S’il n’en reste qu’un, ce sera… le RN ! Le parti présidé par Jordan Bardella ne pouvait rêver d'être aussi bien placé pour tirer partie de la deuxième édition des Rencontres de Saint-Denis, prévues ce vendredi soir 17 novembre à l’abbaye royale de Saint-Denis, près de Paris. Si Macron maintient bien le rendez-vous ! Car l’initiative tourne au vinaigre pour le chef de l’tat qui pourrait répartir ses invités sur… deux tables de bridge ! En attendant, il fournira au RN une nouvelle occasion de consolider son statut de grande force d’opposition à un macronisme exténué après six ans de pouvoir. Car la spirale s'accélère.

Bardella avait brillé

En sortant le débat politique du cadre habituel de l’Assemblée nationale, du Sénat ou des plateaux télévisés, Macron avait réussi sa première opération Saint-Denis, fin août. Il était apparu en roi thaumaturge parmi ses barons, en père de la nation. Tous les partis conviés, c’est-à-dire ceux qui sont représentés au Parlement, avaient alors fait le déplacement. À ceux-là s’ajoutaient la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, son homologue du Sénat Gérard Larcher et celui du CESE Thierry Beaudet. Manquait Reconquête qui, du fait de son absence de députés, n’avait pas participé aux agapes.

Le rendez-vous avait fait deux heureux. Le président de la République, satisfait d’avoir donné l’illusion d’apaiser le débat l’espace de quelques heures. Et, déjà, le RN de Jordan Bardella. Nouveau venu dans ce type d’agape, le jeune patron du parti avait brillé par son aisance et sa connaissance de chaque dossier.

Pour Macron, toujours pressé d’exister pour se maintenir à flot dans les sondages, il suffisait de remettre le couvert. Bis repetita. Comme pour la manifestation contre l’antisémitisme, le RN a sauté sur l’occasion. Dans une lettre au Président publiée ce 16 novembre au soir, Bardella l'écrit dès les premiers mots : « Le dialogue franc entre les responsables d'opposition et le président de la République est une nécessité. » Il souhaite que « ce rendez-vous aboutisse à des décisions d'intérêt général pour le peuple français » et dénonce « l'inertie présidentielle ». Les autres partis ont montré moins d'enthousiasme, c'est le moins qu'on puisse dire. Chat échaudé craint l’eau froide : les représentants du PS (Olivier Faure), de LFI (Manuel Bompard) et de LR (Éric Ciotti) ont décliné. Le président LR du Sénat, Gérard Larcher, lui, sera à nouveau présent (comprenne qui pourra la stratégie de LR…) comme, bien sûr, la présidente de l’Assemblée nationale, la macroniste Yaël Braun-Pivet. À gauche, le Président pourra converser avec Fabien Roussel (PC) et Marine Tondelier (Europe Écologie Les Verts) qui seront présents. Un mangeur de viande et une végétarienne : de quoi compliquer la composition du buffet sur la table de bridge.

Sécurité, islamisme et référendum

Fureur de Macron qui n'aime pas qu'on morde sa main tendue : le Président évoque une « faute politique majeure » et une absence « absolument indigne ». Pas de quoi troubler le parti de Marine Le Pen où on se frotte les mains en démontant les démissionnaires : « Comme bêtise stratégique, on ne peut pas faire mieux, rigole un dirigeant du RN qui préfère rester anonyme. Ils nous servent sur un plateau le statut presque exclusif du grand parti d’opposition, le reste des prétendants a disparu ! » C’est surtout le renoncement de Ciotti qui étonne : « Soit il n’avait pas envie de travailler ou n’a plus rien à dire, soit il ne souhaite pas sortir de l’ambiguïté de son parti. Cela signe la fin politique de LR », exécute notre dirigeant, qui tient pour négligeable la présence de Larcher.

Dégagé de toute concurrence à droite (hors Larcher, tout de même), Bardella a prévu de mettre le doigt sur les dossiers chauds. La députée porte-parole du RN Edwige Diaz les a mentionnés dans un communiqué : il évoquera « l'urgence d'opérer un sursaut politique, moral, juridique et sécuritaire pour mettre la communauté nationale hors de portée de ses ennemis », rappellera à Emmanuel Macron que « la montée de l'islamisme et celle de l'antisémitisme sont étroitement liées » et « réaffirmera sa volonté de proposition de référendum sur l'immigration comme le souhaitent les deux tiers des Français ».

« On construit »

Pas de barnum ni de conférence de presse prévus dans la foulée par le RN : un simple compte rendu auprès des instances du parti et des porte-parole du mouvement. « On construit, explique notre dirigeant. C’est inutile de montrer les muscles. On veut représenter nos électeurs, avancer nos idées, sans faire de coups : c’est la construction patiente et longue d’un statut, d’une image. » Plus philosophiquement, le RN entend jouer la carte du fonctionnement démocratique : « Quand un Président invite des élus, on s’y rend. Il faut respecter les institutions. Ce n’est pas le moment de s’attaquer à la fonction présidentielle. » Surtout quand les sondages vous laissent penser que ce sera peut-être bientôt votre tour.

14773 vues

16 novembre 2023 à 20:24

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

60 commentaires

  1. C’est bien vu stratégiquement et à moyen terme dans le cadre des élections …présidentielles A long terme je serais plutôt partisan de Reconquête qui parle de civilisation et de grand remplacement. Zemmour a totalement raison quand il parle d’incompatibilité entre Islam et république laïque. Ce que lui conteste le RN.

  2. Macron n’est plus crédible allant de réunions bidons en rencontres inutiles . C’est la fuite en avant tant au plan national qu’international. Un pitre qui aura au moins eu le privilège de détruire encore un peu plus la France.

  3.  » un macronisme exténué après six ans de pouvoir. » un macronisme exténué après six ans de course derrière le pouvoir.

  4. J’émets plus tôt des réserves sur cet état de fait. Car derrière Bardella et ses électeurs il y a Marine le Pen qui a échoué deux fois et qui n’a pas la même analyse logique de Reconquête c’est bien pour cela que Marion Maréchal a quitté le giron familial car MLP lorgne désormais vers saint Denis pour récupérer l’électorat Melenchoniste tout comme les présidentielles . Cette tactique est dangereuse dans le sens où Le Pen père est fille n’ont jamais eut d’ouverture vers des partenaires de droite durant plusieurs mandats . Cette réalité reste un atavisme récurrent de la Famille Le Pen qu’est le nationalisme et le populisme . La différence avec Reconquête Éric Zemmour nous la encore signifié sur CNews il y a deux jours: un parti ne peut travailler seul il doit avoir une vision sur le long terme d’une politique régalienne et d’une culture judéo-chrétienne qui firent de notre pays la lumière du monde où la République et la laïcité ont fait la grandeur de ce pays

    1. Tout à fait d’accord. MLP se dirige tout droit vers une défaite en 2027. Et alors , pauvres de nous ….

    2. BRAVO ! pour votre analyse que je partage. […] MLP lorgne désormais vers saint Denis pour récupérer l’électorat Melenchoniste […] c’est exactement ça et c’est grave. D’autre part cette famille n’a jamais voulu partager le pouvoir.
      Quant à Monsieur ZEMMOUR les Français aiment bien l’entendre, et d’ailleurs l’audimat sur C’NEWs l’a prouvé.
      Marion et E. Zemmour tandem à suivre !

      1. Lors de son intervention magistrale sur CNEWS Zemmour a eu l’intelligence de poser très calmement le débat de fond avec le RN sur la question de l’Islam. Le débat doit avoir lieu. Il faut que le plus grand nombre sache EXACTEMENT à quoi s’en tenir en regard de l’Islam, de l’islamisation et des ses conséquences dans TOUS les domaines, y compris l’économique, le social, le sociétal pas seulement la sécurité et la culture, et donc sur la façon dont le sujet doit être traité. Les musulmans ont toute leur dans la fraternité républicaine (qui n’est pas celle de l’Ouma) s’ils acceptent de renoncer (comme un grand nombre d’entre eux parfaitement intégrés) à celles des prescriptions de l’Islam qui sont incompatibles avec la France et de pratiquer leur religion dans la discrétion comme une affaire privée, sans débordement dans l’espace public. Une approche concordataire en quelque sorte à « intégrer » dans le cadre (probablement inadapté aux problématiques soulevées par l’Islam en France).

      2. à « intégrer » dans le cadre (probablement inadapté aux problématiques soulevées par l’Islam en France) des Lois régissant la laïcité.

    3. On se demanderait presque pourquoi Bardella n’a pas encore supplié Zemmour d’être le candidat de son parti à l’élection présidentielle de 2027 !

  5. Les tensions ne font que croître, les masques tombent un à un, les réalités s’imposent et la vérité émerge petit à petit. Premiers résultats concrets en juin prochain. LFI maintiendra son électorat islamo-gauchistes. Le Macronisme d’effondrera. Et pour le reste …. surprise ? Qui refuse vraiement l’islamisation ? Qui est crédible sur l’arrêt de l’immigration ? Ces deux questions, vitales, existentielles, s’imposent, avant toutes les autres. Ce qu’une guerre a momentanément effacé, une autre guerre encore plus proche le remet, et avec quelle intensité, au premier plan des angoisses des Français.

