« Peut-on vraiment croire Valérie Pécresse ? », s'interroge le magazine Têtu ? La candidate de la et du centre ne vient-elle pas de lui déclarer que « la libre détermination du fait partie de [son] ADN » ? Ce n'est pas tout : elle assure avoir toujours appartenu à « la frange progressiste » de la et vouloir « ouvrir davantage les établissements scolaires aux associations qui luttent contre les LGBTphobies ». On comprend que le média historique de la communauté LGBT+ ait des doutes sur l'authenticité de son virage à 180 degrés alors qu'elle avait, naguère, pris position contre le mariage pour tous.

Le magazine observe que la candidate « ne part pas seule dans sa course à l'Élysée, mais avec une équipe rapprochée ». Il n'est pas certain que le sénateur vendéen Bruno Retailleau, chargé des « grandes réformes du début du quinquennat » ou que François-Xavier Bellamy, Laurent Wauquiez et bien d'autres membres du parti LR partagent son point de vue, même si ce n'est pas la première fois qu'elle tourne casaque. En se prêtant à cet entretien complaisant, Valérie Pécresse ne fait que confirmer sa véritable nature : celle d'une politicienne opportuniste.

Tout est bon pour essayer de se faire élire à la fonction suprême. Elle n'a pas seulement changé de look, elle a changé de conviction, en fonction de ce qu'elle croit être ses intérêts. Elle illustre ainsi à merveille le mot emprunté à Camille Desmoulins qu'Edgar Faure s'appliqua à lui-même pour justifier ses volte-face : « Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent. » Souplesse idéologique qui permet peut-être de prolonger sa carrière, mais ne fait honneur ni au personnage qui en abuse ni à la politique.

Certes, ce n'est pas la seule, parmi les dirigeants politiques, à pratiquer cet exercice de grand écart, proche de la démagogie, qui consiste à s'adapter à son public pour lui dire ce qu'il aime entendre – Macron y excelle encore plus qu'elle –, mais la démocratie (ou ce qu'il en reste) en subit le préjudice, car il ne suffit pas de se réclamer d'elle pour être démocrate. En se montrant ouvertement sous ce jour, elle affaiblit sa propre candidature : pour le bons sens populaire, l'inconstance inspire la défiance et s'apparente à l'inconsistance. Faut-il s'étonner si, dans un sondage réalisé par Elabe, elle perd 2,5 points d'intentions de vote au premier tour et n'obtient que 11,5 % des suffrages ?

Ces propos tenus dans le magazine Têtu ne sont qu'un exemple, parmi d'autres, des contradictions d'une candidate qui veut rassembler des opinions irréconciliables. Valérie Pécresse ne peut plaire à la fois à la forte représentée par Éric Ciotti – et tentée par Zemmour – et au centre mou de Jean-Christophe Lagarde, qui n'attend qu'une occasion de rejoindre la majorité présidentielle. Nul ne doute qu'à défaut de se qualifier au premier tour, elle s'empressera d'appeler à voter pour Macron, qu'elle prétend combattre. Cette droite ne détruit pas seulement la société, comme l'a tweeté Philippe de Villiers, elle se détruit elle-même.

5837 vues

23 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

59 commentaires

  1. Mais à reprendre la phrase de Camille Desmoulins « ce n’est pas la girouette qui tourne c’est le vent » j’ajouterai mais à force de suivre le vent la girouette perd le nord.

  2. Pécresse est en train de donner le coup de grâce à son parti. LR, en voie de décomposition à force de reniements et de complaisances avec la gauche, va suivre le PS et s’auto détruire… Pécresse n’est pas que le clone de Macron, elle est aussi celui de Hollande….une girouette à deux têtes qui tourne au gré des vents opportunistes et n’a aucun sens de l’État, aucune vision pour le pays.

  3. VP terminera à 8%. La question de l’UE est en train de devenir centrale. L’UE n’a pas à s’aligner sur les US, n’est pas l’OTAN. Les sanctions massives de la von der Layen sont une stupidité et ne serviront à rien d’autres que nous pénaliser nous mêmes et à pousser un peu plus la Russie vers la Chine. Les guerres américaines, Viet Nam, Irak, Afghanistan on sait comment ça se termine et nous n’avons rien à y faire et rien à y gagner. Les intérêts de la famille Biden en Ukraine ne sont pas nôtres

    1. « Les sanctions massives de la von der Layen sont une stupidité ». C’est l’ordre venu de Washington qui est stupide. Notre super fonctionnaire ne fait que l’appliquer, obséquieusement.

  4. Excellente analyse. Pécresse c’est Macron en jupon….ainsi un peu transgenre qui change d’apparence suivant le sens du vent…! ! ! ! C’est bien ainsi, comme cela Zemmour actuellement 2ème en sondage, mais plus avec les abstentions précédentes pourra être à l’Elysée

  5. pauvre petite fille riche, sans conviction, qui parle pour ne rien dire et qui ne croit même pas ce qu’elle dit. c’est grave pour se presenter a l’élection nationale. protège t elle ses arrières avec le conflit » Alsthom » qui risque de sortir rapidement??

  6. Il ne faut pas une seule voix patriote pour cette politicienne, qui aura, quoiqu’il arrive, son poste de ministre dans la macronie. Elle n’a en effet, aucune conviction, aucune référence idéologique, et quant au charisme… C’est une pure centriste. Si le vent vient de droite, elle va à droite, et s’il vient de gauche, elle va à gauche. Comment appelle-t-on ça, déjà ?

  7. Son fameux « ADN » devrait inciter cette candidate à beaucoup plus de retenue.
    En embrassant ce type de position, elle se discrédite aux yeux des français.
    Nul doute qu’elle peut faire ses adieux à envisager sa présence au second tour de l’actuelle présidentielle.
    Et c’est très bien ainsi…

    1. La prostitution électorale tue un candidat de façon foudroyante. Je l’ai jaugé depuis longtemps, mais elle n’est plus du tout crédible sauf pour les genrés

  8. Depuis ce début de campagne, je suis déçue par Pécresse que je considérais comme une femme intelligente et compétente. Et là, je découvre une girouette sans conviction et sans âme. Difficile de remettre la France sur pied avec de tels atouts ! Bon, elle est quand même moins psychopathe que Macron, mais cela ne suffit pas du tout à me convaincre.

  9. Ou ce qu’il en reste. Merci Mr Kerlouan. Le trucage des « parrainages » par ce mot impropre, qui signifie « adhésion » ou intégration d’un membre nouveau, alors qu’un autre terme « promesse de signature » seul, signifierait je suis démocrate et je signe pour la Démocratie. En changeant de terme les Maires n’aurait plus peur et en abolissant le non-anonymat encore moins peur. La Traîtresse en analyse Intelligence Artificielle n’aurait que 2 ou 3%. Le QI de 10 lui va très bien.

  10. Ce genre de déclaration pourrait – voire devrait – convaincre quelques LR de quitter au plus vite cette femme qui n’a absolument pas l’étoffe d’un bon président. Tout au plus a-t-elle l’étoffe, très souple, d’une arriviste.

  11. En plus d’avoir un jeu de scène lamentable, le charisme d’une huître, elle est hypocrite et demago. Elle a vraiment tout pour elle ! P

Les commentaires sont fermés.