Vous connaissez la Coupe d' des nations, la CAN. Si, si : Info en parle comme s'il s'agissait d'un tournoi français ; les phases finales sont prétexte, dans Paris, à des « débordements en marge des festivités »... et il y a, dans nos banlieues, de nombreuses « CAN des quartiers » qui voient s'affronter des équipes de petits Français constituées en fonction de leur pays d'origine.

Bref, c'est une compétition ancrée dans les mœurs européennes, au point que les joueurs des équipes nationales de la CAN sont souvent, par ailleurs, des internationaux qui jouent dans les plus grands clubs d'Europe. Seulement voilà : comme dans d'autres domaines de la vie courante, cette double appartenance pose problème - en l'occurrence aux patrons de clubs. Les joueurs africains qui jouent en s'absentent au cœur de la saison pour aller jouer dans leurs pays d'origine, et c'est plutôt embêtant, on s'en doute.

Ainsi, Aurelio de Laurentiis, dirigeant du Napoli (situé à Naples, on s'en doute), vient-il de déclarer que, pour cette raison, il n'embaucherait plus de joueurs africains, à moins que ceux-ci ne renoncent à jouer la CAN en parallèle de leur contrat. Solution de simple bon sens, mais qui a provoqué la colère de la Confédération africaine de football - en forme courte : la CAF (et ce n'est pas une blague douteuse).

La CAF, donc, annonce qu'elle a demandé à l'UEFA l'ouverture d'une enquête disciplinaire contre Aurelio De Laurentiis. On ne s'attendait pas à moins : dire les choses telles quelles sont est devenu judiciarisable. Peu importe que les dirigeants des clubs de aient besoin d'équipes complètes et de joueurs disponibles. Le plus important est qu'ils puissent quitter le pays dans lequel ils gagnent leur vie pour jouer dans le pays auquel ils se sentent vraiment appartenir. Ça vous rappelle quelque chose ?

Espérons que l'UEFA sanctionnera comme il se doit le méchant dirigeant napolitain qui ose exiger un plein engagement de ses joueurs. Ou alors, peut-être faudrait-il que les autres dirigeant lui emboîtent le pas ? Chiche !

4964 vues

10 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

9 commentaires

  1. comme notre « gloire » francaise Noah, parti prendre les rènes du village au cameroun et il critique notre pays.qu’il reste surtout avec sa tribu

  2. Ce n’est pas nouveau. On se rappelle, en 1967, le Tour de France des équipes nationales. Les dirigeants des marques qui payaient les coureurs avaient contesté et celà n’a donc duré qu’un an. Qui commande paye, qui paye commande, c’est la règle d’or.

  3. Le foot, je m’en moque, mais le Président de ce CLUB a entièrement raison. Ces footballeurs doivent choisir entre l’argent ou leur Nationalité, mais les deux sont incompatibles lorsqu’on représente une Nation.

  4. Encore une fois ce sont les Italiens qui nous montre le chemin et qui surtout ont le courage de dire les choses. L’équipe féminine d’Angleterre n’a pas ce genre de problème et est en paix avec la CAF…

    1. Montrent ( « scientifique de labos » incultes)..bref
      Et viva l’italia ( nos ancêtres du sud ; le vrai , s’entend..

  5. Voila un des inconvénient de cette Europe décadente, payer des professionnels ici pour qu’ils aillent faire leur job dans leur pays d’origine, elle est pas belle la vie ?? Et quand est-il des joueurs africains (français) vont-ils également faire les beaux dans leur pays ?

  6. Le bon sens n’est pas toujours bien perçu ni bien vu. Je vais demander à mon patron si je peux aller travailler un peu dans l’entreprise voisine, sans perte de salaire… Il est vrai que nos ministres et gouvernants parfois travaillent en sous-main pour l’adversaire… Générale-Électrique, Uber, Pfizer, … Pourquoi ces africains n’y auraient ils pas droit ? Ils sont une ressource non négligeable pour leur patrie.

    1. mais ça ne nous empêche pas payer à longueur d’annéeS pour tout ce petit monde et de diverses façons (il y en a tellement ne l’on ne sait plus très bien quelles sont les raisons)

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter