Editoriaux - Médias - Politique - Société - 26 juillet 2014

Maire, mais père avant tout

Les médias se sont fait une joie de relayer la nouvelle : un maire opposé au mariage homosexuel et qui avait confié qu’il n’en célébrerait jamais a marié son fils à un autre homme, la semaine dernière en Haute-Savoie.

Ce que les médias devraient comprendre, c’est que les opposants au mariage homosexuel ne sont pas « dégoûtés » d’une telle nouvelle, ils n’ont surtout aucune envie de poser un quelconque jugement sur le choix de cet homme. Contrairement à leurs détracteurs, ces « manifs pour tous » n’ont jamais eu envie de prendre en otage la sensibilité populaire en tirant des conclusions d’un cas particulier.

Mais il est intéressant de voir la façon dont cette info a été relayée. « L’arroseur arrosé », commente Le Monde, « Raymond Bardet s’y est finalement résolu », entame Europe 1… Le ton est là, ces militants déguisés en journalistes disent avec des mots un tantinet plus civilisés « Bien fait pour ce gros naze ! », incapables, même au passage, de se réjouir pour son fils, ce qui serait dans leur logique la seule chose à faire.

Ils nient la particularité de la situation, ils citent ce père sans l’écouter, ne goûtant que la basse vengeance qui se cache derrière leurs mots. Ce maire, père avant tout, a pourtant confié : « Il se mariait, il n’était pas question que je le confie à quelqu’un d’autre. Si j’avais demandé à un adjoint de célébrer le mariage, les gens auraient pu penser que je dénigrais mon fils ou que nous étions fâchés. » Avant d’ajouter : « Je ne ferai pas d’autre mariage gay. Je l’ai fait parce que c’est mon fils. […] Je n’ai pas changé d’avis, je pense que ce n’est pas ce que veut la nature. »

Il saute aux yeux que ces paroles font valser toutes les accusations médiatico-politiques de l’année précédente déclinées en « haine », « homophobie », « intolérance », « rejet »…

Les paroles de cet homme sont claires : il a marié son fils parce qu’il ne voulait pas le « dénigrer »… tout en rappelant aux médias – comme à son fils, donc – qu’il ne pensait pas que c’était ce que voulait la nature.

Un père aimant et prudent qui a choisi d’aimer et de protéger une personne libre tout en lui rappelant son désaccord avec ses actes. Tous n’auraient sans doute pas choisi la même option, mais il a cautionné ce mariage, jugeant que l’inverse aurait fait plus de mal que de bien à son fils… Cette prudence lui appartient intimement.

Tout sauf un « homophobe haineux » finalement, mais il ne fallait pas compter sur les médias pour relayer ces propos avec bienveillance…

À lire aussi

Charlotte d’Ornellas : “Assimiler Éric Zemmour au tueur de Nouvelle-Zélande est insupportable !”

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleLors d’un débat sur CNews, Yassine Belat…