Il y a guerre et guerre :

2020 : notre Président, au cours d’une intervention churchillienne télévisée, nous a assené à cinq reprises que nous étions en guerre ; contre le Covid 19. S’en est suivie l’aide aux Français impactés par la pandémie par le moyen du « quoi qu’il en coûte ». Les centaines de milliards ont défilé.

2022 : la Russie envahit l’Ukraine. Tout tremble ; surtout, bien sûr, les États de l’Est européen qui n’ont pas oublié la tutelle féroce du communisme russe sur eux qui a duré près d’un demi-siècle. Et s’il venait à l’idée de M. Poutine, qu’on soupçonne non sans quelque raison d’avoir la nostalgie de l’empire défunt, de s’en prendre, ensuite, à eux ? L’Europe découvre soudainement sa faiblesse militaire, aucun de ses États n’ayant une digne de ce nom adaptée à un conflit de « haute intensité ». Heureusement, l’OTAN est là ; donc surtout les Américains, toujours critiqués, toujours attendus en cas de danger, sur qui on compte malgré les doutes surgis depuis quelques années. L’OTAN en cérébrale de M. vient de surgir du coma grâce à M. Poutine.

Mais là, surprise. Alors que l’invasion de l’Ukraine est déjà vielle de plus de deux mois, aucun écho public d’une rallonge sérieuse des crédits consacrés à la défense de notre pays, malgré l’alerte d’un danger actuel d’un conflit majeur, en rien comparable à nos engagements africains. On ne peut pas se satisfaire des déclarations du président lors de sa conférence de presse du 17 mars dernier : de 32 milliards en 2017, il envisage pour la défense, pour 2025, 50 milliards ; augmentation qui serait raisonnable sous un ciel bleu et partant d’un outil militaire actuel satisfaisant. Mais ce n’est pas le cas, et de loin. Notre lilliputienne soufre de graves lacunes dans des fonctions importantes du combat : renseignement, logistique, appui feu, marine squelettique pour un pays qui a le deuxième domaine maritime du monde. Les maigres dotations de nos maigres forces se voient en outre amoindries régulièrement par des prélèvements pour honorer des contrats, ou maintenant aider l’Ukraine.

Mais malgré ces faiblesses abyssales, et l’urgence de la situation, pas de « quoi qu’il en coute » cette fois. Ce n’est pas rassurant.

 

Ai-je raté quelque chose ?

1 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

3.9 7 votes
Votre avis ?
39 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires