Finalement, Castaner était un très bon choix : arriver après lui est un véritable cadeau, une promenade. l’a bien compris : juste faire le contraire. Ainsi, pour l’une de ses toutes premières sorties, le nouveau ministre de l’Intérieur ne s’est-il pas astreint à des exercices de génuflexion dans la cour de la préfecture de police de mais a pris un avion pour Aiguillon, dans le Lot-et-Garonne. Il a rendu visite aux camarades de la jeune gendarme décédée, samedi, lors d’une opération de neutralisation d’un dealer conduisant sans permis qui lui a foncé dessus.

Gérald Darmanin a compris qu’ici – et partout en France -, aussi bien dans la grande famille des forces de l’ordre que chez tous les Français excédés, l’émotion et la colère étaient grandes. Et qu’il serait bienvenu de l’entendre.

Aussi s’est-il rendu, dès mardi soir, à la caserne de gendarmerie de Port-Sainte-Marie, commune où Mélanie Lemée est décédée samedi. Il y a rencontré les autorités mais aussi les gendarmes de Port-Sainte-Marie et d’Aiguillon pour leur apporter son soutien :

« Aujourd’hui, c’est le temps du deuil. Je suis venu dire à l’ensemble des gendarmes de ce département et, finalement, à l’ensemble de la gendarmerie nationale que nous sommes touchés par ce drame. Rien ne justifie qu’une jeune femme qui sert la République au quotidien subisse ce sort. Je suis venu vous dire tout le respect que j’ai pour les forces de l’ordre. »

“Touché” ? Il ne pouvait pas dire moins…

Mais voilà, cela suffira-t-il à désamorcer la colère ? Car ici on est plus révolté que “touché”. En effet, le ministre n’a malheureusement pas dérogé à la langue de bois officielle dès qu’il s’agit de nommer l’auteur du « drame », les causes. Ainsi, s’adressant aux gendarmes, il a évoqué « ce moment difficile, alors que votre collègue est décédée en service à cause d’un chauffard ».

Un chauffard ? Pour la procureure de la République aussi, l’essentiel de la communication se concentrait sur la vitesse excessive, la conduite sans permis et l’usage et le trafic de stupéfiants.

Rien, évidemment, sur le milieu et l’origine de ce « chauffard ». Un délinquant (condamné à trois reprises) en fait, déjà défavorablement connu, etc., selon la formule bien connue. Qui aurait dû être hors d’état de conduire et de nuire. Peut-être en prison, n’en déplaise au nouveau garde des Sceaux qui a réservé, lui, sa première visite à Fresnes pour se réjouir du taux d’occupation historiquement bas… A Aiguillon, on n’a pas la même appréciation.

On dit que l’ombre de Sarkozy plane sur ce nouveau gouvernement. Et, en effet, il n’a été question, dans les bouches de Dupond-Moretti et de Darmanin, que de « sang mêlé », selon la formule de l’ancien Président. Mais visiblement, le sarkozyste que fut Darmanin a oublié l’autre terme du « en même temps » d’alors : le Kärcher™. Avec ce nouveau gouvernement, il n’apparaît même plus dans le discours. Ils ont tout pris de Sarkozy, sauf le meilleur et ce qu’il n’a pas fait : ce fameux Kärcher™… Or, la situation des trafics, en Lot-et-Garonne comme partout en France, exigerait un nettoyage de ces milieux qui pourrissent la vie des habitants et tuent. Et ce petit département a été durement éprouvé par ces « drames » qui, n’en déplaise à certains, ne relèvent pas de la seule sécurité routière : le Lot-et-Garonne en a assez de ces « chauffards » au profil bien particulier qui ont tué Emma, il y a deux ans, à Villeneuve, et Mélanie, samedi, à Port-Sainte-Marie.

Le service minimum de Darmanin, hier, ici, ne suffira pas s’il ne s’accompagne pas d’une réelle volonté de passer sérieusement aux actes.

Samedi, à 15 heures, à Aiguillon, une marche blanche est organisée à la mémoire de Mélanie. À voir les centaines de fleurs, messages, témoignages déposés devant la gendarmerie, à entendre aussi la colère, il y aura beaucoup de monde.

À lire aussi

Un gendarme neutralise un chauffard multirécidiviste et positif à la cocaïne : il est en garde à vue !

Et c'est là que notre mentalité d'automobiliste multi-contrôlé, multi-surveillé, multi-pun…