Il y a une semaine, les tensions autour de l'enclave russe de Kaliningrad, soumise au blocus des sanctions contre la Russie, laissaient redouter une extension dangereuse du conflit. Comme le disait Jean Lebrun sur franceinter, Kaliningrad, c'est « une mèche sur un tonneau de poudre ».

Et puis, ces jours-ci, le risque d'escalade s'étend à la Biélorussie, rare pays allié de la Russie. Samedi soir, le président biélorusse Alexandre Loukachenko a accusé l'Ukraine d'avoir tiré des missiles contre son pays, missiles qui auraient été interceptés. Quelle que soit la réalité des faits, l'escalade menace.

C'est à cette étrange évolution - une escalade assumée des deux côtés sans aucune véritable perspective de négociation - qu'ont voulu réagir des intellectuels allemands en publiant, dans Die Zeit, un texte à rebrousse-poil de la musique guerrière dominante en Occident. Traduit dans L'Express, le texte tranche sur les positions officielles occidentales ressassées au G7, notamment par son réalisme. Le titre choisi par l'hebdomadaire français - qui n'est pas le titre original mais qui provient bien de ce texte - est sans détour : « Une victoire complète de l'Ukraine est irréaliste. » Il a le mérite de pointer le grand non-dit de la propagande occidentale dans son soutien à l'Ukraine. Certes, il s'agit sans doute de se montrer dissuasif vis-à-vis de la Russie, mais l'on voit mal une contre-offensive ayant pour objectif le retour à la situation d'avant l'offensive, sauf à nous faire entrer dans une guerre ouverte contre la Russie. Escalade encore. Et tout aussi dangereuse. « Continuer la guerre avec comme but une victoire complète de l'Ukraine sur la Russie, écrivent-ils, cela signifie que des milliers de victimes de guerre supplémentaires vont mourir pour un objectif qui semble irréaliste. »

C'est l'autre mérite de ce texte que de pointer l'absence de buts de guerre précis du côté occidental : « Mais plus ces mesures [les sanctions] s'étendent dans le temps, plus les objectifs de guerre qui leur sont associés deviennent flous. »

Le réalisme, ces intellectuels l'adoptent aussi comme grille de lecture pour les conséquences géopolitiques qui commencent à se faire sentir en Europe et dans le monde : « La poursuite des combats provoque des urgences humanitaires, économiques et écologiques massives dans le monde entier. Une famine se profile en Afrique, qui pourrait coûter la vie à des millions de personnes. La hausse rapide des prix, les pénuries d'énergie et de nourriture ont déjà provoqué des troubles dans de nombreux pays. Si la guerre se poursuit au-delà de l'automne, les pénuries d'engrais auront également des conséquences planétaires. Il faut s'attendre à un nombre élevé de victimes et une déstabilisation de la situation mondiale. » Pas de catastrophisme apocalyptique, non, la simple réalité dont prennent actuellement conscience les opinions publiques, qui risquent de se défier de leurs dirigeants qui, tels des somnambules, semblent découvrir un peu tard les conséquences de leur traitement du conflit. Là encore, nos intellectuels allemands les mettent en garde contre l'escalade.

Certes, pour les signataires de cette tribune, il ne s'agit pas de sombrer dans la « poutinophilie » ni de céder devant la politique du fait accompli, mais d'appeler à l'ouverture rapide de véritables négociations : « À ce jour, il n'y a pas eu d'effort concerté de la communauté internationale, en particulier de la part des principaux pays occidentaux, pour engager des négociations. »

Au moment où les dirigeants occidentaux ont affiché pour le G7 une complicité décontractée et narcissique, de bien mauvais aloi vu la gravité de la situation, la tribune de ces intellectuels allemands les ramène à la réalité d'une guerre qu'ils n'ont pas su prévenir et qu'ils peinent à endiguer, donnant parfois au contraire l'impression qu'ils soufflent sur les braises.

Ces intellectuels ne sont pas de doux rêveurs : parmi les signataires, un général à la retraite conseiller d'Angela Merkel. Leur tribune est le signe que les opinions publiques pourraient rapidement demander des comptes à leurs dirigeants. Elle a aussi le mérite de rappeler que le débat outre-Rhin est bien plus actif qu'en France.

4275 vues

3 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

50 commentaires

  1. « Elle a aussi le mérite de rappeler que le débat outre-Rhin est bien plus actif qu’en France. » chez nous , il n’y a plus de débat , les pro masques , pro vac , pro ukraine , anti poutine ont pris le pouvoir et sont dans la majorité macronettiste .

  2. Quand on voit les postures de Macron au G7 il faut se demander si ce gamin se rend compte de la situation et de la France, de l’ UE, du monde. Il ergote, il pérore, il parade, un paon. J’ espère que nos généraux en service se souviennent qu’ ils sont au service de la France, pas au service d’ un président provisoire. Donner notre armement est une folie
    vendre nos avions est une folie, déshabiller notre armée est une trahison surtout n période de risque de guerre.

  3. Cette Guerre en Ukraine, qui ne représente que 0,4 % de la surface terrestre, démontre les dégâts de la Mondialisation ! Le Monde entier est atteint ! Quelle démonstration !
    Un minimum d’Autarcie est nécessaire. La France en est bien loin !

  4. Oui les USA ont une force de bison….mais ils ont aussi un cerveau de bison : cerveau énorme mais beaucoup moins efficace que celui d’un border collie. Quand la machine a tuer est lancée rien ne peut l’arrêter et ça gicle de partout (c’est le quoi qu’il en coûte). S’il y a un ravin comme en Afghanistan les bisons tombent dedans

  5. Tant que les Français ne comprendront pas que les USA veulent se refaire la cerise sur notre dos ça continuera. Les USA n’ont qu’un objectif les « USA first ». Ils veulent vendre beaucoup d’armes à l’UE, ils veulent vendre leur gaz et leur pétrole. Ils ont créer le prétexte qu’attendait Poutine pour garantir à la Russie l’accès garanti à la Méditerranée. Hitler avait inventé l’agression polonaise, Biden a inventé l’entrée de l’Ukraine dans l’Otan et l’UE.

  6. Les intellectuels allemands seraient-ils plus intelligents que nous? Je ne suis pas spécialiste de géopolitique mais ayant une partie de ma famille originaire de Königsberg j’ai une vue différente du conflit et je peux vous dire que les Germanos-Russes qui vivent à Kaliningrad (anciennement Königsberg) préfèrent être Germanos-Russes que Germanos-Américains malgré le passé douloureux.

  7. On se prend à rêver qu’il subsiste encore quelques personnes de bon sens. Comme naguère l’enclave de Dantzig, celle de Kaliningrad est un casus belle évident qu’il serait téméraire de chatouiller. Notre chance, c’est que l’économie Allemande aurait tout à perdre dans cette escalade, car malheureusement, on ne peut plus guère compter sur le bon sens du Gouvernement Français dont le Corps Diplomatique était remarquable jusqu’ici. (On vient de le dissoudre).

  8. Si on intervient, ce sera la guerre. Si on n’intervient pas, ce sera le déshonneur et la guerre. Amis de Dantzig, bonsoir !

  9. En France aussi, il y a débat mais une telle censure ! Et lutter déjà sur celle qui aveugle sur la gestion du covid demande déjà tant d’énergie…

    1. Et à la peur du covid vient s’ajouter celle de la guerre. Le sénile des US se frotte les mains, notre pervers jupiter jubile (je continue à les emmerder!) et Poutine rigole devant son échiquier. À suivre!

  10. Les pays du G7 sont aux ordres des USA pour lesquels cette guerre n’est simplement que la continuité de cette idée américaine d’être et de rester le pays dominateur du monde entier .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter