Editoriaux - Politique - 29 octobre 2018

Raphaël Glucksmann, dernier boulon de la machine à perdre

Il manquait à la gauche un sauveur. Le voici, le voilà. Raphaël Glucksmann cofonde Place publique, dont l’ambition est de « structurer les orphelins de la gauche ». Une sorte de centre d’hébergement, un orphelinat destiné à recueillir des personnalités politiques de gauche qui ont perdu leurs papas et leurs mamans électeurs.

Muni d’une pelle et d’une balayette, le tout nouveau mouvement se fixe de réunir les miettes pour tenter de former un petit tas à peu près présentable aux européennes. Dans cet objectif, Glucksmann et ses acolytes ratissent parmi les ruines du PS, du Parti communiste, des écolos et de Génération.s, le parti de Benoît Hamon dont la lettre S a été placée après le point, au cas où un second adhérent viendrait à surgir comme par miracle.

« Nous voulons être la voix des associations et des citoyens qui s’engagent… » Nanti de ce postulat abstrait, Place publique rencontre une réaction tout aussi évasive de la part du patron du PS, Olivier Faure, qui ne s’interdit rien et attend de voir… Voir s’il va trouver du pétrole en creusant encore plus profond dans le gouffre qui le sépare de l’attente populaire.

Fidèle à son fonctionnement, EELV a tenu d’emblée à se montrer divisé. Tandis que cadres et adhérents semblent apprécier l’imprécision du concept, le calife Yannick Jadot ne démord pas de mener la liste des Verts et, ainsi, de connaître le grand frisson du saut politique sans élastique. Côté Parti communiste, les héros du Grand Soir ne seraient pas insensibles aux yeux de biche de Glucksmann mais, hélas, ils sont en plein dans leur congrès interne et Dieu seul sait quand ils en sortiront, ni dans quel état.

La seule note véritablement enthousiaste est venue de Benoît Hamon qui a sauté de joie, tel Robinson sur son île apercevant le Titanic. Enfin un bateau, enfin un espoir de placer le S au bon endroit, enfin une croisière agréable vers l’Europe !

À l’évocation que tout ce micmac servirait à bombarder Raphaël Glucksmann à la tête d’une liste aux européennes, le mouvement rétorque que « ce n’est pas du tout le sujet ». Le sujet est de réunir des lambeaux de partis pour ne former qu’une seule et grande veste électorale taillée sur mesure pour le dandy des beaux quartiers, héros vaincu mais fondateur lumineux de la gauche du futur. Plus caviar que jamais. Encore plus éloignée des réalités. Les populistes ne pouvaient rêver adversaire plus à côté de la plaque.

À lire aussi

L’ex-ministre italien comprend le geste du conducteur de bus qui a tenté de brûler vif 51 collégiens

Quelle aurait été la déclaration de cet ex-ministre italien si le preneur d’otage n’avait …