Ce lundi 15 août, les catholiques de France fêtaient l’Assomption, soit la célébration de la montée au Ciel de la Vierge Marie. Jour sacré pour les chrétiens, la fête de l’Assomption s’accompagne bien souvent de processions et de messes dédiées dans tout le pays. Mais ce week-end, qui s’annonçait sous des auspices de joie et de spiritualité, a été entaché par plusieurs actes christianophobes.

Attaques de procession, presbytère cambriolé, église taguée, les actes antichrétiens se sont multipliés en l’espace de deux jours alors que la religion chrétienne continue d’être la plus touchée par les exactions antireligieuses.

À Rouen, l’église Saint-Patrice taguée par des antifas

Merveille architecturale alliant style gothique et renaissance, l’église Saint-Patrice de a été découverte par les paroissiens, dimanche 14 août, recouverte de tags injurieux. « Toustes PD et gouines » ; « Antifa » ; symboles anarchistes, les inscriptions ont été faites sur les façades de l’église dans une écriture rose flashy, particulièrement visible.

Pour les fidèles, la nouvelle a été dure. Le quotidien Paris-Normandie rapporte le témoignage de Michel, paroissien de 62 ans, particulièrement attristé par ces tags : « Ça nous blesse. L’église, pour un chrétien, c’est la maison de Dieu. Ceux qui ont fait ça envoient un signal de haine contre Dieu. »

En plus d’être une offense faite aux catholiques, ces tags semblent aussi être une atteinte portée à un lieu chargé d’histoire vieux de plus de 400 ans et classé au patrimoine historique depuis 1840. Si les auteurs ne sont pas encore identifiés, une enquête est en cours après que l’archevêché de Rouen a déposé plainte.

En Gironde, un prêtre braqué à l’arme de poing

À Carbon-Blanc, à quelques kilomètres de Bordeaux, trois malfrats ont tenté de cambrioler le presbytère de l’église néogothique du village. Alors que les ecclésiastiques célébraient une messe, trois individus se sont introduits au sein du presbytère, dans une pièce attenant au corps de l’église. Pensant ne pas être dérangés le temps de leur larcin, ils ont finalement été surpris par un prêtre. C’est alors que l’un des trois voleurs dégaine une arme de poing et braque le religieux, permettant aux deux autres de s’emparer d’un petit coffret et de quitter les lieux. L’homme armé rejoindra rapidement ses complices.

Arrivés sur place une heure après les faits, les gendarmes ont annoncé la mise en place d’une enquête. Le préjudice serait estimé à 2.000 euros, le montant des revenus de la quête pendant une semaine.

À Saint-Raphaël, un homme insulte des processionnaires et crache sur les fidèles

Dans le Var, dans la petite commune de Saint-Raphaël, les fidèles ont l’habitude de se rassembler en processions pour célébrer la Vierge Marie tous les 15 août. Mais cette fois-ci, la fête ne s’est pas déroulée comme prévu. Alors qu’une centaine de personnes se rendaient à la basilique Notre-Dame-de-la-Victoire, superbe édifice de style byzantin édifié au XIXe siècle, les processionnaires ont été attaqués par un sans domicile fixe visiblement peu enclin à laisser des catholiques célébrer un jour saint. Menaçant, l’individu aurait insulté les fidèles et tenté de leur cracher dessus à plusieurs reprises. Une vidéo montre que l’homme, violent, a également tenté de s’en prendre physiquement à des processionnaires. Alors que les forces de l’ordre interviennent, l’agresseur s’apprête à sortir une paire de ciseaux de son pantalon mais est interpellé à temps par les policiers. Il est placé en garde à vue dans la foulée et la police annonce qu’une enquête est ouverte.

Voici donc qu’en l’espace de deux jours, trois actes notoirement christianophobes ont été recensés à l’échelle de l’ensemble du territoire français. Si ces exactions commises à l’encontre de la communauté chrétienne de France sont particulièrement retentissantes en ce qu’elles surgissent lors d’un week-end sacré, elles semblent surtout s’inscrire dans un climat de christianophobie de plus en plus prégnant en France ; la religion chrétienne étant la plus concernée par les actes antireligieux. Les chrétiens sont également une cible majeure pour les terroristes et Gérald Darmanin, quelques jours avant le week-end de l’Assomption, avait demandé aux préfets de « renforcer significativement » la surveillance des églises en raison de la « persistance du risque terroriste ».

8558 vues

16 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

27 commentaires

  1. Où est le ministre des cultes si prompte à s’émouvoir pour la moindre rondelle de saucisson déposée devant une mosquée ( subventionnée par nos impôts) ?
    Désolé, cette année, sa vie est comme un grand rodéo à travers la France. Il fait feu de tout bois.
    Pour la défense de la France et des français , merci d’attendre votre tour.

  2. Ah ! si ça avait lieu dans des mosquées , le gouvernement islamo-gauchiste de Macron , aidé par la NUPES , prendrait tout de suite les mesures adéquates . Mais les cathos …

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter