Immigration : 40,6 % des placés en centre de rétention sont maghrébins

centre rétention administrative

Le dernier rapport conjoint des associations pro-migrants – largement subventionnées par l’État – Groupe SOS Solidarités, Forum réfugiés, France terre d’asile, la Cimade et Solidarité Mayotte nous présente l’état des lieux général de la réalité des placements en rétention administrative. Et, comme souvent lorsque l’on évoque le sujet de l’immigration en France, les chiffres sont consternants.

Au total, 43.565 personnes ont été placées dans des centres de rétention administrative (CRA) en 2022, Hexagone (15.922) et outre-mer (27.643) confondus. Bien souvent, les personnes placées dans ces centres (à 94,1 % des hommes) le sont après des contrôles de police (38,2 % des cas) ou après leur sortie de prison (26,6 %). Cerise sur le gâteau, en ne prenant que les chiffres de la métropole, on se rend très vite compte d’une chose : le Maghreb y est surreprésenté. En effet, 40,6 % des retenus sont algériens, tunisiens ou marocains.

Des mesures d’expulsion inopérantes

La France n’a jamais autant prononcé d’obligations de quitter le territoire français (OQTF) que depuis le premier quinquennat d’Emmanuel Macron. D’après les chiffres communiqués par le ministère de l’Intérieur, 156.103 OQTF ont été prononcées en 2022. Un nombre qui pourrait susciter un certain enthousiasme si celles-ci étaient réalisées. Une massification des OQTF que l’on retrouve dans la plupart des exemples de personnes placées en CRA sous le coup de mesures d’éloignement. 67,26 % sont sous le coup d’une OQTF, quand 14,43 % sont soumises à la procédure Dublin (transfert vers un pays jugé responsable de l’examen d’une demande d’asile) et 10,71 % interdits de territoire français.

Si le gouvernement veut porter le nombre de places en CRA de 1.788, aujourd’hui, à 3.000, en 2027, il faut aussi qu’il adopte une politique d’expulsion ferme vis-à-vis des pays d’origines. Alors que les pays européens sont prompts à accueillir leurs ressortissants, à l’image de l’Albanie (79,1 % des retenus y ont été renvoyés) ou de la Roumanie (72 % de renvois ont été effectués), les pays du Maghreb, en revanche, sont rétifs à récupérer les leurs : sur 3.744 Algériens placés sous le coup d’une mesure d’éloignement, seuls 749 d’entre eux ont effectivement quitté le territoire français ; de même pour les Marocains (1.419), qui n’ont été que 241 à être expulsés de France ; enfin, seulement 322 des 1.304 Tunisiens ont été renvoyés dans leur pays.

Le cas de l’outre-mer

Évoquer le sujet de l’outre-mer, c’est, en réalité, évoquer celui de Mayotte. En 2022, 26.020 personnes dont 2.905 mineurs étaient placées en CRA. Le 101e département français représente, à lui seul, plus de 94 % des placements en rétention de toute l’outre-mer. Une situation catastrophique à laquelle souhaite remédier le gouvernement avec l’opération Wuambushu. Sur l’ensemble de l’an dernier, 74 % des personnes retenues au centre de Pamandzi, ville de 11.000 habitants à l’est de l’île, avaient été contraintes de rejoindre les Comores voisines.

Malgré leur haut taux d’effectivité, ces expulsions rencontrent un succès en demi-teinte. « Les personnes reviennent sur le territoire aussi vite qu'elles sont éloignées. Il est même possible d’entendre un retenu scander "à tout à l’heure" à un agent de la PAF [police aux frontières, NDLR] ou voir une personne en situation irrégulière discuter avec l’agent policier qui l’a interpellé », indiquent les associations dans leur rapport. Une situation effarante à laquelle s’ajoute une proximité de fait entre agents de l’État et clandestins : « Cette proximité entre les étrangers en situation irrégulière et les agents interpellateurs […] et policiers dans le CRA est bien propre à Mayotte, obligeant les personnes en situation irrégulière à quasi systématiquement collaborer avec les policiers afin de s’assurer un prochain "séjour" au CRA sans difficulté supplémentaire pour eux. » Ainsi, qu’elle soit hexagonale ou ultramarine, la France reste une passoire.

