« S’ils veulent aller se marier chez eux, qu’ils y aillent ! »

photo-output (1)

Gérard Dézempte, le maire (DVD) de Charvieu-Chavagneux en Isère, conseiller départemental de l'Isère et président de la communauté de communes, vient de refuser de marier un ressortissant algérien en situation irrégulière. « Stop au laxisme, stop à l'impuissance », écrit-il sur le réseau X. Ce soutien d'Éric Zemmour aux présidentielles s'explique au micro de BV.

Marc Eynaud.  Vous avez refusé de marier un citoyen algérien en situation irrégulière. Pourquoi cette décision ?

Gérard Dézempte. Tout simplement parce que, en vérifiant les papiers de ce ressortissant algérien, nous avons vu que son visa avait expiré le 15 juin 2019. Cela fait donc quatre ans qu’il est en situation irrégulière sur notre territoire. Par ailleurs, je l’ai reçu pour apprécier la sincérité de ses sentiments et il m’a expliqué qu’il travaillait irrégulièrement, c’est-à-dire « au noir ». Il a une adresse dans le Rhône à laquelle j’ai écrit pour lui dire que j’avais suspendu son mariage et que j’avais sollicité madame le procureur de la République et monsieur le préfet pour les informer qu’il devait être expulsé. Pendant plus de quatre ans, il a vécu sur notre territoire, il n’a pas été contrôlé. Cela m’interroge sur les contrôles au faciès ; cela signifie qu’il n’y en a pas du tout car cela fait quatre ans que ce clandestin se promène.

M. E. Cela rappelle la polémique qu’il y a eu à Béziers lorsque Robert Ménard a fait la même chose que vous...

G. D. En tant que maire, je suis adjoint de l’État, officier de police judiciaire, officier d'état civil. En tant qu’officier de police judiciaire, je revendique le droit d’arrêter quelqu’un et de le donner à des officiers de police judiciaire et à la gendarmerie. Cela devrait faire partie des droits des maires, mais ce n’est pas le cas. C’est complètement regrettable. On vient chercher les maires quand on a besoin de nous, mais on ne nous donne même pas accès à des fichiers comme les OQTF. Si ça se trouve, cette personne a une OQTF à son encontre. De plus, je ne sais pas s’il est fiché S.

M. E. Craignez-vous que la Justice ne se retourne contre vous ?

G. D. Nous verrons bien et nous aviserons à ce moment-là. Je suis d’abord et avant tout un lanceur d’alerte. Il y a des moyens faciles que de telles situations ne puissent pas se produire : en plus de recenser ces personnes en situation irrégulière, la loi pourrait interdire tout acte administratif, que ce soit en matière d’État civil ou pour d’autres actes. On ne voit pas comment des personnes pourraient acheter des biens sur notre territoire s’ils sont en situation irrégulière. Il faudrait interdire tout acte administratif pour toute personne en situation irrégulière. Il faudrait également faire en sorte que tout acte passé par un citoyen qui n’est pas en situation régulière soit nul et non avenu.

Dans ce cas, je ne sais pas s'il s’agit d’un mariage blanc, mais ce dont je suis certain, c’est que si cette personne se marie, elle sera automatiquement régularisée. C’est, manifestement, l’objectif qui doit animer certaines personnes qui procèdent de la sorte. J’ai déjà refusé certains mariages et ils sont allés se marier dans d’autres communes, et certains mariés, par la suite, engageaient une procédure pour divorcer. Il faut faire cesser tout cela.

Marc Eynaud
Marc Eynaud
Journaliste à BV

Vos commentaires

23 commentaires

  1. La technique du « mariage blanc » est bien connue…

    BRAVO à ce Maire courageux (comme le fut, récemment le Maire de Béziers, dans des circonstances à peu près semblables..)

  2. À quand des sanctions sévères contre ceux qui font travailler des clandestins, donc, sans papiers? Que fait l’inspection du travail et les inspecteurs payés avec l’argent de ceux « qui se lèvent tôt »???

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois