Sur le papier, tout semblait parfait : enfin, nous allions avoir droit à un film français sur les fameuses filières d’héroïne marseillaises qui, jusqu’au début des années 70, inondaient les rues de New York !

Le résultat, hélas, a de quoi laisser songeur.

Lorsque l’on voit à l’affiche un film intitulé "La French", on s’attend logiquement à une grande fresque historique s’étalant des années 50 au début des années 70. Celle-ci mettrait en scène les principaux acteurs de la French Connection et en exposerait les quatre principales filières d’héroïne : celle de Charles-Antoine Marignani, celle de François Spirito (et de ses amis Marcel Francisci et les frères Venturi), celle des frères Aranci, et celle de Dominique Nicoli (associé à Paul Mondoloni et Jean-Baptiste Croce). Le tout sous la supervision d’Antoine et Barthélemy Guérini, parrains et juges de paix de la capitale phocéenne jusqu’à l’assassinat du frère aîné.

Seul pépin : le film de Jimenez, qui raconte l’affrontement entre Gaëtan Zampa, Jacky le Mat (rebaptisé « le Fou »…) et le juge Pierre Michel, se situe entre 1975 et 1981, à une époque où la French Connection est déjà pratiquement hors jeu ! Selon les rapports américains, l’héroïne produite dans les laboratoires de la banlieue de n’est plus en circulation dans les rues de New York depuis 1974… Et pour cause : la fin de la production légale d’opium en Turquie (en 1972) et la répression française contre le grand banditisme corso-marseillais ont porté un coup sévère à ses activités.

C’est la Cosa nostra qui, très vite, va récupérer le contrôle des opérations de transformation de morphine-base et alimenter New York ! Ce à quoi devront se plier les voyous marseillais qui, pour certains (dont Zampa), parviendront timidement à se greffer au trafic.

On sait qu’il était question, en 2006, d’un projet de Hazanavicius relatant l’ascension des frères Guérini. Hélas, faute de moyens, les producteurs se sont rabattus sur l’histoire du juge Michel et de Tany Zampa…

Bien que La French ait tout de même bénéficié du plus gros budget du français pour l’année 2014 (21 millions d’euros), on ne nous enlèvera pas l’idée que le titre du film sonne à nos oreilles comme une fausse promesse…

Dans son style, le film de Cédric Jimenez se cherche constamment, et oscille entre le lyrisme flamboyant d’un Scorsese et la mise en scène plus nerveuse (télévisuelle) à base de caméra-épaule. Jamais il ne parvient à trancher, et l’ du film, hélas, s’en ressent…

Par ailleurs, le choix des acteurs semble peu judicieux. Zampa étant né à Marseille, un acteur local n’eût été du luxe. Gilles Lellouche non seulement se refuse à prendre l’accent, mais affuble son personnage d’une insupportable gestuelle à l’américaine. Son comparse Jean Dujardin, dont le sourire semble ne jamais le quitter, peine tout autant à nous faire croire à ce personnage de juge consciencieux, responsable mais habité par le démon du jeu. Quant à Céline Sallette, pourtant excellente actrice – il faut la voir dans Mon âme par toi guérie ! –, se voit sous-exploitée et contrainte de jouer des répliques souvent mal écrites et pleines de clichés.

Aussi, le manque d’écriture des personnages mène à penser que le face-à-face entre Zampa et le juge arrive trop tôt dans l’intrigue. Et si la tension dramatique retombe si vite dans la dernière demi-heure, c’est aussi parce que les personnages n’ont aucune épaisseur ! Si bien que leur destin nous indiffère…

Dispensable.

Le vrai film sur la French Connection reste à faire.

2 étoiles sur 5.

 La French
(2014) on IMDb

383 vues

7 décembre 2014

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.