Ils ont laissé passer l’été pour se refaire une santé. Après la déception de l’élection présidentielle et celle des élections législatives qui, outre donner à Marine Le Pen un groupe de 89 députés, n’ont laissé aucun siège au parti d’Éric Zemmour, lui-même échouant de peu à se qualifier au second tour, le plus jeune parti de France rallume ses ambitions. Sa rentrée politique faite chez RMC, l’ancien journaliste veut remobiliser ses troupes en Provence, ce week-end, lors de l'université d'été de Reconquête, organisée à compter de ce jeudi 10 septembre entre Vinon-sur-Verdon (Var) et Gréoux-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence). Au programme : tables rondes, débats pour « créer du lien tout en formant nos militants », confie le président de Génération Z Stanislas Rigault.

À l’image du Z, concédant à Apolline de Malherbe, sur BFM TV, que la guerre en Ukraine n’aura finalement pas été la raison principale de son décrochage dans les sondages, ses soutiens se montrent prudents. « Il y a évidemment une minorité de défaitistes, on ressent une baisse de mobilisation depuis l’élection présidentielle », souffle un cadre du parti. « La mobilisation était incroyable », tempère de son coté Samuel Lafont. En charge du numérique et de la levée de fonds du parti, le cybermilitant a sorti les chiffres : « On a engrangé plus de 50.000 réponses à notre grande consultation, affirme-t-il. Tous nos échos terrain sont rassurants. Même si on a encore beaucoup de maillage territorial à faire, les bonnes volontés ne manquent pas. »

Si, à l’instar de Samuel Lafont, on se félicite chez Reconquête de la visibilité d’Éric Zemmour et du succès numérique des équipes qui l’entourent, on tâche de ne pas perdre le fond au détriment de la forme : « Il faut replacer la doctrine et les idées au cœur, avertissait le vice-président du parti Nicolas Bay dans les colonnes du Figaro, ce lundi. Sinon, il risque de ne rester que les choix marketing, les photos Instagram et les vidéos TikTok. » Le fond et la forme. Les idées et les coups de com'. Car la réalité politique n'est pas rose. Entre une Marine Le Pen confortée par ses résultats et louée par les sondeurs et un parti LR qui risque de voir à sa tête un Éric Ciotti ou un Bruno Retailleau (proches, électoralement, d’Éric Zemmour), les partisans du Z risquent de voir la tenaille qui avait écrasé Valérie Pécresse se retourner contre eux. « 130.000 adhérents, trouvez-moi un parti politique en France qui peut afficher de tels effectifs », rétorque Stanislas Rigault.

Les rangs se resserrent

Les gilets jaunes n’ont plus la cote dans l’entourage d’Éric Zemmour. Après la mise en retrait de l’ancien vice-président de Debout la France Benjamin Cauchy et le départ en claquement de porte de l’initiatrice historique du mouvement des gilets jaunes Jacline Mouraud, le triumvirat des vice-présidents Bay-Maréchal-Peltier est des plus visibles. On peut aussi noter l’absence de l’eurodéputé Jérôme Rivière, qui se présente comme simple « adhérent », ou encore la disparition pure et simple de la place de président d’honneur. Une fonction qu’occupait Gilbert Collard...

Les yeux vers l’Italie !

Zemmour l’a martelé au micro d'Apolline de Malherbe, ce 6 septembre : Giorgia Meloni, créditée de 4 % d'intentions de vote voilà quatre ans, est aujourd’hui en passe de former un gouvernement de coalition avec Berlusconi et Salvini. De quoi rendre crédible la possibilité d’une union des droites, d’après le président de Reconquête ? « En tout cas, elle nous montre qu’une défaite n’est jamais définitive », veut croire Stanislas Rigault. Il n’empêche. Si l’Italie est le « laboratoire politique de l’Europe », le jeu des coalitions permet là-bas à des formations politiques de perdre puis de gagner peu après sans jamais disparaitre. La France a un système beaucoup plus stable et on peine à voir comment une nouvelle formation politique peut émerger de cette situation tripartite inédite. De quoi accréditer la thèse d’une candidature éclair à fenêtre de tir unique ? « On nous a souvent comparés à Emmanuel Macron et LREM, reconnaît Samuel Lafont. Si Éric Zemmour est vu comme un anti-Macron, nous sommes très loin d’avoir épuisé nos ressources et notre capacité d’action. » Lafont affirme n’avoir gardé qu’une seule frustration de la campagne présidentielle : « Ne pas avoir eu le temps de lancer et de mettre en place tout ce que nous avions en tête. » De quoi permettre à la jeune formation politique de tenir longtemps ? « De toute façon, il n’y aura qu’un seul mot d’ordre : tenir jusqu’aux élections européennes et espérer une renaissance », confesse un membre du parti.

En tout cas, les quatre jours que dureront l’université d’été verront défiler un grand nombre de personnalités. En, tête, l’écrivain et chroniqueur Éric Naulleau, dont l’amitié avec Éric Zemmour fait grincer des dents. On y retrouve aussi des politiques comme Jean-Frédéric Poisson, Laurence Trochu ou encore Isabelle Surply. Des intellectuels comme le philosophe Thibault Collin, l’universitaire Patrick Louis, l’éditeur et intellectuel François Bousquet ou encore l’historien Jean Sévillia. « Un bon panel de la droite hors-les-murs », se réjouit un adhérent de Reconquête.

Renaissance ?

« Toutes les idées d’Éric Zemmour ont été reprises : le réel, l’insécurité… Tout nous donne raison ! » conclut Rigault. Mais, pour être couronné roi de Troie, il faut quitter le costume de Cassandre… Éric Zemmour dispose de 130.000 adhérents, un parti construit et une poignée de jours en PACA pour s’assurer de ses soutiens et rebattre le tambour de la mobilisation. L’amateur d’Histoire ne manquera pas de se souvenir qu’à une grosse centaine de kilomètres du lieu de son université d’été, au Golfe-Juan près d'Antibes, un certain Napoléon Bonaparte débarquait le 1er mars 1815 avec un millier de fidèles pour une aventure glorieuse... mais courte : c'était le début des Cent-Jours. Pour Reconquête, ce sera deux ans jusqu’aux élections européennes. Waterloo ou Austerlitz ?

7300 vues

7 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

45 commentaires

  1. Je me demande de quelle France Zemmour nous entretien fébrilement. Celle de Clovis ou de Pépin le Bref ou celle de Macron de la PMA et de la GPA… Pourquoi se tait-il sur les horreurs ultra-libérales qui nous oppressent et les ténèbres transhumanistes à-venir ?

  2. Eric Zemmour s’est montré un brillant polémiste, un écrivain de talent, un tribun doué, bref un homme intelligent et courageux, mais ce n’est pas un bon chef politique : il commet des erreurs tactiques et semble mal entouré.

  3. Zemmour se vante d’avoir 130 000 adhérents. Ca, c’était dans l’euphorie des sondages du mois d’octobre qui lui donnaient 17%. Depuis, il y a eu ses dérapages (armes pointées sur des journalistes par exemple…), ses attaques contre le FN, ses sorties ineptes sur les handicapés à l’école, les réfugiés Ukrainiens, les prénoms non chrétien… on rajoute les résultats calamiteux des présidentielles et des législatives. On verra dans les mois qui viennent combien de ces « dizaines de milliers » d’adhérents vont renouveler leur adhésion…
    Pour beaucoup, Zemmour a été une énorme déception.

      1. En complète connivence avec Poutine??! Vous êtes trop binaire??!! On peut très raisonnablement dire que la Russie a été poussé à faire cette guerre…sans avoir de la considération aveugle pour Poutine !
        En titillant, en provoquant, en lui tirant de façon répété les poils l’ours enragé a fini par sortir les griffes…cela a été fait sciemment, avec application par les Américains considérant un état de faiblesse favorable pour s’en prendre à leur ennemi juré….les USA ont le talent de toujours exporter la guerre chez les autres en tirant “les marrons du feu”. Ils sont responsable de millions de morts sur tous les continents depuis la dernière guerre… et toujours sous le prétexte fallacieux de défendre la démocratie et les libertés alors que les vraies raisons sont purement intéressées et mercantiles. Cette guerre permettra de déstabiliser l’Europe pour mieux l’exploiter.

  4. Le plus important c’est que sa réconciliation avec Nicolas Sarkozy laisse enfin espérer une grande union des droites.

    1. Ceux qui votent RN ou FN se font fait rouler par Sarkozy, avec l’aide de Buisson. Ils ne voteront plus pour lui ou une coalition le comprenant. Comment fait l’union des droites, incontournable, sans doute, sans le RN, pour prendre le pouvoir ?

  5.  » De quoi rendre crédible la possibilité d’une union des droites , d’après le président de Reconquête ?  » Bonjour ! Si Zemmour s’y prend comme il l’a fait précédemment , il n’a AUCUNE chance d’obtenir cet objectif . Que faut t’il être NUL en STRATÉGIE pour  » taper  » sans cesse et prioritairement sur ceux avec qui on espère faire alliance par la suite ? Je suspecte sa  » Conseillère en Communication  » d’en être la principale responsable . Si tel est le cas , Zemmour devrait commencer par le commencement , c’est à dire : Se séparer au plus vite de cette personne . Si pour d’autres raisons évidentes , il ne doit pas le faire , qu’il retourne à ses occupations précédentes , mais de grâce qu’il cesse de se présenter à un suffrage Politique !

    1. Eric Zemmour s’est montré un brillant polémiste, un écrivain de talent, un tribun doué, bref un homme intelligent et courageux, mais ce n’est pas un bon chef politique : il commet des erreurs tactiques et semble mal entouré.

  6. Nous avons manqué une chance de voir la France se relever de l’état de délabrement économique et sociétal dans lequel elle se trouve. En 2027 ce sera peut-être trop tard. Vous les abstentionnistes, vous avez fait le jeu d’E .Macron. Ne vous laissez pas séduire par la candidature de Monsieur Ciotti ou celle de Monsieur Retailleau, ils redeviendront des L.R. bien rangés dès leur élection.

    1. Comme d’habitude, ces gens-là nous roulent depuis des décennies. En bon imbécile de droite j’avais voté Chirac…..la première fois. Ce vaccin-là, contre le virus LR, je ne rate aucun rappel.

  7. Monsieur ZEMMOUR, la France, les Français ont besoin de vous ! J’ai déchiré ma carte des LR depuis longtemps, j’adhère et je suis Monsieur ZEMMOUR !

    1. Pareil pour moi, sauf que je n’ai jamais eu la carte LR, ni d’aucun parti d’ailleurs, avant mon adhésion à Reconquête.

    2. J’ai déchiré ma Carte L.R depuis moins longtemps que vous ! Si vous me permettez de vous dire ce que je pense de Zemmour : Si il ne change pas de Stratégie , vous perdez votre temps avec lui , il n’arrivera à RIEN . Désolé pour vous !

      1. On est bien d’accord. Sa défaite il la doit avant tout à lui même et à son comportement (aidé sans doute sa sa « bien aimée  » conseillère en communication). On ne tape pas sur un parti dont on a besoin des adhérents. Si ses idées suscitent l’adhésion, le caractère du bonhomme fait fuir.

  8. Oui, peut-être 130.000 adhérents, c’est bien mais non seulement, il faut les conserver mais, mieux, les accroître. Or une grand partie du collège électoral du Z n’est pas dans le midi mais beaucoup plus au nord, il faudrait s’en souvenir et ne pas se focaliser sur une région au demeurant très agréable mais souvent futile et à la mémoire fugace.

    1. A mon avis , ce n’est pas du tout le problème . Je vous propose de regarder mon commentaire à ce propos .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter