Cliquez pour acheter

Marianne et Marguerite vivent une heureuse à Guernesey, au milieu du XIXe siècle. Elles sont aussi dissemblables que possible. Marianne est d’une volonté de fer, d’un caractère difficile et d’une grande intelligence mais orientée vers sa seule personne. Marguerite est la bonté même, une bonté heureuse qui répand la joie autour d’elle et sa beauté subjugue toute l’île.

Le retour au pays du docteur Ozanne, accompagné de son fils William, va bouleverser leur existence. Il reprend sa vieille maison, rue du Dauphin-vert.

Le jeune William devient ami des deux filles. Ils sont encore au temps de l’innocence, mais viendra le moment où le cœur de William devra pencher pour l’une ou l’autre.

Un couvent de religieuses, bâti par les moines du Mont Saint-, domine les rochers où les enfants se retrouvent. Un jour, surprise seule par la marée, Marguerite doit escalader la falaise qui mène au couvent. Elle risque sa vie mais ne quitte pas des yeux la statue de la Vierge. Elle garde son calme et se sauve. La supérieure reçoit cette petite fille trempée, épuisée mais souriante. Marguerite est frappée par sa sérénité bienveillante et la supérieure est impressionnée par la simplicité heureuse de la miraculée. Elles se reverront.

Et puis la vie de William bascule : un bateau d’une élégance particulière s’installe dans le port. Subjugués, William et Marianne, la plus aventurière, s’approchent à la rame. Le capitaine O’Hara accueille les enfants à bord de son Dauphin vert, signe du destin. Le jeune homme trouve sa vocation et deviendra marin. L’âge venu, il s’engage dans la Navy, embarque et promet un retour prochain. Les deux jeunes filles sont bien décidées à l’attendre.

Des circonstances imprévues l’entraîneront en , où il commencera une vie de pionnier. C’est le moment de faire venir celle qu’il a choisie.

Elizabeth Goudge fut un des auteurs les plus lus en pendant des décennies. Son style et sa profondeur en font un écrivain de grande valeur. Le trio du roman est parfaitement campé, Marguerite en particulier, qui constitue un très beau personnage de . Malgré sa longueur, ce roman n’ennuie jamais et ses lecteurs n’en n’ont généralement pas fini avec Elizabeth Goudge.

Le blog d’Antoine de Lacoste

14 juillet 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 3 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivé.

5 1 vote
Votre avis ?
2 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires