Cliquez pour acheter

En 2010, Augustin Landier et David Thesmar publiaient « La translucide. Pour en finir avec le mythe de l’État bienveillant », un texte provocateur. Nos deux compères, continuant sur leur lancée, font l’inventaire de « 10 idées qui coulent la France ». Leur choix est bien arbitraire : pourquoi pas 5, ou 20, ou 30 ?

Un monde se meurt, un autre est en train de naître. Terrible accouchement. Nos deux analystes se font les collecteurs iconoclastes des clichés et des idées reçues qui perdurent. Avec une juvénile ardeur et lucidité, ils expliquent que l’univers industriel d’hier agonise. Le robot se substitue à l’ouvrier. Voici venu le temps des blouses blanches qui remplacent, dans des usines du deuxième type, la salopette et le bleu de travail. Les ingénieurs, les informaticiens poussent implacablement à la retraire les manutentionnaires.

« Pour sauver l’emploi, il ne faut pas, contrairement à ce qu’affirment les politiques, qu’ils soient de gauche ou de droite, sauver l’industrie mais développer les services. » Tel est le fil d’Ariane qui court à travers ces dix propositions. Elles retiennent toujours l’attention tout en appelant parfois des réserves.

Nos deux auteurs sont des économistes. Ils s’intéressent aux faits et aux idées qui prévalent en leur domaine mais on peut leur reprocher d’oublier souvent les données mentales, psychologiques et pourquoi pas historiques qui pèsent sur l’inconscient collectif. À titre d’exemple, on peut relever leur cécité en ce qui concerne les étranges rapports que les Français entretiennent avec l’argent : d’une façon globale, ils voient toujours, comme sur le tympan de certaines cathédrales gothiques, celui-ci comme un étron sortant du trou du cul du Diable. L’argent, dans une profondément marquée par le catholicisme et la Révolution, est presque maudit par essence. On ne peut pas oublier Judas et ses trente deniers. Il est à l’origine de toutes les trahisons, de toutes les prostitutions, et évidemment de toutes les concussions. Cette relation névrotique se développe d’autant plus que nos contemporains ont une inculture abyssale du fait économique, en raison, notamment, des conceptions marxistes qui prévalent toujours dans l’enseignement.

Ce rapport si tordu avec de la finance explique la mauvaise économique de notre pays. Nos deux auteurs sont bien conscients de cet état de fait : « Sur le plan économique, comparé au reste de l’opinion publique mondiale, le Français moyen fait figure d’anticapitaliste illuminé : il affiche une défiance extrême à l’égard de la propriété privée des entreprises, de la concurrence, de l’ de marché en général. » Que ne développent-ils ce constat ! Ces 10 idées qui coulent la France ne sont que les conséquences d’une perception émotionnelle du monde économique.

Il est regrettable que ces deux auteurs ne remontent pas à la source des fâcheuses situations qu’ils décrivent d’une plume caustique et parfois ironique. Il importe pour eux d’avoir un autre regard en ce qui concerne la compétitivité, la concurrence, l’investissement, le rôle de l’État, des banques et de l’entreprise. Il s’agit de regarder l’avenir avec courage en prenant conscience des problèmes engendrés par une véritable révolution à la fois technologique et culturelle. Le temps des Trente glorieuses est derrière nous. Espérons ne pas voir venir celui des Trente piteuses.

23 novembre 2013

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.