Défi relevé en ce mercredi 12 novembre 2014, après ces dix ans de patience attentive des initiateurs et responsables du programme ? Avant que Philae se pose sur son site dédié, il a pris une photo-souvenir de sa station mère et vice versa. Comme un hommage spatial réciproque, avant le dernier suspense.

À 16 h 33, heure à laquelle j’entame ce papier, nous sommes encore dans l’incertitude du résultat, car l’ultime fantaisie imposée à notre impatience par les 500 millions de km qui nous séparent du lieu de l’exploit est un délai de 28 minutes !

17 h 04 : victoire ! Grande clameur au centre de contrôle. Fantastique émotion de votre petit rapporteur. Il faudra encore quelques minutes pour obtenir un panoramique du lieu d’atterrissage, grand comme deux trous de golf. Mais beaucoup moins vert !

Cette gigantesque avancée dans la découverte rétrospective de notre monde n’aura coûté que 1,3 milliard. À l’échelle des années-lumière, c’est une aumône. Nos hommes politiques, qui votent des budgets dix fois supérieurs pour des dépenses qui évoquent souvent les trous noirs du cosmos, devraient se lever pour une minute spéciale de silence et d’hommage aux scientifiques ! Le président Hollande, flanqué de l’ex-cosmonaute Claudie Haigneré, qui a vécu cette victoire depuis la Cité des sciences à Paris, ne manquera pas de réfléchir ce soir à la relativité des choses ici-bas.

Jean-Jacques Dordain, directeur général de l’ESA (European Space Agency/Agence spatiale européenne), a, le premier, pris la parole, dans un anglais dont l’accent savoureux a mis une note légère à cet événement majeur, et a rappelé dans une phrase lapidaire mais forte que la clé entre le risque et la réussite est le savoir-faire. Beau sujet de dissertation pour les candidats aux bacs S , ES et même L, l’an prochain.

Philae, petit robot intelligent, s’est fixé sur le sol de la comète Choury grâce à une petite poussée inverse très délicate qui s’est avérée déterminante par suite d’un apparent dysfonctionnement des harpons. Un petit pet qui aura engendré un grand pas pour l’humanité !

À lire aussi

Convention citoyenne pour le climat : sus à la vitesse !

Pourquoi 110 et non 100, pour faire rond ? …