  6. Sacre de bardella par l’évêque Macron pendant que les journalistes lui portent (même en se pinçant un faux nez) le sceptre et la couronne. Étrange couronnement du rn par tout ce qu’il y a de politiquement correct. En échange de quoi le système peut il adorer ce qu’il brûlait hier ?

    1. La réponse à votre question est pourtant évidente. Il suffira que le successeur de Macron arrive au 2° tour pour que toute la gauche de Mélenchon à la macronie progressiste fasse barrage. Comme d’hab’. Le piège Mitterrand fonctionne toujours.

  7. Cette sorte d’intronisation du RN par Macron, ne serait ce pas un nouveau baiser de judas? Diminuer la longueur du manche de la cuillère lorsque l’on mange avec le diable fini toujours mal.

  8. Est pris qui croyait prendre. Décidément, le locataire actuel de l’Elysée n’a retenu aucune leçon de l’Histoire et des paroles sages de nos grands penseurs. Mais il est vrai qu’il affirmait qu’il n’y avait pas de culture Française.

  9. Les LR, une vieille race de politicards, champions des magouilles et des coups tordus…Il ne tiennent que grâce à l’ancrage départemental dont ils disposent encore. Ils ont tout échoués, tout trahis. Ils ont rejoint pour certains la Macronie et sont donc coresponsables du naufrage de ce pays… Ils admettent enfin : nous nous sommes trompés…Non, vous vous êtes trompés !
    Ils n’ont d’ailleurs pas besoin de se rendre à cette réunion puisqu’ils font partie de ce gouvernement…

    1. Entièrement d’accord, mais je me demande quand même ce que F.X. Bellamy fait chez LR.
      Il serait mieux à RECONQUÊTE!.

    2. Depuis que le RPR s’est laissé prendre dans les filets du B’nai Brith en 86, l’UMP et LR ont continué cette collaboration (terme adapté) avec les socialistes mondialistes. Rien à espérer de ce groupe !

  10. Quand ça veut pas, ça veut pas !
    Après l’immense travail de sape des ministres et députés macronistes à l’encontre du « front national », comme ils disent, voilà notre président réduit à dîner en tête à tête avec le diable !
    Monsieur le président, permettez au modeste citoyen que je suis de vous donner un conseil : ne jouez pas au loto en ce moment !

  11. Mais j’ai bien peur que l’ascension trop rapide ce jeune monsieur pas encore très expérimenté lui fasse gonfler quelque peu les chevilles et qu’il devienne dans son registre un Macron bis avec des dents à rayer les parquets. Il est donc urgent et salutaire de bien le canaliser.

    1. Ne vous inquiétez pas… il avance doucement sans autre but que de préparer un RN fort, organisé, inventif, pour préparer toutes les élections à venir et être en meilleure position possible à chaque fois. Ne pas oublier les municipales qui démontreront l’enracinement du RN en Province, pas les territoires, pour essayer d’avoir Une Présidente de la République qui s’attaque aux vrais problèmes de la Vraie France, pas celle des bobos écolos bios parisiens…!

      1. Pour le moment, le RN semble faire un peu le jeu de Macron sur certains sujets. Soyons TRÈS prudents!

  12. se sera bientôt le tour du R N , j’aimerais !!! mais je doute . comme d’habitude tous les partis voteront contre le RN . et nous aurons un guignol de plus sortie du chapeau

    1. Ce qui prouvera une fois de plus que le français a un grand clapet, mais aucun courage comme lors de toutes les élections et c’est triste.

  13. Il y a fort longtemps qu’Éric Ciotti et Olivier Marleix n’ont plus rien à dire. Encore une élection législative et ils disparaissent du paysage politique. Je ne vais pas pleurer car ils l’ont bien cherché.

  14. Etre présent ou absent apporte quand même une publicité à Macron….! On sait ce qu ‘il en devient de ses « débats rencontres » Rien;! du vent, du bla bla bla de la propagande électorale et toujours une mise en avant de sa politique brouillonne. Le triste sire ne retient rien des dialogues et s’arroge tous les droits. Alors dire que le R.N est mis en avant et L.R. se suicide est présomptueux. Si le refus avait été général et unanime la claque eût été plus saignante. L’union fait la force. Mais là ce fut totalement utopique de le voir

Les commentaires sont fermés.