Le Premier ministre a officialisé, mercredi 14 juillet, par décret, la création d’une agence nationale de lutte contre les manipulations de l’information en provenance de l’étranger, baptisée Viginum, et qui sera active à partir de septembre. Ses effectifs atteindront 50 agents en janvier 2022, relate France Inter.

« Identifier les opérations impliquant un État étranger ou une entité non étatique étrangère »

Le « service de vigilance et de protection contre les ingérences numériques étrangères » devra répondre au « défi majeur de la menace informationnelle et des ingérences étrangères dans le débat public », d’après le compte rendu du Conseil des ministres. Plus précisément, Viginum devra « identifier des opérations impliquant, de manière directe ou indirecte, un État étranger ou une entité non étatique étrangère et visant à la diffusion artificielle ou automatisée, massive et délibérée, par le biais d’un service de au public en ligne, d’allégations ou d’imputations de faits manifestement inexactes ou trompeuses de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ».

Composée d’analystes, ingénieurs spécialistes des données, experts des numériques, Viginum sera mise en place en septembre. Les veilleurs travailleront à partir de « sources ouvertes », c’est-à-dire à partir d’éléments publics. L’agence dépendra du Premier ministre et elle sera sous l’autorité du secrétaire général de la et de la nationale.

L’agence a notamment été créée en vue des échéances électorales du printemps 2022. Conscient du fait que cette agence puisse être considérée comme un outil d’influence en ligne au service de l’exécutif français à un an de la présidentielle, le SGDSN promet la « transparence totale » sur ses actions.

14 juillet 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.