencer par un discours ambiant qui ne vise, en réalité, qu’à les conditionner et leur faire admettre que Macron, dans l’intérêt du pays, serait la seule solution actuellement envisageable. Par ailleurs, toujours face à ce discours qui ne manquera pas d’être amplifié dans les semaines à venir, il faudra également que les électeurs prennent conscience de l’impérative nécessité de leur mobilisation en avril prochain. En effet, face au hold-up électoral qui semble se profiler, seule une mobilisation massive permettra de redonner la parole à ceux qui sont bel et bien méprisés depuis cinq ans.

Nous le voyons donc, après une crise sanitaire qui a paralysé le pays et annihilé les esprits pendant près de deux ans, une nouvelle crise, d’une autre nature certes, surgit et risque de poursuivre les effets catastrophiques déjà enregistrés sur le fonctionnement de notre démocratie.

Pour ma part, j’ose l’affirmer, Emmanuel Macron n’est certainement pas le mieux placé pour participer à la résolution de la crise ukrainienne. Dans cette regrettable affaire, le positionnement de la France, esclave soumise aux États-Unis (cf. le torpillage de la vente des sous-marins à l'Australie) et inféodée à l’OTAN, a perdu toute crédibilité face aux autres acteurs majeurs, dont la Russie, concernés par ce conflit. Ainsi, poursuivre la même (absence de) politique avec le même Président et la même majorité ne peut que nous conduire à de graves déconvenues. Il est grand temps que la France renoue avec sa tradition de non-alignement et affirme, par sa politique étrangère notamment, les valeurs qui sont véritablement les siennes. Ce retour à une France forte, capable de s’imposer et d’être le moteur de l’Union européenne, est possible. Pour cela, une seule condition : ne pas considérer que les jeux sont faits et aller massivement voter les 10 et 24 avril prochains.

Olivier Damien
Olivier Damien
Conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté, Commissaire divisionnaire honoraire

Vos commentaires

91 commentaires

  1. Le retour du bon sens populaire, peut-être…Mais en constatant les réactions de mon entourage, je ne suis guère optimiste, tant le conditionnement des masses est devenu efficace! Peu de gens mesurent les effets catastrophiques d’une probable réélection de Macron.

  2. A la date prévue ou reculée, cette élection n’est-elle pas volée d’avance ?
    N’oublions pas que si, par miracle, l’Ukraine retrouvait subitement la paix, l’arme COVID n’est toujours pas désamorcée !
    En ces périodes troubles il faut toujours garder un coup pourri en réserve.

  3. J’espère qu' »il » ne va profiter de la situation pour un faire un sale coup façon Fillon comme la dernière fois. « Il » essaye déjà avec Zemmour avec le CEDH et ses copains/copines de la bas !!!
    Vive la démocratie à la mode MACRON !!!!

  4. Notre chef de guerre est un charlot de première sans aucune crédibilité tant au niveau national qu’ international. Il suffit de voir le mépris affiché par Biden et Poutine. Non seulement il faut voter massivement mais il faut tout changer t vraiment essayer autre chose que ces guignols qui font honte à la Franc depuis des lustres !

  5. «  » l’actuel Président français, par ailleurs président en exercice de l’Union européenne, » »
    reprenez-moi si je me trompe
    la France préside le Conseil de L’Union Européen
    = c’est un conseil de ministres – pour 6 mois

  6. ……..et nous, et nous, et nous…..?
    on attend de découvrir qu’ici, sur B V, on est au fait de ces faits….et on attendrait un peu de pédagogie pour suggérer ce retour plutôt que de participer à cette mascarade mise au point entre Sondeurs et Médias dans la chasse à la Pub quitte à détériorer le système!
    Hier soir, sur BFM, quelques balourds hurluberlus furent au top de la goujaterie !

  7. Oui, il est temps « que la France renoue » -sic- mais avec le mode d’élection que les constituants définirent pour la IIIème, repris par les deux suivantes, et que 62% des citoyens bouleversèrent pour l’édition de 1965!
    Voyez ce que cela est devenu, avec le Quinquennat de surcroît, et comparez avec ce qui vient de se passer à Berlin et à Rome, où les sortants ont été reconduits qui avaient été élus comme MM. Auriol et Coty, aussi M. De Gaulle en 1958 !
    Et nous, et nous et nous ?

  8. J’appréhende la mise en place servile derrière Macron d’une bonne partie de la population, sous des prétextes fallacieux…Il suffit de voir avec quelle discipline les gens se sont pliés aux « exigences sanitaires », interpellant en pleine rue ceux qui portaient mal leurs masques ,ou qui n’utilisaient pas le gel hydroalcoolique en entrant dans un magasin..
    Les français disposent- ils toujours de leur libre- arbitre..?

  9. Cela ne fait pas l’ombre d’un doute, Macron fera tout pour se maintenir au pouvoir mais cela pourrait avoir des conséquences terribles pour notre pays car je pense qu’une majorité de français est au bord de l’insurrection, Il a réussi un premier coup d’état en 2017 ça peut l’encourager à de nouveau tenter l’impossible car ce type est un tordu.

  10. Macron va tirer partie de cette guerre à son avantage c’est certain, aux oubliettes son bilan désastreux on en parle plus, il refusera le débat de l’entre deux tours face à Zemmour trop risqué pour lui et hop le tour est joué et on repart pour 5 cinq ans.

  11. Je voudrais faire justice du risque nucléaire. Il y a vingt ans je participais à des exercices nucléaires. On calculait les effets d’une bombe de 20 kilotonnes lâchée sur Nice. Il fallait dans les trois jours suivants confiner Moscou pour une quinzaine de jours; Ceci suffit à montrer que l’utilisation d’une arme nucléaire en Europe est utopique, à moins d’accepter des pertes considérables dans la population Russe, sans parler de la riposte … ou alors Poutine est fou. Je ne crois pas.

  12. Vous avez parfaitement raison. Il aurait fallu depuis longtemps que la France se mette en retrait de l »OTAN (américaine); n’est-ce pas trop tard maintenant?

  13. L’idiot utile de Macron, Zemmour, a déjà balisé le terrain du bonhomme élyséen. La « crise ukrainienne » va lui assurer la victoire sans combattre

    • POURQUOI  » idiot utile » ???? si lui est un idiot , alors mince ! qui est intelligent dans ce pays en perdition ?

  14. Il faut absolument dénoncer tout ceux qui appellent à aller voter pour la Présidentielle alors qu’aucun candidat officiel n’a repris l’engagement de la jeune et courageuse candidate citoyenne CLARA EGGER qui n’a eu que 28 parrainages : donner dès septembre la réalité du pouvoir aux citoyens. Cela est simple : élu le 24 avril, dès le 2 MAI l’élu lance pour le 25 septembre un référendum sur un article 89 élargissant l’ INITIATIVE de la révision de la Constitution aux citoyens. A SUIVRE!

    • OUI pour changer de constitution .Mais :
      – il est un peu tard , non , pour s’habituer à un nouveau nom  » célèbre » ;
      – il est impératif d' »exister » et de ne pas se défiler à ce RDV si rare aux urnes ;
      – organiser un référendum en France , dans le bazar généralisé ambiant depuis + de 2 ans , ça risque d’étre épique ( et piraté

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois