Ici ou là, des terrains de golf ont été curieusement vandalisés. À Limoges, ce sont des « légumes assoiffés » qui ont bouché les trous du parcours : Extinction Rebellion entend ainsi dénoncer les dérogations autorisant l'arrosage des greens en période de sécheresse. Dans la région de Toulouse, les trous ont été bouchés avec du ciment et la pelouse, arrachée à la main. Des panneaux explicites, fruit d'une brillante collaboration entre Extinction Rébellion et un collectif toulousain baptisé « Action Kirikou », détaillent sobrement les raisons de cette haine du golf : ici, on peut lire « Ce trou boit 227.000 litres d'eau par jour. En buvez-vous autant ? » ; là, « Ce trou aurait pu abriter des racines, le plaisir bourgeois en a décidé autrement ».

Si je comprends bien, ce que l'on reproche aux terrains de golf, c'est de consommer de l'eau pour le plaisir d'une élite, alors que le peuple meurt de soif. Une variante moderne de l'anecdote apocryphe, « fake news » avant la lettre, de Marie-Antoinette disant « Qu'ils mangent de la brioche ». Bon. Dans le détail, seuls les greens sont arrosés en période de sécheresse, ce qui fait moins de la moitié d'un terrain de football. Ce n'est donc pas seulement une question de consommation d'eau. En effet, qui saccage les terrains de foot, chez Action Kirikou ou Extinction Rebellion? Personne. Il y en a cependant davantage que de parcours de golf.

L'explication fondamentale, j'en ai bien peur, c'est, une fois de plus, la haine de classe. En France, c'est un de nos traits de caractère les plus laids : on veut gratter un peu plus (de fric, de passe-droits, de places dans la queue de la boulangerie) et s'assurer que le voisin ait un peu moins. La révolution, en prétendant remplacer l'aristocratie par la bourgeoisie, a exacerbé ces tendances morbides, ces « passions tristes », comme les appelle Macron : jalousie, haine, envie, mais aussi snobisme, avarice, mesquinerie. En se prétendant rebelles, ces petits cercles activistes ne font que remettre au goût du jour une vieille maladie nationale. La grille marxiste pour enfants, hâtivement plaquée dessus, n'y change rien.

Le golf n'est plus un sport bourgeois depuis longtemps, comme le ski, comme le tennis. Il n'y a plus que les Versaillais pour trouver ça chic de taper dans une balle, que ce soit avec un club ou une raquette. Le golf, c'est au contraire le sport sur lequel les patrons de PME qui ont réussi se jettent, parce qu'ils sont justement, eux, restés bloqués à l'époque de Bourdieu. On peut aussi reconnaître que c'est un sport de passionnés (« les vrais golfeurs vont au bureau pour se détendre », disent les Anglais), ou qu'un parcours est un microcosme magnifique à regarder, ou encore que c'est une façon plaisante de se retrouver entre amis, tout simplement. On peut préférer un coucher de soleil sur un green du Sud-Ouest à un match de foot au nord de la Loire un dimanche après-midi, non ?

En fin de compte, je crois qu'il y a autre chose que l'éthique écolo à deux balles, autre chose que le vernis marxiste déjà écaillé, autre chose que les passions mesquines du peuple de France, autre chose que la haine du bourgeois qui fait coaguler tout cela. Il y a, face à la beauté du golf (assez objective), à son histoire et ce qu'il représente, un sentiment que, parlant d'autre chose, Ernst Jünger résumait d'un aphorisme : « Profonde est la haine qui brûle contre la beauté dans les cœurs abjects. » Et si, dans le cœur assez abject des activistes en peau de lapin, ne brûlait rien d'autre que la haine de ce qui, sans être forcément bourgeois, est élégant ? Ils n'ont pas saccagé des stades de foot, on l'a dit ; ils n'ont pas incendié de galerie commerciale ni posté des vidéos vengeresses sur des rappeurs plein de fric. La de consommation ne les insupporte que si elle semble sortir d'une photo de Slim Aarons. La vraie laideur du capitalisme, bof : ils vivent dedans. Ils en vivent, même.

Les ratés ne vous rateront pas. On attend la suite du programme de Kirikou et ses amis. Vont-ils faire sauter un Riva dans une petite crique juste pour rigoler, parce qu'un bateau, ça pollue ? Mitrailler des couples heureux sur une terrasse de Taormine, parce qu'ils représentent la des loisirs ? Gifler des fratries nombreuses et souriantes sur les marches d'une église de bord de mer, parce qu'elles coûtent cher en carbone ? Voilà qui laisse songeur. En tout cas, couler du béton sur des greens parfaitement entretenus pour défendre l'environnement, je n'y aurais pas pensé. Je ne le regrette pas.

10399 vues

16 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

58 commentaires

  1. L’écologie est une religion et comme toute religion, elle a ses hérétiques (illuminati, djihadistes vegan, antispécistes,…). Leur but est de faire peur et de créer une psychose (réchauffement climatique, manque d’eau, couche d’ozone, CO2,…) pour pouvoir dominer le reste du peuple. Les hygiénistes médicaux ont utilisés la même méthode avec la Covid (et jouent les prolongations avec la variole simiesque). Comment comprendre que les mêmes qui s’opposent à l’arrosage des espaces verts, s’opposent aussi à la création de lacs artificiels et de réservoirs d’eau sur les hauteurs du relief (qui se rempliraient en hiver et qu’on aurait à dispo toute l’année) ???

  2. Ce n’est pas plus dérangeant que de voir un agriculteur arroser son maïs à grand renfort de jets immenses, en plein cagnat!

  3. Si les écolos n’y étaient pas opposés on pourrait stocker l’eaU de pluie. L’espagne Le fait. Au détriment de quelques vallées et poissons. Douches bains vaisselle chasse pour un pipi pour 65 millions de consommateurs sont-ils si prioritaires ?

  4. Logiquement les terrains de golf sont irrigués de façon à récupérer l’eau d’arrosage dans des espaces de rétention et reprise par un pompage. Bien entendu, que ne feraient pas les écologistes pour faire parler d’eux.

  5. Au lieu de parler que des terrains de golf, il n’y a qu’a dire  » les terrains de golf et de football » sont autorisé…..

  6. de toutes façons nous sommes des sots , et ça pullule , c’est comme cela qu’on courre à notre perte ….

  7. En période de disette que ce soit le foot le golf ou le jardin d’agrément du voisin tout ce qui est superflu est condamnable et si on demande au citoyen lambda de se priver de fromage il est normal que le nanti se prive de dessert.
    En. Conséquence lorsqu’il n’y aura plus d’eau pour le nécessaire il y en aura encore moins pour le superflu
    Étant une nation d’enfants gâtés je ne doute pas des réactions offusquées d’une partie de la société mais il convient de donner l’exemple à commencer par les heureux élus de la république.

  8. Ce qui est remarquable c’est que ces pseudo-activistes de pacotille sont pour la plupart des fils à papa eux mêmes embourgeoisés. Tous possesseurs de smartphones derniers cris, de fringues à la mode, d’ordinateurs voire même de voitures pour sortir le week end entre « potes ». Des stages de survie en nature hostile, leur ferait sans doute beaucoup de bien.

  9. Sans être un écolo compulsif, je suis un jardinier non professionnel qui s’étrangle de rage quand on décrète, au nom de la solidarité nationale et de la sacro-sainte économie, l’interdiction d’arroser un potager. Potager que, pour ma part, je ne cultive pas uniquement pour le plaisir béat de voir pousser des légumes, mais accessoirement pour nourrir ma famille de manière qualitative.
    Quand au golf, sport démocratisé s’adressant à toutes les couches sociales, à l’instar du ski ou du tennis, permettez-moi de pouffer de rire, M. Florac et tous les défenseurs de ces activités de loisir ou de sport. Autour de moi, en zone rurale, je ne vois pas beaucoup ( pour ne pas écrire pas du tout) de salariés en bleu de chauffe ou en combinaison de travail se ruer sur les greens verdoyants( pas plus que sur les courts de tennis, par ailleurs) à la sortie de l’usine ou au saut du tracteur. Tout bonnement parce qu’ils n’en ont pas les moyens, tant sur le plan financier que physique.
    Hé oui, huit heures, posté devant une machine-outil ou une journée aux champs, ça fatigue.

    1. Encore un aigri ! Il faut savoir être riche de ce que l’on n’a pas. Le golf, c’est vrai, ce n’est pas donné. Mais il existe des activités sportives bien plus chères.

    2. Il est vrai que le golf même démocratisé n’est pas à la portée de tout le monde que ce soit pour des raisons financières ou d’emploi du temps. Pour le tennis ce serait moins le cas, beaucoup de commune (même des très petites de 1200 âmes) ayant investi dans des équipements et dans ce dernier cas beaucoup de gens modestes peuvent pratiquer ce divertissement.
      Pour les jardins potagers il est vrai que la sécheresse se vit assez mal, leur production servant à nourrir la famille.
      Dans notre commune l’arrosage des fleurs est interdit et toutes les jardinières communales ont été démontées, mais les potagers peuvent être arrosés avant 7 heures et après 21 heures.
      La récupération, plutôt que l’égout, des eaux de lavage, rinçage et autres, ne contenant pas de lessives ou de produits toxiques est une source de secours appréciable pour faire survivre les jardinières qui ornes les fenêtres.

  10. Je suis scandalisé par autant d’ânerie criminelle . Les golfeurs dont je suis , sont plus respectueux de la nature que ces crétins . Petit détail , les golfs ( départs et greens seulement ) ne sont pas arrosé forcément avec de l’eau potable et l’eau utilisée retourne immédiatement à la nature alors que celle utilisée par les municipalités peut aisément supporter quelques critiques .

  11. Arroser les greens de golf, c’est bien car cela coûte très cher à régénérer, mais arroser les villes fleuries en Alsace (Obernai, Colmar) et irriguer les cultures, c’est au moins aussi important, surtout quand on gâche nos réserves en eau pour éteindre des incendies allumés par malveillance ou stupidité. En réalité, on a enseigné partout depuis des années une religion écologique stupide et encouragé les ayatollas de l’écologie à lancer des fatwas qui n’ont rien à envier à celles des islamistes. Il faut reprendre une politique réelle de gestion des ressources en eau et créer des réserves hivernales dans toutes les régions menacées par les sécheresses (Poitou, Vendée, Limousin.

  12. Ce qui est certain c’est le niveau intellectuel de ces « écologistes » en matière… d’écologie !
    S’ils avaient pu arriver en classe de seconde, ils auraient appris que toute eau liquide, solide ou gazeuse , n’est jamais perdu : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », avait démontré Antoine Lavoisier dans son « Traité élémentaire de chimie », en 1789 : conservation des masses lors du changement d’état de la matière.

  13. Et si on s’attaquait au problème de fond qui sont les réserves en eau. Si les golfs, comme les stades de foot ou de rugby, s’organisait pour faire de la récupération d’eau de pluie et mettait des panneaux photovoltaïques pour s’assurer une autonomie en eau et d’alimentation de l’arrosage, tout le monde serait gagnant. Ces activistes, comme beaucoup de ceux qui sont prompts à critiquer et à détruire feraient mieux d’utiliser leur imagination et leur énergie pour proposer des alternatives.

    1. A étudier de très près, car ce qui est dans les citernes ne sert plus à la nature pour vivre. Eviter tant que possible l’évaporation massive (comme dans une forêt) me semble plus judicieux.

  14. Juste une précision pour ceux que le golf n’intéresse pas. Sont arrosé les départs de parcours et les greens ( là où se trouvent les trous) c’est à dire de petites surfaces, je parle des golfs « populaires » car oui ce sport s’est bien démocratisé et tout un chacun peut y accéder moyennant une cotisation raisonnable . Précision je ne suis pas golfeur.

    1. L’Arabie-Saoudite est en train de construire des centaines de golfs en plein désert et créée son propre circuit de golf; LIV, concurrent de l’USPGA, St-Andrews, Ryder, etc, avec des milliards de $ de primes, de droits TV, etc… et combien de litres d’eau produits artificiellement ???

  15. Mais qu’attend darmarin pour intervenir en procédant à la dissolution de ces groupuscules qui agissent en véritables « hors la loi » ?

  16. C’est votre droit de défendre les golfeurs mais vous pourriez aussi défendre les nombreux jardiniers amateurs qui n’ont plus le droit d’arroser leurs légumes sous peine d’être balancés par un voisin bienveillant.
    Reconnaissez que les terrains de golf et de foot bénéficient d’un traitement de faveur qui ne concerne pas seulement l’irrigation mais aussi l’utilisation de lombricides pour éviter les taupes et de désherbants sélectifs, alors que les trottoirs de nos communes sont de plus en plus sales à cause de l’interdiction de glyphosate.
    Je précise que je ne suis pas marxiste et que j’exècre le socialisme qui nous a conduit dans le mur.

    1. Jusqu’ici les jardiniers n’ont pas été attaqué, il n’y a donc pas de raison de les défendre. Pour l’instant.

  17. Des erreurs sont commises, mais en pleine canicule «  » arroser une pelouse pour le golf !! n’est ce pas un peu exagéré, certes besoin de frais , de verdure etc.. mais mieux a faire avec l’eau.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter