Le ministre de l’Intérieur (Home Secretary), Priti Patel, soutient la proposition d’envoyer la Royal Navy face à l’afflux de migrants dans la Manche, après un nombre record de 235 étrangers illégaux débarqués jeudi dernier.

L’Union pour les frontières, l’immigration et les douanes (The Union for Borders), syndicat représentant les agents du service d’immigration britannique, a déclaré que les militaires devaient être mobilisés pour aider à faire face à la crise, notamment en raison de la menace de violence de la part des migrants, et pour les forcer à retourner en France par la mer.

Le nombre de migrants a plus que doublé, au cours des huit premiers mois de 2020 (près de 3.950) par rapport à l’ensemble de 2019 (1.850). Migration Watch UK a averti que plus de 7.500 personnes pourraient arriver d’ici à Noël.

Patel aurait dit au personnel du ministère d’élaborer des plans pour que la Royal Navy puisse renvoyer les bateaux en France. Le ministre aurait reçu un avis juridique selon lequel cela est permis en vertu du droit maritime. Toutes les options sont envisagées pour repousser et arrêter les bateaux d’illégaux, y compris des estacades flottantes ou des filets pour empêtrer les hélices.

En mai, Nigel Farage avait rapporté avoir vu des navires de la Marine française escorter des bateaux de migrants dans les eaux territoriales britanniques.

Priti Patel « a demandé une discussion avec le ministre de l’Intérieur français, », selon le Daily Mail.

À rebours, les militants en faveur de l’ouverture des frontières et de la migration de masse ont demandé de faciliter l’entrée des migrants en Grande-Bretagne. L’avocat Hossain a déclaré au Guardian : « Les réfugiés fuient la mort, la guerre et la torture. C’est pourquoi ils sont prêts à risquer leurs vies, la mort par noyade, l’emprisonnement et l’asservissement en cours de route. Au lieu d’en finir avec ces terribles conditions, Priti Patel les pousse à l’extrême. »

Les bateaux de migrants viennent presque tous de France, qui est un État sûr, membre de l’Union européenne. Et en vertu du droit international, les demandeurs d’asile sont tenus de demander le statut de réfugié dans le premier pays sûr d’établissement. Avant même de quitter les villes côtières françaises comme Calais, les migrants d’Afrique, du Proche-Orient et d’Asie ont traversé plusieurs pays sûrs avant d’arriver en Grande-Bretagne. En France, il y a l’aide sociale, mais le travail est en Angleterre.

Chris Philp, ministre de l’Immigration, de la Conformité et des Tribunaux, a déclaré, ce vendredi, dans The Mirror : « Je partage la colère et la frustration de la population face au nombre épouvantable de points de passage que nous avons vus aujourd’hui. Je serai à Paris au début de la semaine prochaine pour tenter de convenir de mesures plus rigoureuses, y compris les interceptions et les retours. »

Nigel Farage a été à l’avant-garde de la dénonciation des scandales des débarquements de migrants sur la côte est de l’Angleterre. La semaine dernière, le leader du Parti du Brexit a révélé que les hôtels avaient fermé leurs portes aux réservations britanniques pour être « remplis de migrants illégaux », probablement venus en autobus du Kent après avoir débarqué sur les côtes de Douvres.

Jeudi, Farage a publié un autre rapport qui révélait qu’un organisme de bienfaisance avait traité en VIP des étrangers illégaux pour une visite du célèbre stade Anfield du Liverpool Football Club. Et d’ajouter : « Tous ces gens enverront des selfies et des photos dans leur pays, d’où qu’ils viennent, et le message est : “Venez, entrez dans le pays, hôtels, 40 livres d’argent de poche par semaine, pension complète, voyages à Anfield… C’est de la folie.” »

À lire aussi

Les Anglais reprennent le contrôle, en dépit de la mauvaise foi de l’Union européenne

Le Premier ministre Boris Johnson espère réaliser, grâce au Brexit, sa vision d'une « Glob…