[Tribune] Sous prétexte de guerre en Ukraine, va-t-on une nouvelle fois voler aux Français l’élection présidentielle ?

vote

Alors que la guerre qui n’a pas encore dit son nom se poursuit et s’installe en Ukraine, une petite ritournelle commence à tourner en France. Une ritournelle qui, relayée par les courants dominants, annonce déjà que l’élection présidentielle prévue les 10 et 24 avril prochains ne sera, compte tenu des circonstances, qu’une nécessaire reconduction du Président sortant, voire un plébiscite annoncé pour celui qui n’est pas encore candidat.

Pour justifier cette position, de nombreux médias et analystes de la vie politique nous expliquent savamment qu’en raison de l’état de guerre qui sévit dans l’est de l’Europe et de l’indispensable implication de l’actuel Président français, par ailleurs président en exercice de l’Union européenne, ce serait quasiment faire acte de trahison que de ne pas soutenir celui qui préside aujourd’hui aux destinées de près de 450 millions d’individus.

Face à ce qui, à mon sens, ne serait qu’un nouveau déni de démocratie, je crois indispensable de rappeler que cette élection appartient aux Français et non à ceux qui prétendent chaque jour davantage nous imposer leur façon de voir et d’envisager l’avenir de notre pays. À cet égard, il convient de rappeler que le conflit ukrainien, même s’il aura immanquablement des conséquences sur la vie des Français, ne menace, selon moi, aucunement l’intégrité du territoire national. Par ailleurs, en dépit des propos alarmistes de certains observateurs, pas nécessairement qualifiés, le risque de propagation de ce conflit à l’ensemble de l’Europe relève plus de la paranoïa que d’une analyse froide et raisonnée des événements.

Une fois la raison retrouvée et les intentions malveillantes repoussées, il faut donc s’interroger sur la portée de ces discours qui, une fois de plus, font le jeu d’une classe politique qui voit dans ce « fait nouveau », certes dramatique, l’occasion de s’accrocher au pouvoir afin de poursuivre son œuvre de déconstruction de notre pays.

Ainsi, si, comme en 2017, les Français ne veulent pas être à nouveau, en 2022, les dindons d’une farce politicienne délétère, il leur faudra prendre suffisamment de recul pour éviter de se laisser influencer par un discours ambiant qui ne vise, en réalité, qu’à les conditionner et leur faire admettre que Macron, dans l’intérêt du pays, serait la seule solution actuellement envisageable. Par ailleurs, toujours face à ce discours qui ne manquera pas d’être amplifié dans les semaines à venir, il faudra également que les électeurs prennent conscience de l’impérative nécessité de leur mobilisation en avril prochain. En effet, face au hold-up électoral qui semble se profiler, seule une mobilisation massive permettra de redonner la parole à ceux qui sont bel et bien méprisés depuis cinq ans.

Nous le voyons donc, après une crise sanitaire qui a paralysé le pays et annihilé les esprits pendant près de deux ans, une nouvelle crise, d’une autre nature certes, surgit et risque de poursuivre les effets catastrophiques déjà enregistrés sur le fonctionnement de notre démocratie.

Pour ma part, j’ose l’affirmer, Emmanuel Macron n’est certainement pas le mieux placé pour participer à la résolution de la crise ukrainienne. Dans cette regrettable affaire, le positionnement de la France, esclave soumise aux États-Unis (cf. le torpillage de la vente des sous-marins à l'Australie) et inféodée à l’OTAN, a perdu toute crédibilité face aux autres acteurs majeurs, dont la Russie, concernés par ce conflit. Ainsi, poursuivre la même (absence de) politique avec le même Président et la même majorité ne peut que nous conduire à de graves déconvenues. Il est grand temps que la France renoue avec sa tradition de non-alignement et affirme, par sa politique étrangère notamment, les valeurs qui sont véritablement les siennes. Ce retour à une France forte, capable de s’imposer et d’être le moteur de l’Union européenne, est possible. Pour cela, une seule condition : ne pas considérer que les jeux sont faits et aller massivement voter les 10 et 24 avril prochains.

Olivier Damien
Olivier Damien
Conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté, Commissaire divisionnaire honoraire

Vos commentaires

91 commentaires

  1. L’élection est déjà volée par un Macron qui depuis plusieurs mois fait campagne aux frais des contribuables, et pas un seul candidat pour faire le bilan désastreux des 5 ans passés, il n’y a pas de campagne, les média inféodés font eux campagne pour Macron, il n’est qu’à voir les commentaires sur l’Ukraine.

    • Pas un seul ???? Si: Zemmour . ET Marine ; et Dupont-Aignan ; et Asselineau , et Martinez ( voire Jean LASSALE
      + les petites voix qui tentent de se frayer un chemin dans le matraquage US/wokiste ( Messiha ,

  2. Tout à fait d’accord, ne le laissons pas être encore là 5 ans la France ne s’en relèverai pas .!

  3. Pour ne pas affronter l’ élection Macron fait son numéro de personnage capable de sauver le monde. Que représente- il quand il va voir Poutine seul membre de l’ UE, qu’ il téléphone au même Poutine sans demander le moindre avis de l’ UE ou de l’ OTAN. Si il représente la France seule que faisons nous dans l’ UE, dans l’ OTAN.
    Aucune raison pour ne pas le virer car il est nuisible au pays

  4. « les valeurs qui sont véritablement les siennes… »
    A force d’assister au piétinement et au délitement constants de ces valeurs, la question se pose de savoir ce qu’il en reste encore aujourd’hui.
    Il n’y aura bientôt plus grand chose à porter ou à défendre.

