Lors de la célèbre nuit du 4 août 1789, l’Assemblée nationale constituante a voté l’abolition des privilèges féodaux. Jusque-là, il y avait les nobles, les membres du clergé et ceux du tiers-état. Les deux premiers jouissant de privilèges que n’avaient pas les troisièmes. Désormais, les citoyens étaient tous égaux en droit.

C’est un événement historique majeur qui fonde la future République Française ; et cette égalité des droits inspirera la fameuse Déclaration des droits de l’homme.

En cette année 2021, 230 ans plus tard, pour la première fois dans l’histoire de la République, un gouvernement, après avoir instillé la peur dans tout le pays, a bafoué le principe d’égalité et créé deux catégories distinctes de citoyens : les vaccinés et les non-vaccinés. Les premiers, munis d’un ou vaccinal ont le droit de travailler, de se déplacer librement, d’aller boire ou manger dans un lieu public, d’entrer dans un cinéma, un théâtre, une salle de concert. Les seconds n’en ont pas le droit.

C’est unique dans les annales de la République. Une sorte de régime d’apartheid est créé en France. Et l’on entend déjà certains, voulant le pousser plus loin encore, appeler à ne pas rembourser les soins aux non-vaccinés qui tombent malades, voire à ne pas les soigner du tout. On atteint des degrés d’hystérie et d’ignominie inégalés. On a mis le doigt dans un engrenage dont nul ne peut prévoir les conséquences si l’on n’y met pas très vite un coup d’arrêt. Car, enfin, introduire une différence, au nom d’un vaccin, entre les citoyens est un racisme hygiéniste qui ne dit pas son nom. Réglementer la vie privée des citoyens est d’ totalitaire.

Si notre pays comporte désormais deux types de citoyens, le vacciné et le non-vacciné, être inférieur, objet de vindicte et de mépris, comme jadis il y avait le noble et le roturier, objet de mépris du premier, on n’est plus en république : la devise Liberté, Égalité - des droits - ne veut plus rien dire. Quant à la Fraternité, elle s’éteint dans un de délation et de mises en cause plus ou moins virulentes des méchants par ceux qui croient être les bons.

Et l’argument de la protection qui justifierait cet apartheid médical ne tient pas, puisque le non-discriminé parce que vacciné est dit protégé. Le discriminé parce que non vacciné ne lui fait donc courir aucun risque. Donc, pourquoi lui interdire de se déplacer, de travailler ou d’accéder à certains lieux publics comme les autres ?

Avec le trio Castex-Véran-Macron, nous sommes retournés avant la nuit du 4 août 1789. L’état de vaccination, comme alors la naissance, détermine deux types de citoyens, avec des droits différents : le piqué et le non-piqué. Et cet état se perpétue au rythme des rappels, selon un rythme dépendant du bon plaisir du prince.

Si l’on ajoute à cela l’évidente exagération du mal et l’absurdité des règlements s’appliquant aux vaccinés - car, enfin, le système féodal, bien que contestable, avait encore un sens -, force est d’admettre qu’on est là dans un système dont on ne sait s’il faut le qualifier d’ubuesque ou de grotesque. Les deux « viandes comiques » qui, s’appuyant sur les thèses de quelques Diafoirus, viennent régulièrement présenter leurs mesures à la ou les faire voter à l’Assemblée ont à leur actif un tel florilège d’inepties - jusqu’à l’interdiction de boire et de manger dans un train ou la réglementation de la hauteur à laquelle il faut prendre son café - qu’on se demande parfois s’il ne s’agit pas de pervers politiques ou de fous à lier.

14032 vues

6 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

123 commentaires

  1. L’égalité des droits ne signifie aucunement égalité face à la Vie, cette Vie débordant naturellement d’inégalités.

  2. prochaine étape: deux catégories de citoyens, fumeurs et non-fumeurs. Par contre, on maintient évidemment l’égalité en droits entre honnêtes citoyens et délinquants… Bienvenue en Absurdistan !

  3. Si le vaccin est efficace alors les vaccinés n’ont rien à craindre des non vaccinés. S’il n’est pas efficace, alors pourquoi vouloir absolument vacciner tout le monde ? 1167 décès liés au vaccin Pfizer en France au 21/11/2021.(ANSM)

    1. Vous devez vous sentir mal dans votre peau pour détester les antivax à ce point , ils ne vous ont rien fait.Les hystériques ne sont pas ceux que vous pensez.

  4. Le monde est devenu fou , je ne me sens plus à ma place dans cette société dirigée par des furieux mentaux qui sont de concert avec les minorités déjantées qui nous imposent une civilisation qui n’aura plus rien d’humain .

  5. Rappelons aux adeptes du café assis qu’auparavant le gouvernement nous a dit de ne pas nous asseoir sur la plage…

  6. on a à faire depuis 4 ans , et surtout deux , à des incapables sadiques , qui auraient fait merveille dans l’expérience de Milgram , pilotés par un psychopathe qui leur a assuré l’ immunité totale face à leurs agissements.

  7. « Lors de la célèbre nuit du 4 août 1789, l’Assemblée nationale constituante a voté l’abolition des privilèges féodaux ».

    Rappelons que la disparition de la féodalité est intervenue plusieurs siècles auparavant. Que les privilèges dont il est ici question ne concernaient pas que la noblesse mais l’ensemble de la société, tiers-état compris. Les privilèges étaient à l’époque ce que sont aujourd’hui les « avantages acquis »… par exemple !

    1. Une nouvelle noblesse d’argent, de robe, d’intello-bobos, de grands financiers, s’est formée. À croire que de temps en temps, il faille une révolution hygiénique pour nous débarrasser des parasites. Triste époque.

  8. Et si l’on s’en tenait strictement aux textes qui disent que PERSONNE n’a le droit d’imposer un vaccin à quiconque, Convention d’Oviedo, entre autres. Le petit histrion ne connaît pas? Les godillots ne connaissent pas?
    Qu’en est-il de la vaccination de ces messieurs de l’Assemblée nationale et du Sénat qui nous OBLIGENT à la vaccination? Voilà qui devrait apparaître dans tous les journaux.

  9. Si certains sont non-citoyens, le gouvernement doit aller au bout du raisonnement et retirer les cartes d’électeurs à ces non-citoyens. Chiche ?

    1. Ils en sont capables, ou d’une façon plus lâche de les empêcher d’accéder aux bureaux de vote.

      1. En nous attendant près de l’urne avec une seringue triple dose pour compenser celles que nous avons ratées.

    2. … et être dispensés du paiement de l’impot et des cotisations Sécu. On va faire des économies !

  10. A quand l’injection salvatrice dans le foetus lors de la 3ème visite ?
    Bref, trêve de plaisanterie, voilà ce qui arrive lorsqu’un Peuple laisse un imposteur roi du calcul politique, nommer (car c’est de cela qu’il s’agit) un nombre suffisant de ses copains de campagne à l’Assemblée Nationale de façon à s’en assurer une majorité pour lui permettre de faire passer toutes les lois qu’il veut !
    Trop tard pour les remords, le mal sournois est fait.
    Il n’empêche une loi, çà se détricote : avril 2022

  11. La liberté est grandement en Danger !! Aux armes Citoyens !!!! dans tous les cas « Aux urnes Citoyens FRANÇAIS » et n’oubliez JAMAIS, au grand JAMAIS ce qui c’est passé pendant cette période « MACRON/ VERAN/ CASTEX/ SALOMON/ BUZIN….. »

  12. Monsieur Pélaez, en tous les cas, les trois que vous avez cités et quelques autres sont, eux, bien piqués, aucun doute là-dessus n’est permis, peut-être avec quelques grains d’hellébore.

  13. Si on ne veut plus soigner les non-vaccinés, pourquoi alors soigner les fumeurs et les alcooliques ?

Les commentaires sont fermés.