Entretien réalisé par

BV. Au matin de la manifestation contre le « mariage pour tous », ne trouvez-vous pas qu’on qu’en fait beaucoup sur le sujet ? D’ailleurs, il y doit y avoir autant d’homosexuels chez les musulmans que chez les chrétiens, les juifs, sans oublier ceux qui ne croient ni à Dieu ni à diable…

CB. C’est bien entendu une pratique sexuelle qui transcende le fait ethnique, religieux et culturel. Certaines sociétés l’ont condamnée, d’autres tolérée ou d’autres encore valorisée. Mais n’oublions pas que, même si les racines de notre pays sont païennes, son tronc est catholique. Certes, nous dira-t-on, mais la est aujourd’hui laïque ! Que nenni. L’ française reste intimement marquée par son identité religieuse historique. Nous vivons une « catholaïcité », pour paraphraser certains sociologues.

Les trois religions abrahamiques devraient faire position commune sur le sujet, mais on ne vous entend guère. Extinction de voix ?

Les musulmans de France, pour plusieurs raisons, ne prennent que peu et tardivement part à ce débat. Premièrement, car ils sont peu nombreux à dépasser le cadre des débats communautaires. Deuxièmement, le climat actuel, prompt à réduire quelques six millions d’individus à une bande de dingues sanguinaires, ne favorise pas l’audace du débat sur un sujet qui, s’il n’avait en premier lieu été mené par les autorités catholiques et juives, aurait renvoyé les musulmans de ce pays au rôle de fanatiques utiles.

Un enfant avec un papa et une maman, c’est vrai pour les poissons rouges comme pour les humains… Souscrivez-vous à ce postulat ?

Oui, indéniablement, mais pas seulement en tant que musulman, en tant que Français aussi. Comme je le disais, notre modèle ancestral d’entrer dans la filiation, c’est le mariage entre « un » homme et « une » femme. Je souligne ce point, car céder aujourd’hui à une minorité agissante au sein d’une large majorité d’homosexuels se fichant éperdument du mariage, c’est ouvrir la boîte de Pandore à des revendications d’autres minorités agissantes dans les autres communautés. Les lecteurs de ce site penseront immédiatement à mes coreligionnaires au sujet de la polygamie : raison de plus pour qu’ils se mobilisent contre ce projet de loi…

Quand un Français musulman se déguise en salafiste, façon ZZ Top, les Français se disent : « Ces gens-là ne sont pas comme nous et on ne pourra jamais les assimiler… » Mais quand un musulman, d’origine maghrébine ou pas, vit à la française, il est vu par certains comme une sorte de Cinquième colonne, avec Taqiyya 3 et Oumma 4 à tous les étages… Vous êtes coincés : comment sortir de ce labyrinthe infernal ?

La solution ne peut venir que des Français authentiquement patriotes, quelle que soit leur confession, suffisamment lucides pour ne pas céder à la démagogie lorsque l’on parle de l’ ou des musulmans français. Ainsi, les musulmans, et d’abord les cadres de cette communauté, doivent prendre conscience de l’importance d’inscrire cette spiritualité dans le contexte français à travers son histoire, son anthropologie, sa culture… et pour ceux qui y voient de la Taqqiya (dont on nous rebat les oreilles mais qui n’existe que dans le chiisme, à raison d’ailleurs car cette Taqqiya leur a permis d’échapper à l’extermination par les sunnites. Si les Cathares avaient pratiqué la Taqqiya, ils seraient aujourd’hui une composante de la chrétienté), qu’ils prennent de la Juvamine !

Les catholiques traditionalistes vous auraient décrété persona non grata dans leurs manifestations… Info ou intox ?

C’est vrai pour Civitas qui souhaite une manifestation entre catholiques (et ne manifeste d’ailleurs pas en même temps que les autres), mais le catholicisme traditionnel ne se réduit pas à cette organisation. Heureusement, certains fidèles d’Écône comprennent enfin l’idée que les valeurs des trois religions révélées sont très proches même si les dogmes sont très différents. Ce projet de loi est l’occasion pour que croyants et non croyants s’unissent dans le cadre républicain pour alimenter le débat au nom d’une valeur sociétale fondamentale, le mariage.

Croyez-vous en une sorte de « Front du sacré » contre la française, ou, pour être plus précis, contre ce laïcisme de combat qui, après avoir eu la peau des catholiques, a mis celle des musulmans sur sa liste ?

Non seulement je n’y crois pas, mais je ne l’espère pas. La laïcité chèrement acquise doit être préservée et même renforcée car, si elle a permis jadis de préserver le du religieux, elle permet aujourd’hui de préserver le religieux du politique. Je déteste l’idée d’une confrontation haineuse entre Français qui ne profiterait qu’aux ennemis de la France.

Six millions de musulmans, qu’ils soient religieux ou non, ça fait une sacrée pilule à avaler. Vous comprenez l’angoisse de Français qui, pourtant majoritaires en leur pays, puissent finir, dans certains endroits, à se vivre chez eux comme minoritaires ?

Il faut, dans votre question, distinguer les musulmans du fait migratoire en flux continu. Être musulman relève de la spiritualité qui, je suis d’accord, doit intégrer l’idée qu’en France la , depuis plus d’un siècle, n’est plus la bienvenue dans l’espace public ; les catholiques en ayant, les premiers, payé le lourd tribut.

Notes:

  1. Taqiyya : dissimulation faisant partie des choses autorisées aux musulmans par la charî’a.
  2. Oumma : communauté des musulmans, indépendamment de leur nationalité, de leurs liens sanguins et des pouvoirs politiques qui les gouvernent.
  3. Taqiyya : dissimulation faisant partie des choses autorisées aux musulmans par la charî’a.
  4. Oumma : communauté des musulmans, indépendamment de leur nationalité, de leurs liens sanguins et des pouvoirs politiques qui les gouvernent.

17 novembre 2012

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

“Depuis SOS Racisme, les Français musulmans ne sont qu’une réserve électorale”

La droite délaisse ce terrain qui, si elle était réellement conservatrice, lui serait natu…