  5. Après l’amour immodéré et le fanatisme pour ce dictateur qui casse le pays ,les gens et fait honte des qu’ il ouvre le bec .laFrance est foutue .en cas d’élections à la bonne date surveillance accrue ..car la fraude doit être déjà programmée …situation bien triste pour notre pays .

  6. Je pense que cette élection est déjà pliée, et que les Français sont inconscients des magouilles qu’ils vont utiliser.

  7. Ces propos, dans l’ensemble, me semblent justes. Primo, il est évident que la France doit impérativement et très rapidement sortir de l’OTAN et à ce sujet Sarkozy a commis une énorme erreur. Deuxio la France n a pas à se mêler de cela. Tertio, les Ukrainiens ont choisi un clown professionnel comme président, qu’ils assument leur choix, celui d’un président pro américain et pro OTAN, autrement l’asservissement à Washington.

    • Rappelons nous que le Général De Gaulle avait opté pour l’arme de dissuasion nucléaire, plutôt que l’asservissement aux USA par une adhésion à l’OTAN, ce machin créé par ces derniers pour leur plus grands bénéfices ! Il est d’ailleurs plus qu’urgent de recréer en France une Armée digne de ce nom tant en hommes que de matériels via une politique d’investissements massive, il en va de notre sécurité nationale et de notre rayonnement international.

  8. Macron a perdu toute crédibilité et continue de vouloir jouer au chevalier Bayard. Toute cette classe politique continue de surfer sur la peur en parlant de guerre à tord et à travers. Contrairement à l’idée répandue par l’intermédiaire des médias manipulateurs un changement présidentiel pourrait peut-être renouer favorablement la voie diplomatique, cette guerre n’est pas celle de la France.

  9. Cette farce politicienne délétère ils vont nous la rejouer, ils ne se priveront pas de nouvelles turpitudes. La démocratie étant un leurre pour couillonner les peuples LR/LREM vont aller de concert à la grande messe de l’audiovisuel leur fond de commerce et nous truander.
    Comme l’a dit Jehanne Darc en son temps;  » Il y a grand péril au royaume de France ! »

    • Vive le roy ; à bas la révolution des petits-bourgeois qui ont extirpé les serfs de leur tas de fumier pour les mettre bouche bée devant la télé et leur faire croire , à force de nivellement , qu’ils avaient le niveau BAC : notre grand malheur concocté par ..Voltaire ?

  10. Il y a méprise.
    Macron ne se comporte pas en président de la République française soucieux de protéger les intérêts de son pays mais en européiste forcené.
    J’ai de gros doutes quant â la capacité à réfléchir et à prendre du recul de nombre de mes compatriotes.
    Et pourtant, c’est le moment ou jamais.

  11. Que fait Macron à part gesticuler et se rendre ridicule vis à vis de Poutine. Il a voulu rencontrer Poutine seul, ce dernier l’a ignoré, méprisé, menti et notre petit va t-en guerre se pose en sauveur alors qu’il n’a absolument rien accompli. Ah si Poutine lui a dit qu’il épargnerait les civils…et le petit caporal l’a cru. Il est tellement imbu de lui même qu’il serait capable d’envoyer des troupes en Ukraine.

    • Des troupes en Ukraine, vous êtes dans la folie ambiante.
      Vous voyez la France déclarer la guerre à le Russie ?

    • Et quelles troupes SVP ? Notre Armée n’a eu de cesse que d’être déshabillée, rétrécie, modernisée comme ils disent si bien ! Tout se compte sur les doigts d’une main, tant du point de vue matériel que de troupes.
      Quant à la dissuasion nucléaire, ce conflit montre bien que ce n’est plus un argument ni une force, la Russie l’ayant balayé d’un revers de main et menacé le monde de l’apocalypse.
      Tout est dit.

  12. Malheureusement c’est bien parti. En 2017 une histoire de costumes avait bouleversé les pronostics. Cette année c’est l’invasion de l’Ukraine qui vient occulter tout véritable débat sur les enjeux spécifiques à notre pays . Nous allons , hélas vers une réélection de Macron. Les Français vont avoir peu de changer de président en période de crise. Nous aurons pour 5 ans de plus un mauvais président , qui a dit Tout et fait le contraire. Oubliées les petites phrases méprisantes, les G.J , etc…..

    • Nos malheurs viennent en grande partie de l’acceptation de ce que les médias inféodés nous suggèrent….

  13. Macron n’a aucune stature diplomatique d’envergure, contrairement à ce qu’il tente de faire croire. En échec total sur le régalien, que pèse t’il ? Il n’a jamais brillé sur la scène internationale ( gentil euphémisme). Il devrait se tourner vers Nicolas Sarkozy et Hubert Védrine, comme le demande Éric Zemmour, pour exercer une diplomatie digne de ce nom.

  14. Macron met tout en œuvre pour entretenir le feu de la guerre. Les médias à sa botte, arrosés avec notre pognon, relaient sa propagande et si on en croit les sondages, les cerveaux lessivés, branchés sur ces mêmes médias, lui auraient fait gagner 3 points. Plus un mot sur la campagne, sur son bilan calamiteux, pas de débats, sur les millions de français toujours privés de libertés et de droits, sur ce masque qui étouffe les enfants, Macron ait le beau sur la scène médiatique et ça lui suffit.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois