Accueil Culture Antoine de Lacoste : « Prendre un livre ou écouter une conférence dans son salon, c’est cela qui peut donner le goût des voyages intelligents ! »
Culture - Entretiens - Réflexions - 5 mai 2020

Antoine de Lacoste : « Prendre un livre ou écouter une conférence dans son salon, c’est cela qui peut donner le goût des voyages intelligents ! »

Le tourisme en confinement, c’est possible ! Antoine de Lacoste, bien connu des lecteurs de Boulevard Voltaire, propose six conférences extrêmement didactiques sur la thématique « Le Proche-Orient et ses tensions ». Un nouvel éclairage sur les conflits en cours. Ancien de Sciences Po et très au fait de l’actualité, il écrit de nombreux articles sur la Syrie et l’Irak depuis des années et donne des conférences toujours très appréciées. Il est interrogé par Boulevard Voltaire sur le thème du tourisme. Une activité en voie de disparition ?

Le corona semble avoir signé l’arrêt de mort du tourisme de masse… une bonne chose, selon vous ?

Le tourisme de masse est un des nombreux effets pervers de la mondialisation. Sa manifestation la plus tragique réside dans ces immenses paquebots, sortes de HLM flottantes, qui viennent ravager les plus belles côtes de la Méditerranée ou d’ailleurs. C’est particulièrement saisissant à Venise où les dégâts causés par ces monstres sont considérables. Les vagues qu’ils provoquent abîment un peu plus ces palais et églises posés sur l’eau et devenus si fragiles. Les commerçants ne profitent même pas de cet afflux humain qui ne reste que quelques heures et consomme surtout sur le bateau. Que peut-on retenir de Venise en trois heures ?

Mais les voyages peuvent être une merveilleuse source de découverte et d’enrichissement culturel. Des entreprises comme Odeia ou Clio maintiennent la structure intellectuelle indispensable à la compréhension d’un pays ou d’un site. La visite du Parthénon ou de Rome doit se travailler en amont : ce ne sont pas des outils de consommation.

Ne condamnons donc pas le voyage et sa démocratisation qui permet à beaucoup de s’enrichir culturellement et profitons de cette période difficile pour se cultiver, lire et voyager par l’esprit.

Un autre tourisme intelligent est possible, y compris en temps de confinement et depuis son salon ? On peine à vous croire !

Il est, bien sûr, plus facile de regarder la télévision que de prendre un livre ou d’écouter une conférence dans son salon. C’est pourtant cela qui peut donner le goût des voyages intelligents.

Mon attirance pour le Proche-Orient vient notamment de mes lectures de jeunesse sur les croisades. Et lorsque je suis venu pour la première fois au Saint-Sépulcre, c’était d’abord pour honorer le Christ, bien sûr, mais cela ne m’a pas empêché d’y saluer amicalement Godefroy de Bouillon et tous ces croisés que l’on a tant calomniés.

La lecture permet tout, notamment le voyage. Combien de lecteurs assidus connaissaient mieux un pays que les masses en tongs qui prétendent « avoir fait l’Italie » parce qu’ils y ont été trois jours ?

Vous avez également – vous en faites, du reste, profiter les lecteurs de Boulevard Voltaire en ces temps de confinement – un blogue dispensant des conseils de lecture. Quels livres autour du voyage conseilleriez-vous à l’appui de « ce tourisme intelligent de salon » ?

J’offre beaucoup de destinations ! La Chine avec Maîtres et esclaves, la Pologne (Par le fer et par le feu), Constantinople et l’Empire perse (Constantinople), l’Indochine (le cycle de Jean Hougron), la Sibérie d’aujourd’hui (Volia Volnaïa), l’Espagne sous Napoléon (Le flagellant de Séville), l’Allemagne (les Buddenbrook) ou la Palestine avec la Pierre angulaire ; on peut aussi partir en bateau avec Magellan (Zweig) ou les pêcheurs d’Islande (Pierre Loti), À pied sur les Chemins noir de France (Sylvain Tesson) ou les sur les traces des chrétiens d’Orient (Dans l’ombre de Byzance). On peut aussi visiter la Normandie avec La Varende, la Provence avec Henri Bosco ou Jean Giono…

Puisque qu’on nous empêche d’aller à la messe, de voir nos familles ou de contempler le soleil couchant sur une plage, utilisons largement une de nos dernières libertés : celle de lire.

Le calendrier des conférences virtuelles en direct d’Antoine de Lacoste

Partie 1 : Le Proche-Orient et ses tensions – Jeudi 7 mai – 18 h
Partie 2 : La guerre en Syrie ou l’échec d’une manipulation – Mardi 12 mai – 18 h
Partie 3 : L’Iran, une future grande puissance ? – Mardi 19 mai – 18 h
Partie 4 : La Turquie et ses nouvelles ambitions – Mardi 26 mai – 18 h
Partie 5 : L’Irak ou la grande erreur de l’Amérique – Mardi 2 juin – 18 h
Partie 6 : La Libye, un nouvel enjeu stratégique – Mardi 9 juin – 18 h

Inscription via ce lien : https://www.odeia.fr/content/13-prochains-voyages-evenements

ou par mail à [email protected]

À lire aussi

Retournement militaire en Libye

En attendant, c’est Erdoğan qui est en train de profiter de la situation et, grâce au chao…