Alors que la qui n’a pas encore dit son nom se poursuit et s’installe en , une petite ritournelle commence à tourner en France. Une ritournelle qui, relayée par les courants dominants, annonce déjà que l’élection présidentielle prévue les 10 et 24 avril prochains ne sera, compte tenu des circonstances, qu’une nécessaire reconduction du Président sortant, voire un plébiscite annoncé pour celui qui n’est pas encore candidat.

Pour justifier cette position, de nombreux médias et analystes de la vie politique nous expliquent savamment qu’en raison de l’état de qui sévit dans l’est de l’Europe et de l’indispensable implication de l’actuel Président français, par ailleurs président en exercice de l’Union européenne, ce serait quasiment faire acte de trahison que de ne pas soutenir celui qui préside aujourd’hui aux destinées de près de 450 millions d’individus.

Face à ce qui, à mon sens, ne serait qu’un nouveau déni de démocratie, je crois indispensable de rappeler que cette élection appartient aux Français et non à ceux qui prétendent chaque jour davantage nous imposer leur façon de voir et d’envisager l’avenir de notre pays. À cet égard, il convient de rappeler que le conflit ukrainien, même s’il aura immanquablement des conséquences sur la vie des Français, ne menace, selon moi, aucunement l’intégrité du territoire national. Par ailleurs, en dépit des propos alarmistes de certains observateurs, pas nécessairement qualifiés, le risque de propagation de ce conflit à l’ensemble de l’Europe relève plus de la paranoïa que d’une analyse froide et raisonnée des événements.

Une fois la raison retrouvée et les intentions malveillantes repoussées, il faut donc s’interroger sur la portée de ces discours qui, une fois de plus, font le jeu d’une classe politique qui voit dans ce « fait nouveau », certes dramatique, l’occasion de s’accrocher au pouvoir afin de poursuivre son œuvre de déconstruction de notre pays.

Ainsi, si, comme en 2017, les Français ne veulent pas être à nouveau, en 2022, les dindons d’une farce politicienne délétère, il leur faudra prendre suffisamment de recul pour éviter de se laisser influencer par un discours ambiant qui ne vise, en réalité, qu’à les conditionner et leur faire admettre que Macron, dans l’intérêt du pays, serait la seule solution actuellement envisageable. Par ailleurs, toujours face à ce discours qui ne manquera pas d’être amplifié dans les semaines à venir, il faudra également que les électeurs prennent conscience de l’impérative nécessité de leur mobilisation en avril prochain. En effet, face au hold-up électoral qui semble se profiler, seule une mobilisation massive permettra de redonner la parole à ceux qui sont bel et bien méprisés depuis cinq ans.

Nous le voyons donc, après une crise sanitaire qui a paralysé le pays et annihilé les esprits pendant près de deux ans, une nouvelle crise, d’une autre nature certes, surgit et risque de poursuivre les effets catastrophiques déjà enregistrés sur le fonctionnement de notre démocratie.

Pour ma part, j’ose l’affirmer, n’est certainement pas le mieux placé pour participer à la résolution de la crise ukrainienne. Dans cette regrettable affaire, le positionnement de la France, esclave soumise aux États-Unis (cf. le torpillage de la vente des sous-marins à l'Australie) et inféodée à l’OTAN, a perdu toute crédibilité face aux autres acteurs majeurs, dont la Russie, concernés par ce conflit. Ainsi, poursuivre la même (absence de) politique avec le même Président et la même majorité ne peut que nous conduire à de graves déconvenues. Il est grand temps que la France renoue avec sa tradition de non-alignement et affirme, par sa politique étrangère notamment, les valeurs qui sont véritablement les siennes. Ce retour à une France forte, capable de s’imposer et d’être le moteur de l’Union européenne, est possible. Pour cela, une seule condition : ne pas considérer que les jeux sont faits et aller massivement voter les 10 et 24 avril prochains.

5409 vues

1 mars 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

91 commentaires

  1. Depuis l’allocution de ce soir à 20h, nul besoin. Macron vient de gagner sa réélection.
    Brève, directive et qui dédouane son bilan désastreux en arguant des contraintes économiques inhérentes au conflit russo-ukrainien.

    Vous allez prendre cher mais ce n’est pas de ma faute. En avant le litre de SP95 à 2€+ et consorts.
    Il s’érige en chef de guerre qui maîtrise l’hubris poutinien et contient l’ire d’icelui par sa communication. On rempile pour 5 ans. J’espère me tromper sincèrement.

  2. Autrement dit : 1 – Allons Voter . 2 – Éliminons Macron dès le Premier tour . C’est simple ça !

  3. Tant que 25% des français resteront aveugles et sourds, ou sous l’emprise des chaines de radios et de télé complices de Macron , dans toutes les campagnes de désinformations, il sera réélu et la France continuera à descendre la pente!

  4. Il faut avant tout balayer devant notre porte avant de balayer chez les russes ou les ukrainiens. Cette guerre n’est pas notre affaire et le remplacement de notre ado en culotte courte est importante.

  5. Que Macron se retire de la présidentielle et s’occupe de l’Europe parce qu’ il n’y a aucune raison valable pour annuler ces élections .S’il ne peut gérer les deux et vu son inaptitude à diriger ce pays le fait qu’il ne se représenterait plus est une chance pour nous .En effet 5 ans de plus et on est foutu donc la meilleure solution pour sauver ce pays c’est qu’il arrête .Il a fait suffisamment de dégâts .

  6. Que les Français réfléchissent bien avant de mettre leur bulletin dans l’urne . Ce qui arrive en Ukraine, c’est comme si l’Allemagne continuait de tirer des milliers d’obus sur l’Alsace-Lorraine et tuait depuis plus de 5 ans des milliers de gens parce que ceux-ci refusent d’être allemands et veulent redevenir français. Admettriez-vous que la France ne réagisse pas ? Non, d’ailleurs elle a réagit en 1914. Alors au lieu de suivre la doxa euro-germanique, votez pour la France et sa grandeur.

  7. Le retour du bon sens populaire, peut-être…Mais en constatant les réactions de mon entourage, je ne suis guère optimiste, tant le conditionnement des masses est devenu efficace! Peu de gens mesurent les effets catastrophiques d’une probable réélection de Macron.

  8. A la date prévue ou reculée, cette élection n’est-elle pas volée d’avance ?
    N’oublions pas que si, par miracle, l’Ukraine retrouvait subitement la paix, l’arme COVID n’est toujours pas désamorcée !
    En ces périodes troubles il faut toujours garder un coup pourri en réserve.

  9. J’espère qu' »il » ne va profiter de la situation pour un faire un sale coup façon Fillon comme la dernière fois. « Il » essaye déjà avec Zemmour avec le CEDH et ses copains/copines de la bas !!!
    Vive la démocratie à la mode MACRON !!!!

  10. Notre chef de guerre est un charlot de première sans aucune crédibilité tant au niveau national qu’ international. Il suffit de voir le mépris affiché par Biden et Poutine. Non seulement il faut voter massivement mais il faut tout changer t vraiment essayer autre chose que ces guignols qui font honte à la Franc depuis des lustres !

  11. «  » l’actuel Président français, par ailleurs président en exercice de l’Union européenne, » »
    reprenez-moi si je me trompe
    la France préside le Conseil de L’Union Européen
    = c’est un conseil de ministres – pour 6 mois

Les commentaires sont fermés.