Dans l’affaire des « écoutes », l’ancien Président a été déclaré coupable de corruption et de trafic d’influence par le tribunal correctionnel de Paris, qui a rendu son jugement le lundi 1er mars. Il est condamné à trois ans de prison, dont un an ferme. Son avocat Maître Thierry Herzog et l’ancien haut magistrat Gilbert Azibert également condamnés à trois ans de prison, dont un ferme.

L’image présidentielle a été « abîmée » par cette affaire aux « effets dévastateurs »

Le parquet national financier avait requis quatre ans de prison, dont deux avec sursis, à l’encontre de l’ex-chef de l’État, estimant que l’image présidentielle a été « abîmée » par cette affaire aux « effets dévastateurs ». Son avocat plaidait la relaxe.

Le tribunal correctionnel a estimé qu’un « pacte de corruption » avait été conclu entre l’ex-Président, âgé de 66 ans, et son avocat Me Thierry Herzog.

était accusé d’avoir tenté d’obtenir en 2014, par l’intermédiaire de Me Herzog, « des informations secrètes auprès de Gilbert Azibert, alors haut magistrat », dans une procédure concernant la saisie de ses agendas en marge de l’affaire Bettencourt.

Le tribunal a reconnu Me Herzog coupable de corruption active et violation du secret professionnel et l’a condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis, assortis de cinq ans d’interdiction d’exercice professionnel. Quant à Gilbert Azibert, il a été déclaré coupable de corruption passive et de recel de violation du secret professionnel. Il a, lui aussi, été condamné à trois ans d’emprisonnement, dont deux avec sursis. « La preuve du pacte de corruption ressort d’un faisceau d’indices concordants », a souligné le tribunal.

L’ancien chef de l’État peut encore faire appel du jugement.

1 mars 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.