Plusieurs semaines après le début du conflit en Israël, l'Agence France-Presse (AFP) fait circuler une note auprès de ses journalistes. Le qualificatif « terroriste » est désormais « proscrit » pour qualifier le Hamas. Un choix éditorial qui met en lumière le positionnement militant de l'Agence, selon le journaliste Gérard Bardy, passé par l'AFP et auteur des Combattantes de l'info (Télémaque, 2023).

Clémence de Longraye. Que pensez-vous du choix de l’AFP de ne pas qualifier le Hamas de groupe « terroriste » ?

Gérard Bardy. C'est, bien sûr, une erreur professionnelle grave et l'embarras qui a été celui de l'Agence pour expliquer sa position montre l'ampleur de cette faute. Ce qui est plus grave, c'est qu'il ne s'agit pas d'une erreur ponctuelle mais de la traduction d'une attitude constante de bienveillance envers les Palestiniens et leur bras armé. Depuis longtemps, l'AFP montre une sorte de faiblesse pour cette cause.

Quand l'AFP nous dit qu'elle traite l'information de façon factuelle sans qualifier les acteurs de cette actualité, c'est-à-dire qu'elle n'avait pas à qualifier le Hamas de terroriste, c'est la pire des façons de se défendre. Voulait-elle donc nous dire que c'était le peuple palestinien tout entier qui était responsable du pogrom du 7 octobre ? Non, bien sûr.

Il faut savoir (cela n'a jamais été révélé) que l'actuel directeur de l'information qui a produit ce communiqué explicatif est un Anglo-Saxon qui a pour « conseiller éthique » un autre Anglo-Saxon, ancien journaliste de l'Agence, qui passe sa retraite à ...Hong Kong ! Donc, très loin des réalités de cette affaire qui jette le discrédit sur toute l'AFP où j'ai été journaliste pendant quinze années.

C. D. L. L’AFP a longtemps été vue et décrite comme une agence neutre et factuelle. L’actualité montre-t-elle que l’AFP a en réalité un positionnement militant ? 

G. B. L'AFP a longtemps été une agence de référence dont les médias pouvaient reprendre les dépêches sans même les vérifier. Elle savait séparer les faits du commentaire, le témoignage direct du reporter de l'analyse de l'éditorialiste. Ces dépêches pouvaient être reprises autant par Le Figaro que par L'Humanité.

Mais nous en sommes très loin, et cela, depuis plusieurs décennies. Le cancer du gauchisme, du tiers-mondisme, de la contestation permanente de l'ordre établi a largement détruit la crédibilité de l'AFP. Sans doute 80 ou 90 % des journalistes de l'Agence sont engagés à gauche, avec un pourcentage important favorable à Mélenchon. Comme je le raconte dans mon dernier livre Les Combattantes de l'info, le seul parti politique qui avait un bureau au siège parisien de l'AFP était le Parti communiste ! Et les journalistes de l'Agence se rendaient par cars entiers aux congrès socialistes !

C. D. L. Malgré tout, l’AFP garde un pouvoir immense de mise en récit des faits, n’est-ce pas ?

G. B. Oui, l'AFP garde un pouvoir immense sur les médias car, d'une part, elle est la seule agence de langue française à avoir des bureaux dans le monde entier. Et, d'autre part, les rédactions étant majoritairement à gauche, il n'y a pas grand monde pour s'offusquer des manquement de l'Agence aux principes de neutralité. L'AFP est mollement installée dans l'ambiance de la pensée unique : écolo avec les écologistes, wokiste avec les déconstructeurs de notre civilisation, caisse de résonance de toutes les dissidences. Et jusqu'à la bavure révélatrice concernant le Hamas, cela n'effrayait plus personne...

Quant aux sources de l'information, il n'y a pas d'autres alternatives en dehors des agences de presse étrangères, toutes anglo-saxonnes. Et les médias français en difficultés financières, qui font déjà l'aumône auprès de l'État, ne peuvent plus se payer plusieurs abonnements à des agences. Ni avoir des correspondants permanents dans les grandes capitales du monde. Alors, chacun fait avec l'AFP...

C. D. L. Que pensez-vous du refus du ministre Rima Abdul-Malak de condamner fermement l’AFP ?

G. B. Mme Rima Abdul-Malak est plus prompte à menacer CNews, qui ne fait que contribuer au pluralisme des médias, qu'à condamner l'AFP qui, en refusant de qualifier le Hamas d'organisation terroriste, franchit toutes les limites admissibles. L'AFP ne pourrait pas exister sans le soutien financier de l'État (avec le fruit de nos impôts) mais, au titre de la sacro-sainte indépendance des médias, le ministre rechigne à dire ce qu'il pense. Elle est le produit sans saveur de cette pitoyable politique du « en même temps » qui conduit au discrédit de la France partout dans le monde. La communauté juive, notoirement présente dans les médias français, est indignée et elle a raison.

Je veux y voir une autre raison : l'AFP est devenue un navire pirate autogéré qui fait à peu près ce qu'il veut et que plus personne ne sait ramener au port !

11727 vues

03 novembre 2023 à 19:23

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

41 commentaires

  1. Je travaillais dans une grande rédaction nationale. Si l’on collectait une info quelconque, il fallait toujours attendre une dépêche AFP sur le sujet avant de pouvoir en faire état Si l’AFP n’en parlait pas, l’info passait à la trappe.

  2. C’est fréquent dans l’histoire, après une réussite indiscutable, (AFP ou d’autres) un système devient ingérable, car ennivré par son succès !!! S’il ne se corrige pas , il finit par disparaître !

  3. Pas étonnée, ce sont eux qui trient les messages que l’on peut mettre avec un pseudo sur les « News » d’Orange, vu que la présidente d’Orange a été nommée contrairement aux statuts et en avril 22 par Macron, imaginez le tri !!

  4. Nous avons une démonstration de plus que la principale caractéristique de notre classe politique est la lâcheté et l’absence totale de dignité. Le dirigeant de l’AFP, avec un gouvernement digne de ce nom devrait être viré sans autre forme de procès. Mais quand on voit que des députés avec leur écharpe tricolore peuvent faire les malins dans une manifestation dûment et légitimement interdite en toute impunité, on ne peut plus s’étonner de rien.

  5. Je ne me fie plus à l’AFP depuis longtemps. Je préfère les diffusions des propos tenus par leurs auteurs eux-mêmes, en anglo-saxon : en live. Notre beau français s’incline même devant les anglicismes. Pauvre FRANCE SUICIDAIRE !
    Victorine=31

  6. Avec son hégémonie sur la pensée, l’opinion et la presse, la gauche peut se rire des indignations de « l’extrême droite fasciste » qui se dit « pluraliste ». Elle ne craint pas grand chose et peut regarder « ceux d’en face » se démener, s’agiter pour rien ou presque, comme des poissons rouges dans leur bocal. Le totalitarisme rouge puis woke » a depuis longtemps gagné la bataille des idées et de la culture. Il n’y a jamais eu de procès de Nuremberg du communisme et ça se voit!

  7. Vous croyez qu’on échappe à l’éducation qu’on reçue dans son milieu d’origine ? Ne pas oublier que Mme Abdul Malak est d’origine libanaise comme la Directrice générale de l’AFP Mme Dilila Zein. Cela explique peut-être pas mal de choses.Le navire AFP n’est pas si errant….

  8. Lorsque des journalistes d’un service public à ambition internationale se mettent à réinterpréter, ignorer ou bafouer la simple définition d’un mot, par ailleurs reprise dans une loi française et que sa ministre de tutelle ne semble pas en saisir la portée, on peut commencer à s’inquiéter gravement pour notre démocratie.

  9. L’AFP est toujours dirigée par un énarque (même promo que Macron). Alors !.. pas de quoi s’étonner ! Néanmoins toutes ces appellations en « isme » commencent à me gaver ! Fascisme, nazisme, complotisme, terrorisme …. etc ne veulent strictement plus rien dire. Tout le monde les utilise à tire-larigot et à tous propos pour qualifier les gens qui ne sont pas d’accord avec eux. Jean Moulin était considéré comme un terroriste par les allemands en 40. L’armée japonaise était aussi terroriste vue des américains suite à Pearl Harbour (justifiant Hiroshima). Pour moi, terroristes ou pas, le Hamas sont des « assassins en bande organisée ». Celà suffit à les désigner.

  10. L ‘hégémonie de la gauche dans les médias et la culture et l’université est admise par tous sauf la résistance comme BV par exemple. Merci aux courageux contrirbuteurs et redacteurs

  11. Faire le ménage dans ces écuries d’Augias que sont les médias et les Universités ! Mais pour ça, il faut un Hercule, pas un Macron….

  12. L’une des clés (il y en a d’autres) de l’embarras dans lequel madame Abdul Malak et l’A.F.P. sont plongés réside dans l’association fort mal venue de la Culture, de l’information et du système de subventions.
    À la lumière de l’influence croissante du mondialisme sur la formation de nos gouvernements successifs, cette association « culture/information/subventions » induit naturellement la notion d’une Culture au service d’une propagande politiquement correcte au moyen d’une presse subventionnée par le pouvoir en place !»

  13. Si par un curieux hasard il se trouvait encore un citoyen Français ne remarquant pas que l’AFP est un parti politique d’extrême gauche alors plus de doute possible pour ces quelques résistants. Pourtant cet organisme d’information grassement pays par l’ensemble des Français soumis aux taxes et impôts mais qui à un cout de fonctionnement au minimum élyséen aux ordres d’une gauche Melenchoniste qui arrive qu’en troisième position en baisse sur l’échiquier politique continue à être un danger pour la république Française.

Les commentaires sont fermés.