Tariq , philosophe musulman, prédicateur de talent… L’homme a belle allure et il en joue. Calme, posé, c’est un fin manipulateur, un malin d’envergure.

Premier ministre de la déconfiture, homme à tout faire d’un président au ventre mou mais sans estomac, Manuel Valls est, lui, au bord du burn out. De nature colérique, atrabilaire qui peine à se contrôler, c’est un sanguin.

Confrontez les deux, c’est l’explosion assurée.

On a tort d’ignorer l’importance du physique. La suprématie du gars décontracté face au petit tout sec et super énervé, celle du stratège qui fignole ses coups de billard à trois ou quatre bandes quand l’adversaire agite sa raquette dans tous les sens en confondant boule et balle.

, coureur de fond, est parti en février. Au jour de la Chandeleur, en pleine hystérie socialo-gauchiste sur la , il a annoncé sur Facebook qu’il entamait des démarches pour obtenir la nationalité française. Né en Suisse de parents égyptiens, marié depuis trente ans à une Française et père de quatre enfants français, il aspire, dit-il, à devenir franco-suisse. Ce qui, aux termes de la loi actuelle, ne devrait lui poser aucun problème. Et d’expliquer ainsi flatteusement sa démarche : « Je pense qu’il est bon de donner un exemple concret et positif d’adhésion aux valeurs de la République. » Comme certains avaient quelques doutes, il a précisé : « J’ai beaucoup hésité. Aujourd’hui je vois, au bout de 30 ans de terrain, que nous sommes dans une dérive absolue et que le PS est emberlificoté dans un débat qui ne sent pas bon du tout » (L’Obs).

Tariq Ramadan allait donc se charger de vaporiser un peu d’air pur des montagnes sur tout ça.

Mais voilà quelques semaines, le secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement, , vole au secours de son ami Hollande en publiant La gauche qui vient. Et de taper sur les frondeurs, les gauchistes et autres malappris qui placent un peu trop haut la figure de l’opprimé musulman. « Ce séparatisme est porté par une part de la gauche de la gauche, qu’on pourrait être tenté de qualifier – de manière polémique – d’“” », écrit-il. « Pour des raisons compassionnelles, en ne voyant les personnes d’origine arabo-musulmane que comme des victimes et des opprimés, cette gauche, bien incarnée par Clémentine Autain, est prête à céder totalement au différentialisme culturel. »

Névrose réactionnelle de Clémentine… La guerre aurait pu s’arrêter là si l’ineffable Manuel Valls, soucieux d’apporter à Israël des gages de son indéfectible soutien, n’avait vitupéré au micro de Radio J. Dans un entretien enregistré juste avant son départ, il déclare que non seulement il n’y a « aucune raison pour que Tariq Ramadan obtienne la nationalité française » – sauf que la loi lui permet une acquisition quasi automatique –, mais il reprend à son compte les accusations de Le Guen contre les islamo-gauchistes : « Il y a toujours ces capitulations, ces ambiguïtés, avec Les Indigènes de la République, les discussions avec madame Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la et de la radicalisation. »

Les canons sont de sortie, le pugilat des gauches est à son comble, Clémentine Autain ayant déclaré à l’AFP qu’elle allait porter plainte contre Manuel Valls s’il ne retirait pas ses « propos mensongers ». Pour l’heure, elle attend « des excuses ».

Quant à Tariq Ramadan, laissant Valls régler ses comptes avec Clémentine et ses frondeurs, il a balancé sur Twitter : « Dites monsieur Manuel Valls, si je ne demande que la légion d’honneur, vous me la donneriez ? Cet “honneur” que vous vendez en Rafales. Deal ? »

Il est vrai que lorsqu’il s’agit des petits arrangements avec le prince héritier d’Arabie saoudite, le Premier ministre est nettement moins regardant…

23 mai 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Une dose de Pfizer, une autre de Moderna ou de Janssen, secouez bien et piquez !

On n’en serait pas là sans les problèmes d’approvisionnement. …