Julien Tellier
Julien Tellier
Journaliste stagiaire à BV

Vos commentaires

15 commentaires

  1. Quel cirque ! Personne n’ignore cette évidence aujourd’hui en France, ni même en Europe, il suffit de voir comment ont voté les pays scandinaves aux dernières élections pour en avoir la confirmation. Tout ce que nous pouvons faire n’est que gesticulations puisque nous avons par ailleurs délégué notre souveraineté à des instances supranationales, qui elles-mêmes appliquent des directives d’organisations européennes ou mondiales. Nous sommes confrontés à un système à deux vitesses où un pays comme la France doit appliquer le droit au point virgule près, sous peine de sanctions, tandis que d’autres pays peuvent faire ce qu’ils veulent en tout impunité. Nos tribunaux pourraient prononcer des OQTF par millions que cela ne changera rien, puisque les pays dont sont originaires les clandestins nous méprisent et ne respectent pas le droit. C’est une situation comparable qui oppose squatteurs et propriétaires, où le droit protège le délinquant.

  2. On ne le dira jamais assez , la France doit retrouver le contrôle de ses frontières. Déjà évitons au maximum l’entrée de personnes dont sait très bien qu’on arrivera pas à les renvoyer . Diminuer de façon drastique les permis de séjour, diminuer les aides au développement Il faut de Vraie fermeté , ce que n’a pas ce gouvernement .

    • Ce gouvernement sait pourtant être ferme pour taper sur les Français. C’est, je pense, plus un problème de choix sociétal que de fermeté. Ce qui arrive en France depuis 40 ans n’est pas une fatalité, c’est voulu et savamment organisé par nos dirigeants de droite comme de gauche. Idem pour la justice, l’éducation, la santé ou la sécurité. Quand un président de la République Française affirme haut et fort qu’il n’y a pas de culture française, on peut considérer que cela vaut bien un discours de politique générale à l’Assemblée Nationale.

    • J’attend 2027 pour qu’il y ai un véritable remigrement et pour retrouver ma France d’avant. Il faudra se sortir de l’UE, imposer les frontières et bloquer toute nouvelle entrée non désirée en recourant à la force si nécessaire.

  3. Les pays du Maghreb sont réticents à reprendre leurs ressortissants? Plus aucun visa pour les ressortissants de ces pays. Affaire réglée! Et ceci est valable pour tous les autres pays, quitte à imposer un visa pour ceux dont ce n’est pas obligatoire. Et je voudrais aussi que l’on m’explique quelque chose : S’agissant des membres « français » des groupes terroristes emprisonnés dans certains pays, la France a été sommée de les reprendre par l’ONU, des ONG et des associations. Mais alors pourquoi ces mêmes organisations se taisent-elles dans l’autre sens, voire même défendent les ressortissants étrangers soumis à des QTF?

  4. Le gouvernement veut amener le nombre de place en CRA a 3000 en 2027 ! Comme je l’ai dit dans un article au dessus : Sachant qu’une journée en CRA pour UN migrant coûte aux contribuables 690€uros PAR JOUR ; Cela fera en 2027 plus de 2 millions d’€uros PAR JOUR ! Et nous avons un « président » qui a besoin d’un débat pour comprendre ce qui ne va pas dans le pays notamment sur cette réforme des retraites , il est sans nul doute atteint de surdité de malvoyance , de mauvaise foi ou tout simplement d’une incompétence totale ou de tout cela en même temps . La FRANCE se meurt .

  5. Il en est du gonflement des OQTF dans les centres de rétention comme il en est de l’augmentation de la délinquance. Le nombre de ces OQTF est proportionné au niveau de l’immigration ouverte, sans contrôles. Le nombre des délinquants est proportionné au niveau du laxisme de la justice.

  6. En Suisse, j’ai été agressée par 2 maghrébins, un marocain et un tunisien. Pour un si petit pays, l’immigration de tous bords devient difficile a supporter pour les habitants. Et quand on sait que l’un de mes agresseur a refusé d’être juger, j’ai garder le courrier du tribunal en souvenir, à quoi servent les juges et toute la clique. à rien !

    • Détrompez-vous, les juges sont très utiles et indispensables pour appliquer le fameux « état de droit » qui vous réduit au silence et à la soumission.

  7. Faut-il être bouché à l’émeri pour ne pas s’apercevoir que notre FRANCE est envahie. Depuis trente ans, et peut-être quand Mitterrand devint Président donc 40 ans, a raison de 500.000 migrants par an, cela fait combien ? Dans les 500.000 comptons les réguliers, le regroupement familiales, les étudiants vrais ou faux, les irréguliers qui arrivent de partout. Ceux qui ont défendu le califat et qui reviennent car soi-disant Français. Toute cette immigration à forte proportion musulmane, qui ne s’intégrera pas dans notre Société. D’où cette situation conflictuelle que nous subissons.
    Cela fait combien 500.000 x 40 ans. = 20.000.000 En Clair, vingt-millions de gens qui n’ont pas la même façon de pensé, et de vivre que nous. Si vous pensez que cela s’améliorera, vous devez rêver en marchant.

    • Ils ne sont pas bouchés à l’émeri, ils savent pertinemment ce qu’ils font, c’est-à-dire démanteler un pays, une culture, une civilisation tout entière. Ces politiciens ne sont que des traitres à la Nation.

  8. Il faut rétablir les frontières de toute urgence et renvoyer vraiment les personnes sous le coup d’une OQTF. Il faut engager quelques frais ‐— bien moins élevés que toutes les dépenses liées à l’immigration — pour prélever les ADN afin que lesdits renvoyés ne puissent pas entrer de nouveau sur le territoire. Ils feraient mieux de se battre dans leur propre pays et se serrer les coudes pour essayer de s’en sortir, car ce n’est pas dans la fuite qu’ils pourront faire quelque chose de leur vie. Mais ça ils ne l’ont pas encore compris et il faut les y contraindre en les renvoyant d’où ils viennent. Ne pas oublier de sévir contre les passeurs.

  9. combien d’africains ?

    leurs pays ont besoin d’eux, pourquoi fuir vers des systèmes sociaux qui vous traitent comme des esclaves?

  10. À cause de l’immigration, la France est devenu un enfer et on a pourtant pas encore atteint la situation de guerre civile, qui soyez en sûrs et certains, arrivera si on continue sur cette trajectoire.
    En attendant, il faut déjà avoir des yeux dans le dos et une arme dans la poche pour aller à certains endroits où simplement sortir après 22h n’importe où dans le pays.
    Demandez à n’importe quelle femme si elle se sent en sécurité après cette heure en zone urbaine.
    Et comme si ça ne suffisait pas, cette immigration non désirée nous coûte une fortune colossale.
    « La France on l’aime où on l’a quitte » du coup je ne lui laisse plus que deux ans pour changer avant d’aller voir ailleurs, pour l’avenir de ma fille.

    • Il y a maintenant dans ce pays, grâce aux plus que mauvaises décisions de Macron un réel sentiment d’insécurité. On se surprend à regarder furtivement derrière soi la personne qui nous suit, la main sur une arme dans sa poche. Même chose lorsqu’une chance pour la France nous croise. Une véritable psychose semble s’être installée dans un pays où, jusqu’à une dizaine d’années, on prenait plaisir à se balader et à flâner l’esprit tranquille. Conseils de policiers : « Fermez les portes à clé dans la journée, messieurs-dames, même si vous êtes présents dans la maison. »
      Au-delà d’un certain taux d’occupation par des étrangers, un pays a du mal à assimiler le surnombre. Un surnombre de gens qui ne travaillent pas pour la grosse majorité et ne sont ici que pour toucher des aides. Et comme nos dirigeants commencent à avoir la trouille des émeutes et de l’embrasement des banlieues, ces allocations sont plutôt devenues des rançons que l’état par nos impôts déversent sur ces populations.
      Et lorsque nous ne pourrons plus payer pour cette pompe aspirante, ce qui ne saurait tarder, la situation deviendra explosive. Des émeutes peuvent survenir aussi brusques que violentes. Macron compte sans doute sur la cinquantaine de blindés surarmés de la gendarmerie et sa garde prétorienne pour casser les révoltes. La gendarmerie obéira-t-elle aux ordres de tirer à balles réelles sur la foule ? si cela advenait, nous serions alors en pleine guerre civile.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois