Quel est le rapport entre la très délicate et le non moins très délicieux  ? On ne voit pas trop, au premier abord. Eh bien, par des détours dont la comédie humaine a le secret, la secrétaire d’État aux Affaires européennes pourrait bien être la victime bien involontaire de l’inventeur du lâcher de salopes. Au cœur du drame insoutenable qui se noue peut-être en ce moment, le fameux coup de téléphone du président de la République à l’humoriste – décidément, on n’a pas fini d’en parler…

Interrogée, le 28 mai, par Jean-Jacques Bourdin sur ce coup de bigophone, Amélie de Montchalin a répondu du tac au tac, histoire de botter en touche : « Je préfère parler à la radio que passer des coups de fil à des humoristes. » La boulette, comme dirait Bigard ! Notons qu’on peut aussi préférer parler à la radio à des humoristes – prenez l’ancien ministre Roselyne Bachelot – ou passer des coups de fil à la radio. Avec la valise RTL, autre sketch du comique, c’est le cas. Et à propos de valise, justement, Amélie de Montchalin va-t-elle devoir préparer les siennes après cette saillie qui, rapporte le JDD, passe mal au Palais ? « Elle n’a pas marqué des points en perspective du remaniement », aurait déclaré un proche d’, toujours selon le JDD. À vouloir faire la maline, ma belle…

Au passage, cela nous confirme qu’il y a du remaniement dans l’air. Et comme l’exercice peut tout aussi bien s’apparenter à un jeu de taquin qu’à un jeu de chaises musicales, c’est pas le moment de faire des bourdes à la radio ou au téléphone. Comme on dit, tout compte dans ce concours de beauté de haute volée. Le moindre petit plus ou petit moins et vous voilà propulsé tout droit dans les carrosses du roi ou dans le premier métro. Cette petite phrase en forme de critique du prince pourrait bien être le petit moins de plus pour faire pencher la balance du mauvais côté. Finalement, rien n’a changé depuis Saint-Simon, que plus personne ne lit, les gens préférant – et on les comprend – les journaux people, plus faciles à consulter sur la plage ou chez le coiffeur.

Si Mme de Montchalin est de la prochaine charrette, qui sait, Jean-Marie Bigard, gentleman à ses heures, lui passera peut-être un coup de téléphone pour la consoler. « C’est ballot, Madame Chombier, pardon, Madame Bommier* ! » À moins qu’il ne préfère parler à la radio que de passer des coups de fil à des humoristes.

*NDLR : Amélie de Montchalin est née Bommier.

À lire aussi

Treize nouveaux cardinaux : pas un Français…

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. …